En réponse à Rice, Poutine et Fillon prônent un "lien étroit" entre Russie et Europe

Publié le par Adriana EVANGELIZT



Pour un peu on embrasserait Fillon et même Sarkozy. C'est vous dire l'euphorie. Poutine et Fillon prônent un "lien étroit" entre Russie et Europe. Ceci pourrait s'intituler "la réponse du berger à la bergère" qui trouvait que " ce comportement est celui d'une Russie de plus en plus autoritaire dans le pays et agressive à l'étranger"... agressive à l'étranger ! Allez dire ça aux musulmans qui vivent en Amérique et à ceux du Proche et Moyen-Orient. Allez leur dire que Poutine a une politique agressive. A croire que les miroirs sont en bois chez elle. Dans quel monde vivons-nous pour tolérer pareilles infâmies ? Pour tolérer les propos de Rice qui ose formuler : "Nous ne pouvons nous permettre de donner raison aux préjugés apparents de certains dirigeants russes, qui pensent que si on fait suffisamment pression sur certains pays, si on les intimide, on les menace et on les frappe, nous allons céder, oublier et finir par nous incliner". Qui n'a pas en mémoire les confessions de Musharraf, après son passage à l'ONU, osant confier à la presse que Richard Armitage lui avait asséné : "Tenez-vous prêts à être bombardés. Tenez-vous prêts à retourner à l'Âge de Pierre". Qui intimide ? Qui menace et qui frappe ? Poutine ? Qui a frappé, pillé et ruiné l'Irak ? Et qui a menti et fourni de faux prétextes pour le faire ? Et qui ose reprocher à la Russie de perpétrer ce qu'elle et ses acolytes perpètrent ? Sans rire, comment ose-t-elle proférer "Les Etats-Unis et l'Europe ne doivent pas laisser la Russie tirer un quelconque bénéfice de son agression. Ni en Géorgie ni ailleurs" ? Vous remplacez les USA par la Russie dans son discours belliqueux et vous avez l'exacte vérité. Par exemple, ici : "Les actions de la Russie en Géorgie "correspondent à une détérioration de son comportement depuis quelques années". En ce qui concerne l'Amérique, ce n'est même plus une détérioration, c'est carrément un pourrissement dû à des idéologues nocifs du type Cheney. Ce sont eux les agresseurs mais ils ont le culot de nier ce fait pour coller leurs vices et leurs tares sur le dos des autres. Ensuite, non contente de criminaliser les dirigeants russes, Rice fait planer les punitions : "La candidature de la Russie à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) est maintenant remise en cause. Son adhésion à l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) l'est aussi", ce qui prouve bien d'ailleurs que ces deux organisations sont à leur service et qu'ils y font la pluie et le beau temps, s'en servant comme moyen de rétorsion si ON ne va pas dans leur sens.

Car c'est là que le bât les blesse en ce qui concerne la Russie. Poutine et Medvedev ne veulent pas soumettre leur pays aux diktats des idéologues américains. Ils ont le courage de se rebeller et de dire STOP ! Ca suffit ! Le monde ne vous appartient pas et vous n'avez pas à y faire régner vos lois iniques. Alors évidemment, la Russie est un très mauvais exemple. Imaginez que d'autres suivent le mouvement. L'Europe, par exemple ? Bien que cela semble difficile avec les "ânes de Troie" de l'Est qui vouent les Russes aux gémonies. Mais tout simplement deux grands pays comme la Chine ou l'Inde ? C'est de cela que Rice et ses suivants ont peur. Ils sentent bien que la Russie est en train d'échapper à leur férule malgré l'encerclement évident des bases de l'OTAN. Voilà pourquoi ils en veulent à Poutine et le traitent de tous les noms d'oiseaux. Poutine est un anti-démocrate comme si eux étaient des démocrates. On sait comment ils exportent leur démocratie. Des millions de gens en ont payé le prix de leur vie. Ne leur a pas échappé non plus que Poutine lorsqu'il était président a noué des liens étroits avec tous les pays ou groupes couchés sur leur fameuse liste noire. Il n'y a qu'à voir le mépris de Rice lorsqu'elle assène : "La Russie a reçu peu de soutien pour ses actes: on peut difficilement qualifier de triomphe diplomatique une tape sur le dos de Daniel Ortega et du Hamas". Admirez le mépris. Pauvre d'elle ! Il y a une chose qu'elle oublie, c'est que tous les peuples opprimés du monde sont derrière Poutine car il leur rend leur honneur. Lui et Medvedev ne se couchent pas devant les Etats-Unis comme tant de pays occidentaux. Et c'est pour cela que nous même nous les adorons. Nous n'avons pas peur de le dire. Quelle fierté pour les Russes d'avoir de tels dirigeants ! D'ailleurs les sondages ne s'y trompent pas. Leur côte de popularité est au top. On voit avec quel ironie ils prennent plaisir à narguer ces donneurs de leçons. Ils en rajoutent. Exprès. Histoire de leur dire, n'oubliez pas ce que vous avez fait et continuez de faire.

Il y a en Europe des dirigeants qui ne sont pas dupes. La réponse du berger Fillon à la bergère Rice est on ne peut plus claire même si aucun commentaire n'a été fait suite à ses propos incendiaires. Cause toujours, tu m'intéresses ! "Plus l'Europe et la Russie se parleront, entretiendront des relations confiantes, auront des liens économiques étroits, plus la stabilité et la paix seront faciles à construire" a dit François Fillon. Et nul doute que le premier ministre n'a pas tenu ces propos sans s'être entretenu avec Nicolas Sarkozy avant son départ pour Sotchi. Pour une fois, nous sommes fiers d'être Français. Bienvenue dans le royaume des grands Messieurs Poutine et Medvedev !

 

 

Poutine et Fillon prônent un "lien étroit"

 entre Russie et Europe

 

 

Vladimir Poutine et François Fillon, les Premiers ministres russe et français, ont insisté ensemble vendredi sur la nécessité de "liens étroits" entre la Russie et l'Europe pour garantir "la stabilité et la paix".

"Plus l'Europe et la Russie se parleront, entretiendront des relations confiantes, auront des liens économiques étroits, plus la stabilité et la paix seront faciles à construire", a affirmé M. Fillon à son arrivée à la résidence officielle de son homologue russe à Sotchi.

"Je suis absolument d'accord avec vous", a aussitôt répondu M. Poutine, lors d'un bref entretien devant la presse, en préambule à un dîner des deux dirigeants.

Ces propos interviennent au lendemain de vives critiques exprimées contre la Russie par la secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice.

La rencontre Poutine - Fillon a lieu dans le cadre d'un séminaire gouvernemental franco-russe prévu de longue date, mais qui était resté en suspens ces dernières semaines en raison de la crise géorgienne.

"Nous avons tenu à ce que cette rencontre puisse avoir lieu à la date qui avait été fixée", a souligné vendredi M. Fillon, "car nous attachons une grande importance au renforcement du partenariat entre l'Union européenne et la Russie".

M. Poutine a loué en retour "la ténacité, le talent diplomatique, la patience" de Nicolas Sarkozy dans la crise, et reconnu que la France avait "une grande responsabilité" en conduisant actuellement la diplomatie de l'UE.

Il a également réaffirmé que "tous les accords obtenus grâce aux efforts du président français vont être réalisés".

Lors d'un sommet extraordinaire tenu le 1er septembre, les pays de l'UE avaient décidé de geler les négociations pour un nouveau partenariat stratégique UE-Russie, destiné à resserrer les liens politiques, économiques et énergétiques. II s'agit de la seule mesure prise par les Européens à l'encontre de la Russie, depuis le début du conflit avec la Géorgie.

La secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice avait appelé jeudi les Européens à l'unité face à une Russie qu'elle jugeait de plus en plus "autoritaire" et "agressive".

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Sarkozy - Russie

Commenter cet article

Marjorie 20/09/2008 14:34

C'est sûr que Poutine et Medvedev en ont une sacrée paire ! Ils n'ont pas peur de dire ce qu'ils pensent à Bush et consort. Les Européens pourraient copier. Mais malheureusement, eux sont plutôt à ranger dans les eunuques. Il faut le dire.