Rice et Sarkozy appellent la Russie et la Géorgie à signer le plan de paix

Publié le par Adriana EVANGELIZT




Rice et Sarkozy appellent la Russie et la Géorgie à signer le plan de paix

La secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice et le président Nicolas Sarkozy ont appelé jeudi Moscou et Tbilissi à signer "sans délai" le plan de paix déjà approuvé pour mettre un terme au conflit en Géorgie.

Paris et Washington ont affiché leur identité de vues sur la crise, en affirmant notamment leur volonté de voir respecter par Moscou l'intégrité territoriale de la Géorgie.

Mme Rice a fait escale en France avant de se rendre, vendredi, à Tbilissi alors Washington continue de réclamer le retrait des troupes russes, et a durci le ton contre Moscou.

"Il est temps que le conflit s'achève", a déclaré Mme Rice à l'issue d'un entretien avec M. Sarkozy au Fort de Brégançon, résidence officielle des chefs de l'Etat dans le Var.

"Il faut arrêter le choc de la guerre, ça demande un peu de temps mais ça progresse", a dit de son coté M. Sarkozy.

Après la rencontre, la présidence de la République a indiqué dans un communiqué que les deux responsables avaient "estimé que le protocole d'accord en six points approuvé par le président russe Dmitri Medvedev et le président géorgien Mikheïl Saakachvili le 12 août devait être signé sans délai par les parties, afin de consolider la cessation des hostilités et d'accélérer le retrait des forces russes sur leurs positions antérieures au 7 août dernier".

La France, qui préside l'Union européenne (UE), est à l'origine de ce plan, qui a été accepté mais non formellement signé, et dont l'application restait encore fragile jeudi sur le terrain.

"Mme Rice sera demain en Géorgie porteuse d'un certain nombre de documents qui permettront de consolider le cessez-le-feu", a déclaré M. Sarkozy.

"Si demain, le président (Mikheïl) Saakachvili signe le document que nous avons négocié avec (le président russe Dmitri) Medvedev alors pourra s'amorcer le retrait des troupes russes. C'est ce qui est en cause", a-t-il souligné.

Un responsable américain, qui a requis l'anonymat, a expliqué à l'AFP qu'il ne s'agissait pas de nouveaux documents, mais "de clarifications" sur certains points de l'accord.

Le président de la République a encore estimé que "la situation s'améliore progressivement. Sur le terrain, ça va mieux", a-t-il dit.

M. Sarkozy a assuré qu'il y avait "une très grande identité de vue" entre la France et les Etats-Unis, "une volonté d'obtenir la paix, le retrait des forces militaires russes de Géorgie et le respect de la souveraineté, l'indépendance et l'intégrité de la Géorgie".

"La Géorgie, dont nous respectons l'intégrité territoriale, l'indépendance et la souveraineté, doit pouvoir revenir à une vie normale", a déclaré en écho la secrétaire d'Etat américaine.

Mme Rice a souligné que M. Medvedev avait promis de cesser les opérations militaires russes.

"Nous espérons qu'il tiendra parole et que ces opérations cesseront", a-t-elle souligné. "Nous allons travailler dur pour voir si nous pouvons arriver à mettre un terme à cette crise".

A Moscou, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a déclaré que l'intégrité territoriale de la Géorgie était "limitée de facto" et Moscou a menacé de reconnaître l'indépendance des deux territoires séparatistes d'Abkhazie et d'Ossétie du sud.

L'accord de cessez-le-feu prévoit le retour des forces géorgiennes dans leurs cantonnements et le retrait des troupes russes sur leurs positions d'avant le début du conflit en Ossétie du Sud le 8 août.

Des troupes russes se trouvaient toujours jeudi à Gori, ville stratégique proche de l'Ossétie du Sud.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Sarkozy - Russie

Commenter cet article