Israël dément toute tentative d'assassinat de Sarkozy et pourtant...

Publié le par Adriana EVANGELIZT

La véritable histoire serait que Nicolas Sarkozy a échappé de peu à un assassinat. Comme nous l'avons déjà dit ICI et ICI, il est fort probable que son discours à la Knesset où il plaide pour Jérusalem capitale des deux Etats sera très mal passé chez les extrêmistes religieux, or il faut savoir qu'ils sont nombreux à s'engager dans l'armée, ne serait-ce que pour défendre les colons. Lire ICI. Ces individus-là ne sont pas pour la paix, on a vu ce qu'ils ont fait à Rabin. Enfin, qui peut franchement croire qu'un soldat se serait suicidé au moment du départ du couple présidentiel ? La vérité semblerait toute autre et elle émane des services secrets russes. Un  garde du corps de Sarkozy serait aussi mort. Nous citons :

"Selon la Zavtra, quotidien russe, le Service fédéral de sécurité de la Fédération Russe (FSB) aurait fait un rapport au Premier Ministre Poutine et au Président Medvedev aujourd'hui indiquant que le président français Nicolas Sarkozy aurait « échappé de peu » à une tentative d'assassinat au cours de son départ de l'aéroport Ben-Gourion après une attaque qui aurait laissé un agent de sécurité français et un policier israélien morts.

Le quotidien moscovite indique également que, selon les analystes du FSB, la version officielle qui défend la thèse du suicide ne servirait qu'à masquer une « réalité évidente ». Il ajoute encore que cette tentative d'assassinat aurait été planifiée par des intégristes religieux après que, lors de son discours devant la Knesset, le président Sarkozy ait indiqué que Jérusalem devait être divisée."
Voir ICI le commentaire à côté de la video et nous faisons confiance à notre Ami.

D'ailleurs n'est-il pas bizarre que le film ne commence que lorsque tout est terminé et que l'on voit Sarkozy et son épouse monter dans l'avion ? Pourquoi est-il coupé ? Il y a là quelque chose d'anormal que l'on essaie de nous cacher. Car il est clair et net que tout le monde devait filmer le départ du couple et les adieux de Perez et d'Olmert, or là, comme par hasard, ces scènes ont soigneusement disparues.

Un jour Nicolas Sarkozy devra comprendre qu'on ne peut pas devenir ami avec les sionistes purs et durs. Les intérêts qu'ils défendent ne sont pas les mêmes que les nôtres et si l'on n'est pas d'accord avec eux, ils sont capables du pire. Nous le savons.





Israël dément toute tentative d'assassinat de Sarkozy




La cérémonie organisée à l'aéroport Ben-Gourion de Tel-Aviv pour le départ de Nicolas Sarkozy a été écourtée, mardi 24 juin, après un incident qui a impliqué un soldat israélien. Selon la police israélienne, l'homme se serait tué pendant la cérémonie mais les circonstances de sa mort sont encore floues.

Alors que la cérémonie prenait fin, au pied de l'avion présidentiel français, des gardes du corps se précipitent, selon une vidéo disponible sur CNN, vers le président français. M. Sarkozy et son épouse, qui ne semblent pas avoir entendu le coup de feu, ne paraissent pas paniqués. Ils sont évacués cependant dans leur avion tandis que le premier ministre israélien, Ehoud Olmert, et le président Shimon Pérès sont eux emmenés vers leurs voitures blindées. Une fois l'alerte levée, MM. Olmert et Pérès sont montés à bord de l'avion pour prendre congé de M. Sarkozy.

A aucun moment, M. Sarkozy n'a couru de danger, a précisé la radio publique israélienne. La police israélienne a également démenti toute tentative d'assassinat du chef de l'Etat français. Le Zaka, service de secours israélien, a indiqué que le soldat, qui se trouvait sur le tarmac de l'aéroport, s'était vraisemblablement suicidé. Les médias israéliens avançaient une autre hypothèse : l'homme se serait tué en tombant d'un toit et le tir serait parti accidentellement de son arme.

Sources
GNet revue

Posté par Adriana Evangelizt

 

Publié dans Sarkozy-Israel

Commenter cet article

INTERNET LIVE 12/02/2013 13:13




Nicolas Sarkozy avait commandité l'assassinat d'Hugo Chavez


Le président Nicolas Sarkozy a commandité l’assassinat de son homologue Hugo Chavez. L’opération fut un fiasco et la France accorda des compensations substantielles pour étouffer cette
affaire durant le mandat de M. Sarkozy.








Réseau Voltaire




TEXTE  TAILLE















La ministre vénézuélienne des Services pénitentiaires, Iris Varela, a annoncé sur son compte Twitter l’expulsion d’un ressortissant français connu sous le nom de Frédéric Laurent Bouquet,
le 29 décembre 2012.


M. Bouquet (photo) avait été arrêté à Caracas, le 18 juin 2009, avec trois ressortissants dominicains, en possession d’un arsenal. La police scientifique avait saisi dans
l’appartement qu’il avait acquis 500 grammes d’explosifs C4, 14 fusils d’assaut dont 5 avec visée télescopique, 5 avec visée laser, et 1 avec silencieux, des câbles spéciaux, 11
détonateurs électroniques, 19 721 cartouches de différents calibres, 3 mitraillettes, 4 pistolets de différents calibres, 11 équipements radio, 3 talkies walkies et une base radio, 5
fusils de chasse calibre 12, 2 gilets pare-balles, 7 uniformes militaires, 8 grenades, 1 masque à gaz, 1 couteau de combat et 9 bouteilles de poudre à canon.


Durant son procès, M. Bouquet a admis avoir été formé en Israël et être un agent des services secrets militaires français (DGSE). Il a reconnu préparer un attentat pour assassiner le
président constitutionnel Hugo Chavez.


M. Bouquet avait été condamné à 4 ans de prison ferme pour « détention illégale d’armes ». Il a purgé sa peine. Il a été extrait de sa cellule par ordonnance
N° 096-12 du premier juge Yulismar Jaime, puis a été expulsé pour « atteinte à la sécurité nationale », en vertu de l’article 39 alinéa 4 de la Loi sur les
migrations et les étrangers.







Les autorités vénézuéliennes s’étaient jusqu’à présent abstenues de communiquer sur ce sujet. Les faits ont été confirmés par le porte-parole du quai d’Orsay, Philippe Lalliot.
L’ambassade de France à Caracas a décliné tout commentaire.


De notre enquête nous pouvons conclure : (1) le président Nicolas Sarkozy a commandité l’assassinat de son homologue Hugo Chavez (2) l’opération fut un fiasco (3) la France a
accordé des compensations substantielles pour étouffer cette affaire durant le mandat de M. Sarkozy.