Six mois d'indépendance : les Kosovars voudraient que leur vie s'améliore

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Regardez ce qu'il en est de l'indépendance du Kosovo. Les Kosovars ne disposent pas d'eau et d'électricité en permanence...

 



Six mois d'indépendance:

les Kosovars voudraient que leur vie s'améliore



Six mois après son indépendance, le Kosovo apparaît comme un véritable pays, doté de sa Constitution, d'un hymne et dont les citoyens disposent d'un passeport, mais les Kosovars aspirent à une amélioration de leur vie quotidienne.

Le Kosovo a proclamé son indépendance de la Serbie le 17 février, qui a été reconnue jusqu'ici par 45 pays et notamment les Etats-Unis, ainsi que vingt des 27 Etats de l'Union européenne.

La Serbie s'oppose farouchement à cette indépendance et considère toujours le Kosovo comme l'une de ses provinces.

La nouvelle Constitution est entrée en vigueur le 15 juin, avec un hymne national, et les premiers passeports distribués un mois plus tard. Le Kosovo a ouvert dix ambassades dans les pays ayant reconnu son indépendance, et en particulier à Washington et à Bruxelles.

Selim Rexhepi, 42, chauffeur de taxi à Pristina, explique ce que fut son "bonheur lorsque nous fûmes reconnus comme indépendants par plusieurs grands pays".

Toutefois, ajoute-t-il aussitôt,
rien n'a vraiment beaucoup changé ces six derniers mois, relevant par exemple que
son foyer, comme tant d'autres, ne dispose pas "encore d'eau courante en permanence".

"Pourquoi avoir besoin de l'indépendance quand je ne dispose pas d'électricité chez moi la plupart du temps?", s'interroge Selim.

Les Kosovars considéraient que l'indépendance résoudrait tous leurs problèmes, y compris ceux "de l'approvisionnement électrique, de la pauvreté et du chômage", commente Shpend Ahmeti, d'un centre local d'analyses et de recherches, "Institute for Advanced Studies GAP".

"Gérer ces attentes et poursuivre les réformes sont désormais les plus grands défis (auxquels vont être confrontées) les mois prochains" les autorités de Pristina, ajoute Shpend Ahmeti.

Le vice-Premier ministre du Kosovo, Hajredin Kuci, répond que son gouvernement, tout en se concentrant sur "l'édification d'un nouvel Etat", a insisté aussi sur une "bonne gouvernance".

"Nous avons approuvé un programme économique destiné à améliorer la situation" au Kosovo, a-t-il ajouté en relevant que le gouvernement avait
pour priorité le "développement économique" et la "baisse du chômage".

Le Kosovo, l'un des pays les plus pauvres en Europe, connaît un taux de chômage d'environ 40%. Sa population, pour la plupart des Albanais, est de
deux millions d'habitants.

Bien que la déclaration d'indépendance de la Serbie ait
ôté l'"un des principaux obstacles aux investissements étrangers", ceux ci ne se feront pas sentir "dans les années à venir", selon Shpend Ahmeti.

"Si nous parlons d'économie, nous ne verrons pas de résultats dans les deux ou trois prochaines années", prévoit-il.

Une conférence internationale de donateurs s'est engagée en juillet à fournir
1,2 milliard d'euros (1,78 md de dollars) pour aider au développement de l'économie du Kosovo, mais a appelé les autorités de Pristina à éradiquer la corruption à tous les niveaux.

Le gouvernement "doit s'atteler avec la dernière énergie
aux principaux problèmes de la société", souligne Safet Gerxhaliu, de la chambre de Commerce du Kosovo.

"S'il ne le fait pas rapidement,
nous aurons droit à des troubles sociaux dans les rues organisés par les mêmes personnes qui célébraient l'indépendance le 17 février", a-t-il ajouté.

L'autre défi de taille pour les autorités kosovares est
le refus catégorique de l'indépendance par la minorité serbe, évaluée à quelque 100.000 personnes, et qui vit, repliée, principalement dans le nord du Kosovo.

Le vice-Premier ministre kosovar a déclaré
attendre que la Serbie cesse de soutenir "les extrémistes, ainsi que les tentatives visant à miner l'intégrité territoriale et la souveraineté du Kosovo".

"Nous avons la volonté politique de les voir (les Serbes) intégrés à la société du Kosovo", a-t-il souligné.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Sarkozy - Russie

Commenter cet article