Un réseau international de blanchiment d'argent a été mis au jour par la justice belge

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Nous aimerions connaître la liste des mafieux. Nul doute qu'il doit y avoir un paquet de zionistes. C'est certain. Mais comme par miracle, les noms sont soigneusement camouflés. Bien entendu.



Le réseau international de blanchiment d'argent de Daniël Zalcberg a été mis au jour par la justice belge


La justice belge a mis au jour un important réseau international de blanchiment d'argent qui opérait comme une sorte de banque clandestine pour diverses organisations criminelles. A ce stade, quelque 80 millions d'euros ont été saisis par un juge d'instruction bruxellois.

L'affaire a apparemment démarré il y a quelques mois, après l'arrestation, à l'aéroport de Bruxelles-National, d'un homme qui transportait une importante quantité d'argent liquide. L'enquête aurait permis, depuis, d'éclairer le fonctionnement d'une organisation transnationale dirigée par un homme d'affaires belge, Daniel Zalcberg.
Partageant ses activités entre Bruxelles, la France et Israël, il aurait mis au point un réseau qui a aidé des centaines de personnes à blanchir de l'argent sans s'exposer au contrôle des banques. "L'affaire a été construite internationalement, de manière aussi professionnelle qu'une banque classique", a expliqué un enquêteur à un journal flamand.

Selon un autre quotidien, M. Zalcberg est passé aux aveux depuis son arrestation en France. Il prélevait une commission de 3 % sur toutes les transactions, organisait un trafic de fausses factures et avait à sa disposition de nombreux "courriers" et hommes de paille. Ce réseau bancaire de l'ombre aurait fonctionné durant huit années. Divers escrocs, des commerçants, des personnes fraudant le fisc et des dirigeants mafieux y auraient eu recours.

L'organisation aurait étendu ses activités à la Chine. Le juge d'instruction et des enquêteurs se sont rendus dans la région de Wenzhou, important centre textile où M. Zalcberg aurait payé des fabricants locaux avec de l'argent de ses clients européens. Les autorités chinoises auraient, à cette occasion, collaboré avec la justice belge, ce qui est décrit comme une première par les milieux proches de l'enquête.

Une quinzaine de personnes impliquées dans l'organisation ont déjà été identifiées. La police se dit d'autant plus attentive à ce vaste dossier qu'il illustre la manière dont des réseaux criminels s'adaptent au contrôle plus strict des flux d'argent imposé aux banques.

Jean-Pierre Stroobants

Sources
L'Aviseur International

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article