Parachutes dorés: Sarkozy fixe un ultimatum aux patrons

Publié le par Adriana EVANGELIZT

On aura tout vu ! Axel Miller de la banque Dexia aurait eu droit à un parachute doré de 3,7 millions d'euros, il a dû y renoncer sous la pression du gouvernement français qui a menacé de ne pas débloquer l'argent nécessaire ! Alors la banque fait faillite mais Monsieur aurait eu 3,7 millions d'euros ! Ces individus-là nous dégoutent complètement.



Parachutes dorés: Sarkozy fixe un ultimatum aux patrons



Nicolas Sarkozy a demandé aux organisations patronales de lui présenter avant le Conseil des ministres de mardi leurs propositions pour encadrer les rémunérations des chefs d'entreprise, dont les "parachutes dorés", a annoncé vendredi l'Elysée.

A l'issue d'une réunion vendredi matin avec les ministres de l'Economie Christine Lagarde et du Travail Xavier Bertrand, le président de la République a demandé aux organisations patronales de "présenter publiquement leurs propositions" sur l'encadrement des rémunérations des patrons "avant le mardi 7 octobre afin que le gouvernement puisse en tirer les conséquences lors du Conseil des ministres qui se réunira à cette date", indique l'Elysée.

Lors de son discours de Toulon le 25 septembre, M. Sarkozy avait demandé à ces organisations de lui faire avant la fin de l'année des propositions destinées à instaurer des "pratiques acceptables" sur le sujet, faute de quoi le gouvernement serait amené à légiférer.

Mais mercredi, au coeur de la polémique provoquée par les indemnités de départ de la banque franco-belge Dexia sauvée de la faillite par une intervention de Paris, Bruxelles et Luxembourg, le gouvernement avait annoncé qu'il présenterait "dans les prochaines semaines" un texte à ce sujet, sans attendre les propositions patronales.

Avant le communiqué de l'Elysée, le Medef a par ailleurs fait savoir vendredi qu'il présenterait lundi ses propositions pour encadrer la rémunération des dirigeants d'entreprise.

Au cours de la réunion de vendredi matin, Nicolas Sarkozy a rappelé sa volonté de "mieux encadrer les modes de rémunération des dirigeants, de manière à éviter à l'avenir de nouveaux abus, encore plus inexcusables dans le contexte actuel", selon l'Elysée.

Le chef de l'Etat a souhaité que "les dirigeants qui ont le statut de mandataire social ne bénéficient pas en même temps des garanties liées à un contrat de travail, qu'ils ne reçoivent pas d'actions gratuites (et) que leur rémunération soit indexée sur les performances économiques réelles de l'entreprise", indique le communiqué.

Il a également indiqué qu'il ne voulait pas que les dirigeants puissent prétendre à un parachute doré "lorsqu'ils ont commis des fautes ou mis leur entreprise en difficulté et qu'en tout état de cause les conditions d'attribution des indemnités de départ soient précisées et limitées".

Il s'est enfin prononcé en faveur de la généralisation de l'intéressement et de la distribution des stocks-options à tous les salariés d'une entreprise lorsque ses dirigeants en sont bénéficiaires.

Le patron de Dexia, Axel Miller, a dû renoncer à une indemnité de départ de 3,7 millions d'euros, sous la pression du gouvernement français qui a menacé de ne pas débloquer l'argent nécessaire au sauvetage de la banque franco-belge.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt  

Commenter cet article