Quand les violons se désaccordent

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Quand un patron de droite vante le CDI

par Muriel Grémillet

L'UMP étouffe un rapport d'un ami de Chirac contrecarrant le bien-fondé du CPE.

C'est le rapport de droite qui plombe la droite. En confiant à l'automne à Henri Proglio, président du groupe Veolia Environnement, un rapport sur l'insertion professionnelle des jeunes, le gouvernement ne s'attendait sans doute pas à se voir proposer un «anti-CPE». Baptisé ainsi par la gauche, ce rapport, rendu public en catimini la semaine passée, préconise une chose simple : il appelle les entreprises à faire du CDI la «forme normale d'embauche» des jeunes. Proglio (un proche de Jacques Chirac) et son groupe de travail notent que, pour améliorer l'emploi des jeunes diplômés, «les solutions ne sont ni du côté de la fuite en avant vers la professionnalisation des études, ni dans la multiplication des mesures incitatives pour favoriser l'embauche des jeunes». En effet, «près de trente ans de mesures jeunes ont fini par ancrer dans les esprits la conviction que l'on ne peut débuter sa vie professionnelle sans bénéficier d'une mesure incitative».

Discrétion. En plein débat sur le CPE (contrat première embauche) de telles conclusions font désordre. Au point d'enterrer sans fleurs ni couronnes le travail du PDG de Veolia. Ce rapport a été remis sans publicité, un soir à Gérard Larcher, le ministre du Travail. Mais une fois le 49-3 dégainé par Villepin pour faire adopter sans vote le projet sur l'égalité des chances. Le document était pourtant prêt depuis au moins deux mois. «Certains auteurs sont venus nous voir à l'Assemblée, raconte Jean Glavany, député (PS) des Hautes-Pyrénées. Ils se demandaient pourquoi leur travail n'était pas rendu public.» Le rapport invisible s'est ainsi invité dans les débats à l'Assemblée. Le 8 février, Glavany demande ainsi à Jean-Louis Borloo, le ministre de l'Emploi, la communication du rapport de Proglio, qualifié «d'ami personnel du président de la République, ce qui n'est pas une honte mais prouve simplement qu'il n'est pas un dangereux gauchiste». Le 9, Alain Vidalies, député (PS) des Landes, revient à la charge et interpelle Gérard Larcher: «Si vous ne souhaitez pas parler de ces travaux, c'est que leurs conclusions doivent être contraires à vos espérances.»

Proche du PS. Le rapport Proglio propose en effet des bonus, sous forme d'exonérations de cotisations sociales, aux entreprises qui embauchent des jeunes en CDI. Si les grands patrons de droite louent le CDI ! Une proposition proche des ébauches du PS sur le sujet. Incidemment, le patron de Veolia pourrit aussi le Medef et sa présidente, Laurence Parisot, accusée par une partie de ses troupes de ne pas être assez enthousiaste sur le CPE qui apporte de la flexibilité dans le code du travail.

Sources : LIBERATION

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans CHÔMAGE

Commenter cet article

bernard 26/02/2006 22:24

J'apprécie généralement le courage et/ou la ténacité de dominique de villepin, mais cette fois avec le CPE, je me demande s'il ne s'égare pas !?
 
Bien sûr l'emploi est et reste une priorité mais est-ce la bonne méthode !
 
Le CPE mériterait bien un débat contradictoire ou tout au moins une discussion et une information approfondie des citoyens !
 
Et pourquoi le rapport de Henri Proglio, président du groupe Veolia Environnement, rapport sur l'insertion professionnelle des jeunes ne participerait-il pas de ce débat et ne serait-il pas rendu public !

Il serait également intéressant de savoir si le CPE est une approche spécifiquement française ou bien est-il une variante nationale de ce qui s'est déjà fait ailleurs en Europe ou dans le monde avec quelques succès !!!?

Je ne dispose d'aucune information sur ce point qui me semble pouvoir également participer à ce débat !!!
 
Décider du sort ou de la situation juridique la jeunesse  française pour la prochaine décennie, sans le moindre
débat sur le sujet me semble quelque peu excessif  : les politiques passent mais le droit reste !
 
A mon sens, ce débat serait l'occasion de bien considérer le pour et le contre publiquement concernant l'approche que représente le CPE !!!
 
Dominique de villepin ne devrait pas, à mon sens, jouer toute sa crédibilité  ,avec trop d'empressement ou l'aveuglement de la passion dans ce dossier.
 
Une meilleure méthode pourrait consister à favoriser le débat ou la discussion sur  le sujet, ses buts, son coût, notamment social, économique et juridique... plutôt ou avant d'essayer de le faire passer en force... un peu à la Sarkozy ...en quelques sortes !!!
 
La concurrence avec son premier ministre ne devrait pas l'amener à trop imiter "le sarkozy et ses amis" sur ce genre ce dossier qui concerne par trop l'ensemble de la nation ... Et Pourquoi pas au final du débat...n'aurions-nous pas un référendum sur la question !!!?
 
A mon sens, le référendum comme instrument démocratique de gestion mériterait d'être de plus en plus utilisé au niveau de la gestion régionale et nationale ... un peu comme en Suisse où il a fait et continue de faire ses preuves !!!
 
Le référendum est à même de dépassioner les débats politiques et à rendre à la nation la maîtrise de son destin.... le travail du politique étant d'informer complètement et correctement le public pour qu'il dispose de tous les éléments du choix et puisse ainsi choisir en connaissance de cause, au delà des enjeux partisans...qu'il soit de gauche ou de droite !
 
Le rôle du politique ne devrait plus être à notre époque de se considérer comme le dernier et unique recours de la nation...ce serait à mon sens ...un grand progès démocratique mais ni la gauche, ni la droite ne semble comprendre qu'il conviendrait d'aller davantage dans ce sens !!!
 
bernard
 
 

marianne 26/02/2006 19:34

ça  tombe bien, le CNE et son petit frère sont des CDI. Les allègements de charge pour relancer l'embauche, c'est une vieille recette qui n'a guère fonctionné jusqu'à présent. Par contre, la période de consolidation sur deux ans pour réduire le frein psychologique à l'embauche, ça c'est nouveau, et ça vaut peut-être le coup d'essayer. Cela m'énerve d'entendre autant d'avis péremptoires sur les conséquences forcémen négatives de ce que les entreprises vont en faire ! Bon courage, DDV. et bravo, c'est une réforme courageuse.