Soldats français en Afghanistan: «Il faut arrêter d'envoyer des enfants se faire tuer»

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Et en plus, ils envoient là-bas des jeunes qui n'ont même pas d'expérience militaire.



Soldats français en Afghanistan: «Il faut arrêter d'envoyer des enfants se faire tuer»


Le père de Julien Le Pahun, l'un des dix soldats tués lundi lors de combats contre les talibans en Afghanistan, a demandé mercredi «que le gouvernement arrête d'envoyer des enfants se faire tuer dans un stand de tir organisé».

«Pour une première mission, c'était mission impossible. On n'envoie pas des enfants qui n'ont qu'un an de formation sur un front qui est horrible», a regretté Joël Le Pahun. Son fils Julien allait avoir 20 ans mercredi. Il était originaire de Montévrain (Seine-et-Marne), avait trois frères et soeurs. Il s'était engagé en juin 2007 dans le 8e régiment de parachutistes d'infanterie de marine (RPIMa) à Castres (Tarn), l’unité la plus durement touchée par l’embuscade, et avait rejoint en juillet 2008 les forces de l'Otan en Afghanistan. «Protégeons les autres enfants pour que ça ne se reproduise plus jamais et envoyons plutôt des troupes aguerries.»

«Il y a beaucoup de questions »

Le père a prévenu qu'il «ne compte pas en rester là» et qu'il demanderait au président de la République Nicolas Sarkozy «de (leur) expliquer ce qui s'est réellement passé car il y a beaucoup de questions».

«Je l'appellais quasiment tous les jours. Il avait très peur et la dernière fois que je l'ai entendu vendredi il m'a raconté qu'ils étaient passés dans un corridor et que s'il y avait eu des talibans, ils seraient tous morts. Je pense que c'est ce qui s'est passé lundi», a-t-il précisé. Nous n'avons pas les mêmes intérêts économiques que les Etats-Unis pour justifier notre présence en Afghanistan, alors pourquoi sommes-nous le suppôt des américains ?»

«Il voulait être soldat. Il l'a fait, il est allé au bout... et voilà.»

Un autre père de soldat a témoigné ce mercredi matin sur RMC Info. Avec une grande pudeur, Sylvain a évoqué l’engagement de son fils, Alexis, également membre du 8e RPIMa. «C'était sa volonté depuis ses 12 ans, il voulait être soldat. Il l'a fait, il est allé au bout... et voilà.»

Pour son père, la carrière militaire d’Alexis, débutée il y a un an (6 mois de formation et 6 mois de manœuvres en France), était une vocation: «Il était extrêmement fier. Moi, je ne connaissais pas du tout le milieu militaire. Ce n'est pas vraiment le truc de la famille à la base. En décembre, j'ai assisté à la remise des fourragères et j'ai rencontré ses chefs directs. J'ai trouvé qu'Alexis avait vraiment trouvé quelque chose qui lui convenait. Il était heureux et très fier d'être allé au bout de ce qu'il voulait. Ce n'est quand même pas du gâteau la formation de parachutistes. C'est un gamin qui n'était pas du tout scolaire ; à l'école c'était pas évident. Par contre, quand il s'est trouvé là-bas, il avait la pugnacité, la rage d'avancer. Son seul regret, c'est de ne pas avoir fini premier pendant ses classes, et de n'avoir fini "que" deuxième, à quelques poussières de points du premier.»

«Il est parti, et on n’a plus eu de nouvelles»

Il raconte le départ de son fils : «Il est venu en permission début juillet, et il nous a dit qu'il partait. Il a fait la fête avec ses copains - à cet âge là, c'est ce qu'on fait de mieux. Et puis, il est parti, et on n'a plus eu de nouvelles, son portable ne fonctionnait pas. On n'avait pas d'informations sur ce qui se passait.»

Sans s’emporter, ce père de famille fait part de ses doutes sur l’engagement français en Afghanistan. «C'est pas le premier, c'est pas le dernier qui laissera sa peau, au nom d'intérêts qui nous échappent totalement. Je ne comprends pas vraiment l'importance d'envoyer des soldats en Afghanistan, dans la mesure où les gens là bas se battent depuis toujours... ils ont foutu les Russes dehors. Ils sont chez eux, et je ne pense pas que des petits gamins qui débarquent et qui n'ont jamais rien vu, puissent changer quelque chose au cours des choses. Voilà, c'est tout. C'était son métier. Je n'en veux à personne. Mais c'est vraiment sur l'autel de l'inutile.»

A écouter
ici.

Sources 20 MN

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Sarkozy-OTAN-Nucleaire

Commenter cet article

géraldine 21/08/2008 20:17

Pour être crédible dans leur patriotisme larmoyant, nos faux culs de  politiciens sionistes de l'UMP, de même que ceux du faux centre de monsieur Morin devraient pour donner l'exemple d'un patriotisme  authentique envoyer d'abord leurs propres enfants se battre en première ligne à l'étranger, chez les arabes et les musulmans ... au lieu d'envoyer les enfants des autres se faire massacrer pour faire plaisir à Georges w. Bush et aux forces d'occupation de l'OTAN : voilà une vérité élémentaire !!!Nos politiciens affiliés aux lobbies sioniste et néo-conservateur veulent du pétrole et du pavot ... qu'ils aient le piller eux-mêmes à l'étranger au lieu d'envoyer les enfants des autres guerroyer aux côté des américains, sans même oser parler de guerre et de conflit impérialiste !!!