Seize Palestiniens tués en 24 heures à Gaza

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Voilà le point de presse paru hier...

9 - PROCHE-ORIENT

(Est-ce que vous avez des informations nouvelles quant à la situation économique à Gaza ?)


Je n'ai rien de nouveau par rapport à ce que je vous ai dit hier, sauf qu'il y a eu un tir de roquette qui a atteint un enfant israélien. Donc je le redis : que les tirs de roquettes cessent, cela contribuera à apaiser la situation.

Que les tirs de roquettes cessent, cela contribuera à apaiser la situation. Voilà le raisonnement de ce gouvernement sioniste qui ne risque pas de dire "Que la colonisation et l'occupation cessent cela contribuera à apaiser la situation." Il est normal de se faire dépouiller depuis plus de 60 ans. Nos ascendants dont certains étaient juifs ont lutté contre l'occupant nazi pour libérer la France, ils étaient aussi taxés de terroristes par l'Occupant. Que ceux qui veulent nous imposer leur devoir de mémoire ne se tournent point vers le passe mais vers le présent où un Peuple est sacrifié à leurs visées coloniales et colonisatrices. Pas de devoir de mémoire et pas de repentance tant que le sionisme continuera de crucifier les Palestiniens.

 

Seize Palestiniens tués en 24 heures à Gaza,

Olmert menace le Hamas

 

 

Seize Palestiniens ont été tués en 24 heures dans des raids israéliens à Gaza, le Premier ministre israélien Ehud Olmert se disant jeudi déterminé à faire payer "un prix très élevé" aux lanceurs de roquettes palestiniens après la mort d'un Israélien la veille.

Trois autres Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens depuis mercredi en Cisjordanie dans la dernière flambée de violences qui a fait au total vingt morts.

Après avoir attaqué plusieurs cibles à Gaza dans la nuit, Israël a mené de nouveaux raids jeudi matin, tuant trois activistes du Hamas, qui contrôle le territoire, et deux autres d'un autre groupe armé, selon des sources médicales. Parmi les morts figure Hamzah Al-Hayyah, le fils d'un haut responsable du Hamas, Khalil Al-Hayyah.

"L'aviation a mené jeudi matin trois raids contre des hommes armés dans le nord de la bande de Gaza", s'est bornée à indiquer une porte-parole militaire israélienne.

Les raids, qui avait fait 11 morts mercredi à Gaza -- cinq activistes du Hamas, quatre civils, un enfant de douze ans et un bébé de six mois -- se sont intensifiés après le décès d'un Israélien provoqué par la chute d'une roquette tirée par le Hamas près de la ville de Sdérot dans le sud d'Israël.

Le porte-parole de l'Agence de l'ONU d'aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA), Christopher Gunness, a "vivement condamné" la mort du bébé. Il a appelé Israël à faire preuve de "retenue maximale et à ne pas mettre les civils en danger".

En visite à Tokyo, M. Olmert a affiché sa détermination à poursuivre les opérations meurtrières contre les lanceurs de roquettes après la mort de l'Israélien.

"J'ai expliqué à la secrétaire d'Etat (américaine) que nous ne cesserons pas notre bataille", a déclaré M. Olmert après une rencontre avec Condoleezza Rice, également présente au Japon. "Nous obligerons les terroristes à payer un prix très élevé", a-t-il assuré.

Mme Rice, attendue la semaine prochaine au Proche-Orient, a pour sa part rendu responsable le Hamas de "ce qui se passe". "Les attaques de roquettes doivent cesser", a-t-elle déclaré. Elle s'est dite aussi "préoccupée" par le sort des "personnes innocentes et la situation humanitaire à Gaza".

En Israël, le ministre de l'Intérieur Méir Sheetrit a appelé à l'élimination de la direction politique du Hamas. "Je suis favorable à l'élimination de tous ceux qui sont membres du Hamas, de l'échelon militaire à l'échelon politique, n'importe qui", a-t-il déclaré.

A Gaza, Ismaïl Haniyeh, chef du gouvernement du Hamas non reconnu par la communauté internationale, a condamné "les crimes successifs commis par l'occupation sioniste". Il a appelé les pays arabes à "sortir de leur silence regrettable et à agir d'urgence pour faire cesser l'agression".

Devant les menaces, les activistes du Hamas ont reçu des consignes de prudence, a indiqué un responsable du mouvement.

Les locaux relevant du Hamas ont ainsi été évacués pour la plupart et les militants ont été appelés à ne pas se servir de téléphones portables et à éviter les déplacements en groupe, selon la même source.

Le gouvernement palestinien du président Mahmoud Abbas à Ramallah (Cisjordanie), en conflit avec le Hamas, a également dénoncé "les crimes israéliens abominables" à Gaza.

En dépit des attaques israéliennes, cinq roquettes palestiniennes se sont abattues jeudi dans le sud d'Israël, faisant un blessé léger, selon l'armée.

En Cisjordanie, l'armée israélienne a tué jeudi matin deux activistes palestiniens lors d'une incursion à Naplouse, où un troisième activiste avait été tué mercredi.

Les trois hommes avaient récemment accepté, avec d'autres activistes, de remettre leurs armes à l'Autorité palestinienne et de rester confinés dans ses locaux en contrepartie de quoi Israël devait renoncer à les traquer.

Les derniers décès portent à 6.180 le nombre de personnes tuées dans les violences israélo-palestiniennes depuis 2000, pour la plupart des Palestiniens, selon un bilan établi par l'AFP.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt




Publié dans Sarkozy Palestine

Commenter cet article