La Bourse de Paris dégringole (-4,49%), à l'unisson des Bourses asiatiques

Publié le par Adriana EVANGELIZT



La Bourse de Paris dégringole (-4,49%), à l'unisson des Bourses asiatiques


La Bourse de Paris dégringolait lundi matin à son plus bas niveau depuis janvier 2005, le CAC 40 lâchant 4,49% dans les premiers échanges, affolé comme les places asiatiques par les nouveaux développements de la crise financière en Europe.

A 9H35 (7H35 GMT), l'indice vedette cédait 183,21 points à 3.897,54 points et perdait tout le bénéfice de sa forte hausse de vendredi (+2,96%).

Londres abandonnait 4,04%, Francfort 3,97% et l'Eurostoxx 50 3,80%.

L'adoption par le Congrès américain du plan de sauvetage des banques n'a nullement rassuré Wall Street, pas plus que les Bourses asiatiques, les investisseurs préférant attendre de voir les effets de ces mesures sur les établissements en difficulté.

"On ne répétera jamais assez que, si la mise en place effective de l'ensemble des mesures du plan Paulson marquera très probablement une inflexion dans la crise actuelle, elle n'en signifiera pas la fin", a commenté Eric Vergnaud, économiste de BNP Paribas, évoquant "de nouvelles dépréciations".

Carsten Brzeski, de la banque néerlandaise ING, a déploré de son côté l'absence de projet similaire au sein de l'Union européenne, plusieurs gouvernements ayant préféré annoncer en ordre dispersé des garanties exceptionnelles pour les dépôts des particuliers.

Or, après la cascade de défaillances annoncées la semaine dernière, les banques et compagnies d'assurances allemandes ont accordé dimanche une garantie de 15 milliards d'euros supplémentaires à Hypo Real Estate (HRE), qui avait déjà fait l'objet d'un plan de sauvetage.

Cette nouvelle faisait chuter les valeurs financières: Axa perdait 6,26% à 21,66 euros, Crédit Agricole 6,76% à 14,35 euros, Dexia 11,10% à 7,59 euros, Natixis 8,21% à 2,46 euros et Société Générale 6,05% à 64,42 euros, d'autant que le marché interbancaire s'est encore tendu la semaine dernière.

Même BNP Paribas, qui vient de prendre de contrôle de Fortis en Belgique et au Luxembourg, cédait 5,70% à 28,64 euros. Le Crédit Mutuel-CIC a pourtant salué "un coup de maître", permettant à la banque de reprendre à "très bas" prix "la tête du peloton des banques européennes".

Les pétrolières et parapétrolières souffraient de leur côté du nouveau repli des cours du brut: Total, première pondération du CAC 40, reculait de 4,36% à 40,79 euros, Vallourec abandonnait 6,23% à 125,69 euros, Bourbon 5,50% à 28 euros et CGG Veritas 7,58% à 18,18 euros.

Sources Le Point

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans DETTE-DEFICIT-ECONOMIE

Commenter cet article