La Syrie participera à la réunion d'Annapolis pour parler du Golan

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Il y a beaucoup de problèmes d'édition depuis qu'Over Blog nous a passés en V2... nous vous prions donc de nous excuser pour toutes les anomalies que vous constaterez. Merci.

 



Proche-Orient: la Syrie participera à la réunion d'Annapolis pour parler du Golan




La Syrie a annoncé dimanche, en dernière minute, sa participation à la réunion internationale sur le Proche-Orient qui se tiendra mardi à Annapolis, après avoir obtenu des Etats-Unis qu'y soit abordé son conflit territorial avec Israël sur le plateau du Golan.

"Le gouvernement de la République arabe syrienne a reçu une invitation émanant du gouvernement américain pour participer à la conférence de paix à Annapolis après l'inclusion du volet syrien à l'ordre du jour", a rapporté l'agence officielle Sana.

"La Syrie a accepté l'invitation en dépêchant une délégation officielle conduite par le vice-ministre des Affaires étrangères", Fayçal Mekdad, un ancien ambassadeur aux Nations unies, ajoute l'agence.

Les autres pays arabes qui participeront à la réunion, aux cotés des dirigeants israéliens et palestiniens, seront représentés au niveau des chefs de la diplomatie.

La Syrie a attendu l'avant-veille de la réunion pour annoncer sa participation. Elle faisait dépendre sa présence à Annapolis, près de Washington, de l'inclusion de la question du plateau du Golan, occupé par Israël en 1967 et annexé en 1981, à l'ordre du jour.

Les négociations de paix syro-israéliennes sont gelées depuis 2000 et les relations entre les deux pays ont été tendues par un bombardement israélien, début septembre, d'installations militaires syriennes qui pourraient avoir été liées à un programme nucléaire.

Le président américain George W. Bush a invité des responsables israéliens, palestiniens et de 40 autres pays à la réunion d'Annapolis pour relancer le processus de paix au Proche-Orient en panne depuis sept ans.

La question palestinienne doit dominer les discussions mais le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Mouallem, avait annoncé vendredi que les Etats-Unis avaient accepté d'inclure le Golan au programme.

Il avait toutefois ajouté que son pays réservait toujours sa réponse sur sa participation dans l'attente d'une confirmation écrite de Washington, avec qui la Syrie entretient des relations difficiles, en raison notamment du Liban et de l'Irak.

Dimanche, Israël a immédiatement salué la décision de Damas, estimant que la présence syrienne pourrait permettre de débloquer les relations bilatérales.

"Israël voit d'une façon positive la participation à un niveau élevé de la Syrie à la réunion d'Annapolis", a dit Miri Eisin, porte-parole du Premier ministre israélien Ehud Olmert.

"Cette conférence est clairement destinée à faire avancer le processus de paix israélo-palestinien et aussi à donner la possibilité d'ouvrir d'autres avenues vers la paix", a-t-elle ajouté.

Réunis au Caire, l'Arabie saoudite, tenant d'une ligne dure contre Israël, et les autres pays arabes avaient annoncé vendredi leur participation au niveau ministériel. Le communiqué final ne faisait pas explicitement référence à la Syrie.

Le même jour, le département d'Etat américain avait indiqué que toutes les parties représentées à Annapolis pourraient faire valoir des questions d'"intérêt national".

En octobre, Mme Rice avait pourtant exclu que la réunion traite du Golan, avant de devoir reconnaître que pour obtenir "le plus large soutien arabe possible", les Etats-Unis avaient décidé qu'Annapolis ne se limiterait pas au dossier israélo-palestinien.

Selon un diplomate arabe, interrogé samedi de Ryad, les Etats-Unis ont proposé aux pays arabes la création d'un comité de suivi au terme de la conférence d'Annapolis et la tenue d'une seconde réunion en janvier à Moscou pour traiter, outre les négociations israélo-palestiniennes, des volets libanais et syrien.

La Turquie a également réagi, se disant "très satisfaite" de la participation syrienne à Annapolis.

Sources AFP

Posté par
Adriana Evangelizt


Commenter cet article