Israël: Ehud Olmert, un Premier ministre en sursis

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Comme nous le disons ailleurs, il faut qu'Olmert gicle. Sinon il finira comme Rabin. Quand on connaît la "mentalité sioniste" de ceux qui tirent les ficelles, tout est clair. Dès qu'Olmert a commencé à dire qu'il envisageait de rendre le Golan à la Syrie, les choses ont commencé à se précipiter. Ensuite il a osé dire qu'il fallait partager Jérusalem et pour finir il à l'intention de virer certains colons pour rendre des terres aux Palestiniens.Quelle trahison ! L'Armée, les services secrets et la police sont les bras armés du Zionisme international. C'est pour cetter raison d'ailleurs que Rabin a été si bien protégé comme on le sait. Regardez les videos sur le sujet ICI, il y en a quatre. La dernière se trouve ICI avec les liens des autres. Les religieux sionistes sont les premiers à tout enclencher pour que la curée ait lieu. Quand on entend dire qu'ils veulent l'inculper pour "corruption", on rigole. Parce que dans le gouvernement, on ne compte plus les corrompus. Mais bon... Olmert gêne. Et tout sera fait pour qu'il débarque. Sinon...





Israël: Ehud Olmert, un Premier ministre en sursis


Les recommandations de la police israélienne d'inculper Ehud Olmert pour corruption portent un nouveau coup à un Premier ministre sur le départ dont la marge de manoeuvre se réduit de jour en jour.

Bien que ces recommandations n'aient pas de conséquence immédiate et n'entraînent aucune obligation légale, les médias israéliens jugent lundi que "l'ère Olmert est finie", estimant qu'il finira par être mis en jugement, même si cela devait prendre plusieurs mois.

Pour l'heure, son gouvernement est en sursis, paralysé par des dissensions internes qui s'exacerbent à l'approche de sa fin, incapable de faire des choix difficiles sur la voie de la paix avec les Palestiniens ou la Syrie.

Fait révélateur: Olmert n'a même pas pu convaincre dimanche son cabinet de discuter d'un projet de compensations financières pour des colons qui voudraient être rapatriés de Cisjordanie ou seulement quitter des implantations isolées pour déménager dans des blocs de colonies qu'Israël veut annexer.

"A la place du Premier ministre j'abandonnerais aussitôt mes fonctions. Certes, il n'y a pas une obligation légale à le faire. Mais tout ce qui est légal n'est pas Kasher", a déclaré à la radio militaire l'ancien juge à la Cour suprême Yitzhak Zamir.

Le quotidien Maariv reproche à M. Olmert "de ne pas comprendre qu'il ne dispose pas d'un mandat pour gouverner" et que par son comportement "il laisse derrière lui une terre brûlée".

Pour le Haaretz, "Olmert devrait se voiler la face de honte", alors que le pour le quotidien à grand tirage Yediot Aharonot l'inculpation du Premier ministre ne fait plus de doute, même s'il s'agit de chefs d'accusation moins graves que la corruption.

De son côté M. Olmert qui, sous la pression de l'opinion, a d'ores et déjà promis de démissionner à la mi-septembre après les primaires de son parti, le Kadima, a fait savoir qu'il n'entendait pas renoncer pour l'heure à ses fonctions.

Son conseiller médiatique, Amir Dan a réaffirmé l'innocence du Premier ministre accusant, à la radio publique, la police d'avoir présenté des recommandations "sans la moindre valeur légale" afin de justifier une enquête qui piétine, selon lui.

"La police n'a toujours pas tiré les leçons de ses erreurs passées", a-t-il poursuivi, rappelant qu'elle avait recommandé d'inculper deux anciens Premiers ministres, Benjamin Netanyahu et Ariel Sharon, sans que le ministère public ne tînt compte de son avis.

La police a annoncé dimanche soir qu'elle avait recueilli suffisamment de preuves pour proposer l'inculpation de M. Olmert pour "corruption" et "abus de confiance", dans le cadre de deux des six dossiers qui le concernent.

Si la police peut recommander des poursuites contre un Premier ministre, la décision d'une inculpation revient toutefois au seul procureur général de l'Etat, Menahem Mazuz.

Dans le premier dossier, la police accuse Olmert d'avoir reçu d'importantes sommes d'argent en liquide d'un homme d'affaires juif américain, Morris Talansky, alors qu'il était maire de Jérusalem entre 1993 et 2003 puis ministre de l'Industrie et du Commerce jusqu'en 2006.

Il est aussi accusé de fraude dans une affaire de double facturation de billets d'avion, là aussi avant qu'il n'occupe le poste de Premier ministre, en 2006.

Même après avoir démissionné, M. Olmert devrait rester à son poste, le temps qu'un nouveau gouvernement soit formé.

Selon la législation, il reviendra au président Shimon Peres de demander au prochain chef du Kadima de constituer un gouvernement. Ce dernier disposera alors de 42 jours pour réunir une majorité parlementaire.

En cas d'échec, le président peut soit désigner un autre député pour mener cette mission, soit proposer au Parlement de voter une loi de dissolution de la Chambre, ce qui impliquerait des élections sous trois mois.

La législature actuelle s'achève normalement fin 2010.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt  

Publié dans Sarkozy-Israel

Commenter cet article