Video - Lyon: 28 kilos d'explosifs volés sur un site mal sécurisé de la Sécurité civile

Publié le par Adriana EVANGELIZT





Lyon: 28 kilos d'explosifs volés sur un site mal sécurisé de la Sécurité civile


 



28 kg d'explosif, vraisemblablement du



28 kg d'explosif, vraisemblablement du

Semtex, a été découverte près de Lyon hier soir. La police a affirmé ce samedi matin que le vol est antérieur de plusieurs jours au moment où on s'est aperçu du manque. L'explosif a été volé dans une base de la Sécurité Civile, apparemment mal sécurisée (un comble!).

Du Semtex, c'est un plastic très performant, pratiquement indétectable car il ne sent rien: il peut donc se glisser dans une valise sans risques. Plus inquiétant: c'est aussi un explosif de prédilection des mouvements terroristes.

Inutile de préciser qu'au plus haut niveau de l'Etat on prend l'affaire très au sérieux. La ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie, a parlé de "défaillances dans la sécurisation du site".
Selon le site internet du JDD qui a révélé l'affaire hier soir, le local où étaient entreposés ces matériaux dangereux n'était pas surveillé.

"Pourquoi pas y stocker des fûts radioactifs tant qu'on y est?"
Joint par
RTL, Xavier Defurste, préfet du Rhône, affirme que "le stockage d'explosifs n'était pas autorisé sur le site de Corbas". "Le fort de Corbas était destiné à recevoir à la fin 2009 des explosifs à la fin de sécurité. Sur le plan pyrotechnique, le site était conforme, mais sur le plan de la sécurité, non! Les explosifs ont été entreposés au début de l'année 2008!"

Toujours sur
RTL, le maire de Corbas, Thierry Butin "On nous a menti! C'était un projet d'armement après des travaux de sécurisation du site! Je suis scandalisé. Le site n'est pas protégé: il n'y a pas de porte blindée, rien du tout. Je ne comprends pas qu'on stocke n'importe quoi n'importe où! Pourquoi pas des fûts radioactifs tant qu'on y est?"

(source:
lejdd.fr, AFP, le Parisien, Europe 1, RTL, France 3)

Sources :
Le Post

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Sarkozy-OTAN-Nucleaire

Commenter cet article