Petrella déterminée à ne pas retourner vivante en Italie, selon son mari

Publié le par Adriana EVANGELIZT

On suppose que l'état de santé catastrophique de Marina Petrella ne troublera pas les vacances du Tsar... ni le moral de la Dati ! Ils ont d'autres chats ou chattes à fouetter. Jouissons de la vie que diantre ! Qu'est-ce qu'on en a à foutre du malheur des autres ?

Voilà une femme à qui Mitterrand avait donné sa parole et voilà ce qu'elle est devenue. Les individus qui sont assis sur le trône de France ne sont bons qu'à nous amener du malheur et de la misère. Ils seront jugés à leurs oeuvres, le moment venu.



Petrella déterminée à ne pas retourner vivante en Italie, selon son mari



L'ancienne membre des Brigades rouges Marina Petrella, actuellement à l'hôpital psychiatrique parisien Sainte-Anne et toujours sous écrou extraditionnel, est déterminée à ne pas retourner vivante en Italie, a dit jeudi sur Europe 1 son mari, qui a pu la voir mercredi soir.

"Elle m'a regardé dans les yeux et elle m'a dit: +Je sais que ça va être dur mais ils n'emporteront que mon cadavre et ils n'emporteront rien d'autre+", a raconté Hamed Merakchi, qui n'avait pas revu sa femme depuis le 10 avril.

"Je l'ai trouvée très, très, très affaiblie. On dirait qu'elle a pris vingt ans. On dirait une petite vieille", a ajouté M. Merakchi qui "espère que tout cela va s'arranger" car "on n'est pas un pays de sauvages".

Transférée mercredi après-midi de l'hôpital pénitentiaire de Fresnes (Val-de-Marne) à Sainte-Anne, Mme Petrella demeure toujours sous écrou extraditionnel et en détention.

M. Merakchi a indiqué jeudi après-midi à l'AFP, lors d'un rassemblement devant le Centre Georges Pompidou pour la "libération immédiate" de Marina Petrella, avoir revu son épouse dans la matinée.

La chambre où elle se trouve "à l'isolement" à Sainte-Anne est gardée par deux policiers en civil et deux autres policiers en tenue sont en faction à l'entrée de l'hôpital, a-t-il expliqué à l'AFP.

"Les médecins estiment qu'elle ne peut pas être bien soignée dans ces conditions", a affirmé M. Merakchi qui s'est dit "très fier" de sa femme.

Le 20 juillet, les médecins de l'ex-brigadiste, 54 ans, avaient décrit une femme en "abandon de vie", atteinte de "troubles dépressifs et suicidaires" et souffrant de "dénutrition". Depuis son arrestation en août 2007, elle a perdu 20% de son poids et pèse aujourd'hui 39 kg.

Marina Petrella a été condamnée en Italie en 1992 à la réclusion criminelle à perpétuité, notamment pour complicité de meurtre d'un commissaire de police à Rome en 1981. Elle vit en France depuis 1993, où elle s'est mariée. Elle est mère de deux filles de 25 et 10 ans.

 Sources Le Point

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article