DDV LE ROMANTIQUE

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Nous aimons bien les articles de Patrice Biancone car il a une façon bien particulière de faire du journalisme. Et puis, on sent bien qu'il préfère Dominique de Villepin à Sarkozy. Quand on lit les articles du Figaro, c'est par contre le contraire. Alors il est vrai que pour ses voeux, Dominique de Villepin avait pris les accents du poète. Ce style flamboyant qui lui est propre et lui donne une aura romantique. L'homme possède un charisme qui joue en sa faveur et sans doute le sait-il. Mais on ne peut s'empêcher de penser tout le travail qu'il lui faut fournir pour se rendre crédible. Chose qu'il est parvenue à faire jusqu'à présent. Son travail acharné lui confère une image de présidentiable qui devrait se fortifier avec le temps. Nous pensons fortement que le départ du gouvernement de Sarkozy pourrait lui donner une autre stature. Il serait davantage libre quelque part et plus apte à donner la pleine mesure de ses talents.

Le romantisme de Matignon

par Patrice Biancone

Dominique de Villepin sait aussi manier le concept. Hier, à l'occasion de ses voeux, et avec un certain bonheur, il a inventé celui de « déclinologues ». Vous savez, ces intellectuels et hommes politiques qui, plutôt que d'aller méditer dans les ruines du capitole à Rome pour approcher la vérité, font commerce du pessimisme et recommandent d'abandonner tout espoir en franchissant le seuil de « la maison France ».

Surprenant Premier ministre dont Nicolas Sarkozy pensait ne faire qu'une bouchée et qui résiste et résiste si bien qu'il s'est permis de s'adresser aux journalistes, sans notes, avec sa seule passion savamment mise en scène et décryptable à une gestuelle appuyée et un accent de conviction qui semblait vouloir prouver qu'on peu prétendre gouverner sans avoir suivi le cursus politique habituel. Un peu comme si le Premier ministre nous avait expliqué que c'est cela le vrai renouvellement politique et non pas, comme on cherche à nous le faire croire, ces luttes de partis qui ne laissent filtrer que des champions nourris à leurs mamelles.

Dominique de Villepin, homme nouveau, pas si nouveau, qui avance d'un bon pas vers un double objectif. Celui, avoué, de servir l'intérêt général qui passe par la lutte contre le chômage et par un retour de la croissance. Et, celui, tû tout autant que le premier est avoué, de devenir un présidentiable crédible, incontournable. Un présidentiable qui se présenterait, riche de son seul bilan tranquille... Et, de plus en plus accessoirement, du soutien du chef de l'Etat dont, disons-le, il n'a pas été beaucoup question à l'occasion de ces voeux.

On pouvait comprendre cela, hier, en écoutant le Premier ministre exposer ses convictions sur le « devenir français » avec un lyrisme qu'il avait mis de côté depuis son arrivée à Matignon. Méfiance ! Ce retour du style un peu ampoulé - flamboyant diront d'autres - traduit l'assurance d'un homme qui se sent désormais à sa place. En abuser pourrait conduire les Français à revoir en lui, le hussard de la république amoureux des belles phrases, des initiatives intempestives ou un poète qui préfère la formulation à la gestion. Ce serait tout simplement retourner à la case départ.

Alors 2006 sera une année d'engagement, une année de vérité, une année de détermination et de courage, nous a promis Dominique de Villepin, avant de souhaiter que chaque journaliste, avec l'encre, avec l'image, avec le son, ait à coeur de mettre quelques gouttes d'humour et de tendresse à chaque étape de sa journée.

De l'humour ? De la tendresse. N'est-ce pas Diane Tell qui utilise les même mots dans sa chanson « Si j'étais un homme », chanson qui parle de l'amour romantique disparu et désespère de constater que les temps ont changé... « de nos jours c'est chacun pour soi... Les grandes histoires d'amour démodées n'arrivent qu'au cinéma... », affirme Diane Tell dans son texte.

A ce moment-là, au moment où le Premier ministre prononçait ces mots - humour et tendresse -, une partie de l'assistance, celle qui avait la référence en tête, s'est tout simplement demandé si le message n'était pas adressé au couple Sarkozy dont on venait d'annoncer qu'il se reformait.

Sources : RFI

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article