L'ancien PDG de Rhodia mis en examen pour "diffusion de fausses informations"

Publié le par Adriana EVANGELIZT



L'ancien PDG de Rhodia mis en examen pour "diffusion de fausses informations"



L'ancien PDG de Rhodia, Jean-Pierre Tirouflet, a été mis en examen vendredi pour "diffusion de fausses informations" par les juges chargés d'enquêter sur la communication financière du groupe chimique entre 1999 et 2004, a-t-on appris de sources proches du dossier.

M. Tirouflet a été présenté vendredi matin aux juges Jean-Marie d'Huy et Henri Pons qui lui ont signifié sa mise en examen pour "diffusion d'informations fausses et mensongères sur la situation d'un émetteur coté sur un marché réglementé".

L'ancien patron a été laissé en liberté avec un contrôle judiciaire comprenant le versement d'une caution de 300.000 euros et l'interdiction d'entrer en contact avec certains des protagonistes du dossier, a-t-on précisé de même source.

Les juges ont été plus loin que les réquisitions du parquet de Paris qui n'avait pas demandé le versement d'une caution.

Jean-Pierre Tirouflet avait été entendu à partir de mercredi après-midi et jeudi sous le régime de la garde à vue par des policiers de la brigade financière avant d'être déféré vendredi matin au pôle financier du tribunal de Paris.

Les juges d'Huy et Pons instruisent depuis le 21 octobre 2004 une information judiciaire notamment pour "présentation de comptes inexacts, diffusion d'informations fausses et mensongères sur la situation d'un émetteur coté sur un marché réglementé".

Cette enquête fait suite à des plaintes déposées en 2003 par deux actionnaires mécontents, Edouard Stern, le banquier français tué par sa maîtresse le 28 février à son domicile de Genève, et un autre financier, Hughes de Lasteyrie, décédé d'un infarctus en juillet 2007 à Paris.

Les plaignants, relayés aujourd'hui dans la procédure par leur famille, estimaient avoir été trompés sur la valeur de l'entreprise et accusaient Rhodia et son ancienne maison mère Rhône-Poulenc d'avoir notamment dissimulé certains passifs pour survaloriser le titre lors de son introduction en Bourse en 1998.

Sources AFP

Posté par Adriana Evan
gelizt

Commenter cet article