Sarkozy incite à la révolte contre Mandelson

Publié le par Adriana EVANGELIZT



Sarkozy incite à la révolte contre Mandelson


Par John Lichfield, à Paris
The Independent, samedi 28 juin 2008
article original : "Sarkozy stirs revolt against Mandelson"


Le conflit explosif des personnalités - et des politiques - entre Nicolas Sarkozy et Peter Mandelson, le commissaire européen au commerce, menace de déclencher une nouvelle crise européenne.

La France, qui prend la présidence de l'UE pour six mois mardi prochain, a annoncé hier qu'elle a convoqué une réunion surprise des 27 gouvernements pour - effectivement - remettre en question la position de M. Mandelson dans les négociations sur le commerce mondial qui sont bloquées.

Même si M. Sarkozy ne sera pas présent à cette réunion à Paris, celle-ci sera inévitablement dominée par son coup de colère au sommet de Bruxelles , lorsqu'il a accusé M. Mandelson d'avoir provoqué le rejet irlandais au référendum sur le Traité de Lisbonne relatif à la réforme de l'UE, parce que ses propositions de libéralisation du commerce mondial sont très impopulaires.

Sarkozy a déclaré que "seul" M. Mandelson pensait qu'il était intelligent de proposer une réduction de 21% de la production alimentaire européenne lorsqu'un "enfant meurt de faim toutes les 30 secondes" dans le Tiers Monde.

En fait, l'approche de M. Mandelson à l'
OMC, le "Round de Doha", - réduire la protection agricole en Europe en échange de concessions sur les exportations européennes de biens et de services - est basée sur un mandat pour la libéralisation du commerce mondial accepté par tous les gouvernements.

Cette réunion appelée par Paris signale une tentative de M. Sarkozy d'imposer sa propre approche protectionniste vis-à-vis du commerce mondial, en particulier sur le commerce des denrées alimentaires. Cela signale aussi une volonté plus forte du président français d'abandonner l'approche "abstraite, distante et technocratique" de Bruxelles, en faveur d'une politique plus proche des préoccupations et des préjudices des gens ordinaires.

Une telle approche dans la présidence française de l'UE pourrait conduite M. Sarkozy à des conflits directs, non seulement avec M. Mandelson, mais avec la majorité des dirigeants européens favorables au "libre-échange", et notamment
Gordon Brown et Angela Merkel.

La réunion des ministres des affaires étrangères à Paris - qui sera présidée par Bernard Kouchner - aura lieu la semaine précédant la réunion de l'OMC des 30 pays les plus importants, le 21 juillet à Genève. Les discussions de Genève, qui pourraient durer une semaine, sont destinées à faire un dernier effort pour tenter de surmonter l'impasse commerciale entre l'Europe, les Etats-Unis, les pays nouvellement industrialisés et le monde en développement.

La réunion de Paris pourrait être interprétée comme un simple réexamen prudent, avant Genève, de la position conjointe des Européens dans ces négociations commerciales qui durent depuis sept ans. Mais Paris veut défier ce que M. Sarkozy insiste pour nommer "l'approche Mandelson". Le ministre français des affaires européennes, Jean-Pierre Jouyet, a déclaré : "L'Europe ne peut pas être inactive à l'OMC, [dont les pourparlers] sont une grande source de problèmes [agricoles] en Irlande, comme en France." La France accuse M. Mandelson d'être trop enclin à faire des concessions dans ces négociations, en desserrant les barrières douanières européennes sur les importations alimentaires provenant du Brésil, des Etats-Unis et d'autres pays non-européens. Et, de fait, réduire les subventions européennes aux exportations, sans obtenir de concessions sérieuses sur les exportations de produits manufacturés et de services financiers.

La Commission Européenne a déclaré que tout affaiblissement de la proposition européenne sur le commerce des denrées alimentaires provoquerait l'échec des négociations - avec des conséquences sérieuses pour l'économie mondiale.

Un haut-fonctionnaire de Bruxelles a accusé M. Sarkozy d'adopter une "approche simpliste et populiste". Le cabinet de M. Mandelson n'a pas fait de commentaires sur la réunion surprise de Paris mais a dit que l'Union Européenne mettrait en avant à Genève des concessions commerciales réciproques de la part des autres pays.

Sources et Traduction[JFG-QuestionsCritiques]

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article