En Afghanistan, la France joue son "statut de grande puissance", prévient Sarkozy

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Quel tas de mensonges et quelle imposture !




En Afghanistan, la France joue son "statut de grande puissance",

prévient Sarkozy



CASTRES, France — A la classe politique qui émet des doutes sur l'engagement des troupes françaises en Afghanistan, Nicolas Sarkozy a répondu mardi qu'il n'avait pas "peur" du débat, mais que la France ne pourrait retirer ses soldats sans renoncer à son statut de "grande puissance".

"Je le dis avec force: en abandonnant le peuple afghan à ses malheurs et à ses bourreaux, en abandonnant nos alliés démocrates et l'exercice des responsabilités internationales que nous confère notre statut de membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies, nous renoncerions d'une certaine façon à assurer la sécurité des Français et nous renoncerions au statut de grande puissance avec nos droits et nos devoirs pour la paix du monde", a lancé le chef de l'Etat.

Au moment où les ministres Bernard Kouchner (Affaires étrangères) et Hervé Morin (Défense) s'expliquaient à Paris devant les députés sur les conséquences de l'embuscade d'Uzbin, le président avait lui choisi de s'exprimer devant le 8e Régiment de parachutistes d'infanterie de marine de Castres (Tarn), qui a perdu huit des dix hommes tués dans une opération la semaine dernière.

"Le combat qu'ils menaient là-bas en Afghanistan, c'est un combat juste, un combat qu'on ne doit pas perdre", a redit le président, brandissant à nouveau la menace terroriste. "Là-bas, en Afghanistan, se joue une part de la liberté et de la sécurité du monde", a-t-il analysé, "une démission de notre part signifierait tout simplement le retour de la barbarie et la reconstitution d'un sanctuaire pour le terrorisme international". "Et nous ne sommes pas à l'abri du terrorisme."

Selon la réforme constitutionnelle votée le mois dernier suivant le souhait du président, c'est aux députés et aux sénateurs qu'il revient désormais de décider du maintien de la mission française, après un débat qui aura lieu le 22 septembre. "Il faut aller jusqu'au bout de ce débat et de ces questions", "nous le devons à la Nation", a souhaité le président pour qui "dans une démocratie, il n'y a pas de sujet tabou, il n'y a pas de domaine réservé". "Je ne peux pas dire que j'ai la conviction que c'est un combat juste et avoir peur de mener le débat d'idées sur cette question-là", a-t-il martelé.

Lors du vote, "que chaque parlementaire prenne ses responsabilités et dise devant le pays (si) nos soldats sont morts pour rien ou (si) là-bas ça vaut la peine de se battre pour les valeurs qui sont les nôtres", a appelé le président, se montrant confiant malgré les réticences exprimées par une grande partie de la gauche et par quelques voix à droite.

Dans l'immédiat, il a renouvelé aux familles sa promesse de les informer des propositions que lui feront dans "quelques jours" le ministre de la Défense, Hervé Morin, et le chef d'état-major, Jean-Louis Georgelin, pour "garantir à nos soldats les meilleures conditions de sécurité possibles dans l'accomplissement de leur mission sur le terrain". "Je vous dois la transparence, vous l'aurez", leur a-t-il promis.

Devant les députés à Paris, Hervé Morin venait d'annoncer qu'il proposerait pour cela d'envoyer "un certain nombre de moyens d'observation, de drones" sur place. Il a également évoqué l'envoi de forces spéciales: "ça fait partie des choses qu'on regarde et qu'on proposera au président de la République".

Interrogé sur ce point, Nicolas Sarkozy a refusé de dire s'il soutiendrait cette option.

SourcesLa Presse Canadienne

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Sarkozy-OTAN-Nucleaire

Commenter cet article

jean moulin, "terrorriste" français toujours en lutte contre l'occupation impérialiste 30/08/2008 23:08

Propos ridicule s'il en est : jouer son statut de grande puissance, alors qu'on l'a perdu il y a bien longtemps !???La France a perdu son statut de grande puissance durant la guerre d'Algérie et celle du Vietnam et depuis la France ne peut plus prétendre qu'à un statut de puissance moyenne, excepté sa force de frappe nucléaire mais comme il ne s'agit pas encore de nucléariser l'Afghanistan pour le punir de son rejet de l'occupation occidentale... ces propos sont parfaitement insensé !!!A moins que le rôle des forces armées françaises en tant que forces supplétives des forces d'occupation américaine et de l'OTAN en Afghanistan soit maintenant considéré comme une assimilation complète aux forces d'occupation de l'Empire à Bush !!!Décidément on est en plein délire, c'est Star Wars sur Afghanistan  !!!L'OTAN est une force d'occupation américaine de l'Europe, qui avec les forces militaires supplétives (ou auxiliaires) de l'europe et de l'OTAN mais principalement les forces américaines occupent aujourd'hui non seulement toute l'europe, en tentant d'encercler la russie, en occupant également l'arabie saoudite, le koweit, l'Irak et l'Afghanistan et en ambitionnant d'envahir prochainement l'Iran : voilà la vérité des faits !!!Certes avec Sarko, la France devient une force militaire supplétive des forces armées américaines et de son organisation d'occupation de l'OTAN ... dès lors, il n'y a pas à parler de grande puissance française pour autant mais plutôt de soumission des forces armées françaises à une grande puissance impérialiste étrangère : voilà une dedcription plus exacte et bien plus pitoyable aussi de la réalité !!!Il convient dans ce domaine aussi de ne pas prendre des vessies pour des lanternes, les conséquences pouvant à terme en être lourdes tant pour notre budget national que pour la vie de nos enfants : voilà la vérité !!!Finalement, La crédibilité de notre pays dans le monde, en tant que nouveau caniche militaire des USA, s'avèrera égalementb en particulièrement déplorable dans le monde : voilà une autre vérité !!!

abdelkader Dehbi 26/08/2008 23:02

Pour défendre le statut d'une grande nation comme la France, il faudrait encore pouvoir défendre sa propre stature d'Homme d'Etat. M. Nicolas Sarkozy pourrait-il décemment  prétendre à un tel statut ? Voire !