Le président tchèque soutient le "non" du président polonais

Publié le par Adriana EVANGELIZT



Le président tchèque soutient le "non" du président polonais


Le président tchèque Vaclav Klaus soutient la décision de son homologue polonais Lech Kaczynski de ne pas ratifier le traité européen de Lisbonne, a annoncé mardi le porte-parole de M. Klaus.

Selon le porte-parole, M. Klaus a lu "très attentivement" l'interview de M. Kaczynski publiée mardi par le quotidien polonais Dziennik.

Dans cette interview, le président polonais déclare qu'il ne ratifiera pas le traité de Lisbonne car il est désormais "sans objet" après son rejet par les électeurs irlandais.

M. Klaus, un conservateur très critique envers l'Union européenne, avait déclaré après la victoire du "non" lors du référendum irlandais qu'il considérait le traité comme "fini" et qu'il n'était "plus possible de poursuire sa ratification". Mais il n'était pas allé jusqu'à dire qu'il ne le signerait pas.
 
L'annonce de M. Kaczynski est survenue le jour où la France entamait sa présidence semestrielle de l'UE, portant un coup sérieux aux efforts du président français Nicolas Sarkozy pour circonscrire à l'Irlande le problème de la ratification du traité.

Pour sa part, le ministre tchèque aux Affaires européennes, Alexandr Vondra, a déclaré qu'il considérait l'annonce de M. Kaczynski comme "tactique" et s'inscrivant dans le cadre des débats politiques intérieurs polonais, et qu'en conséquence il ne voyait pas de raison de la commenter davantage.

Après le "non" irlandais, la plupart des gouvernements des pays de l'UE sont favorables à la poursuite de la ratification du traité de Lisbonne. Mais ce n'est pas le cas de la République tchèque, où une puissante faction au sein du Parti démocratique civique (ODS), principale composante du gouvernement de coalition, partage l'opinion du président Vaclav Klaus selon laquelle le traité doit être abandonné.

Les dirigeants de l'UE ont été contraints de faire de la place aux réserves de Prague dans le communiqué final qui a été publié après leur sommet en juin à Bruxelles.

La ratification du traité de Lisbonne par la République tchèque est actuellement bloquée pendant que la Cour constitutionnelle examine si le traité est conforme à la Constitution du pays.

Sources AFP


Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article

julien 03/07/2008 18:30

Bravo les présidents européens de l'EST, polonais et tchèques, au moins eux pour avoir probablement vécu dans des démocraties populaires semblent se souvenir que les peuples existent réellement et que leur choix est et devraient être souverain car c'est bien cela le sens du mot démocraties !!! Rien à voir avec les faux culs présidentiels qui dirigent en occident et qui depuis longtemps ont pris l'habitude de considérer les peuples comme des connards n'ayant pas droit au chapitre , exactement comme Sarko malgré ses  origines hongroises  (comme Attila) !!! Apparement les présidents d'europe occidentales semblent beaucoup plus sous influence des patrons du lobby soniste que ceux de l'est-européens !!!L'important est que le lobby sioniste ne parviennent pas à imposer ses projets et ses objectifs financiers, politiques  et militaires à l'europe et à ses citoyens via des président dévoyés comme Sarko le sioniste hongrois "hexagonalisé"  !!!Vive la France et l'Europe totalement libre particulièrement des puissances occultes du lobby sioniste des Rotschilds  et des armées d'occupation incontrolable de l'OTAN !!!