Des «conseillers israéliens» ont aidé les forces spéciales

Publié le par Adriana EVANGELIZT






Des «conseillers israéliens» ont aidé les forces spéciales



par Serge Dumont, Tel-Aviv



Bogota a recruté des dizaines d'experts en 2007.

«L'opération Entebbe des Colombiens.» C'est en ces termes que les médias israéliens présentent la libération d'Ingrid Betancourt par un commando de l'armée colombienne. En effet, le 3 juillet 1976, la «Sayeret Matkal» (un commando d'élite de Tsahal) avait libéré les 244 passagers d'un avion retenus sur l'aéroport d'Entebbe (Ouganda) en utilisant des techniques de leurre semblables à celles employées il y a quelques jours par les Colombiens.

Or, en 2007, la Colombie a recruté des dizaines de «conseillers» israéliens issus de la «Sayeret Matkal», du Mossad, ainsi que du Shabak (la Sûreté générale de l'Etat hébreu). Opérant pour le compte de la société Global CST - une firme créée par l'ancien officier supérieur de la «Sayeret Matkal», Israël Ziv, et par l'ex-patron des Renseignements militaires israéliens, Yossi Kuperwasser -, ces «consultants» ont aidé les forces spéciales colombiennes à devenir plus performantes.

Chef des opérations de la «Sayeret Matkal» jusqu'en 2004, Israël Ziv et le personnel de Global CST ont formé les Colombiens aux techniques de renseignement (infiltration, retournement d'éléments ennemis, interception et brouillage de communications) ainsi qu'aux méthodes d'interrogatoire de prisonniers. En outre, ils ont participé à l'élaboration de stratégies visant à perturber le fonctionnement des FARC en isolant ses différents fronts, en sapant ses lignes d'approvisionnement, et en coupant les communications entre ses unités de base et son état-major.

Le contrat entre Global CST et la Colombie (10 millions de dollars) a été avalisé par le Ministère israélien de la défense. A la condition que les «consultants» israéliens ne participent pas directement aux opérations contre les FARC. Ou qu'ils ne prennent pas part physiquement à la libération d'otages détenus par la rébellion marxiste.

Ailleurs en Amérique latine

«Les «consultants militaires» israéliens n'opèrent pas qu'en Colombie. On en trouve dans de nombreux pays d'Amérique du Sud ainsi qu'en Afrique, explique le chroniqueur militaire Allon Ben David. Etant donné leur passé dans l'appareil sécuritaire de l'Etat hébreu, leurs firmes ont pignon sur rue en Israël où leurs activités sont connues des autorités. Celles-ci laissent généralement faire parce que ces «experts» aident à étendre l'influence d'Israël et parce qu'ils font tourner les industries militaires de leur pays.»

A ce propos, Israël est depuis longtemps le premier fournisseur de matériel militaire de la Colombie. Ces dernières années, Jérusalem à ainsi vendu à Bogota des armes légères, des drones, des bombes téléguidées, ainsi que du matériel électronique. La collaboration entre les deux pays a été renforcée en février dernier à l'occasion de la visite en Israël du ministre colombien de la Défense. Durant son séjour, Juan Manuel Santos a, entre autres, passé commande de 24 avions de chasse israéliens Kfir, des appareils de conception ancienne mais que l'on trouve toujours en activité dans plusieurs armées sud-américaines et au Sri Lanka.

Sources
Le Temps

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Ingrid Betancourt

Commenter cet article