L'Europe annonce ses chiffres: près de 1.500 milliards pour les banques

Publié le par Adriana EVANGELIZT



L'Europe annonce ses chiffres: près de 1.500 milliards pour les banques



PARIS (AFP) — Les grands pays de l'Union européenne ont égrené lundi leurs plans nationaux de sauvetage des banques, aboutissant à une addition de près de 1.500 milliards d'euros pour les recapitaliser ou garantir leur financement.

Au lendemain d'un sommet de crise des pays de la zone euro, dimanche soir à Paris, les dirigeants européens ont mis leurs chiffres sur la table. Ils ont de quoi donner le tournis aux citoyens européens, mais visent à rétablir la confiance dans un système financier au bord de l'effondrement.

Berlin a annoncé 480 milliards d'euros, Paris 360 milliards, Madrid et Vienne 100 milliards chacun, Lisbonne 20 milliards. Ces chiffres des pays de la zone euro s'ajoutent au plan britannique qui avait montré la voie la semaine dernière avec 380 milliards d'euros. L'Italie a annoncé qu'elle dépenserait "autant que nécessaire" pour ses banques.

"Il faut débloquer le marché entre banques. L'argent ne circule plus", a commenté le chef de l'Etat français Nicolas Sarkozy, président en exercice de l'Union européenne.

Lors d'un sommet dimanche à Paris, les 15 pays de la zone euro se sont entendus sur un plan d'action comprenant deux grands principes: l'entrée possible des Etats dans le capital des banques en difficulté, et la garantie apportée par les gouvernements aux prêts interbancaires.

Ainsi les plans nationaux reprennent-ils ces deux grands axes. En Allemagne, 400 milliards pourront servir à sécuriser le marché interbancaire, et 80 milliards aux recapitalisations éventuelles. En France, Nicolas Sarkozy a mis sur la table 320 milliards garantir pour les prêts entre banques et 40 milliards pour des recapitalisations d'établissements en difficulté.

"Il ne s'agit pas de faire des cadeaux aux banquiers, il s'agit de faire en sorte que les consommateurs, les investisseurs puissent continuer à fonctionner d'une façon rationnelle", a déclaré le président de l'Eurogroupe et Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker. "Les banques qu'on assistera devront payer", a-t-il ajouté.

Les garanties seront payantes au prix du marché pour les banques qui en bénéficieront, ont insisté les dirigeants européens.

Ces derniers veulent éviter de voir les opinions publiques se retourner contre des plans qui comprennent des sommes astronomiques en faveur des institutions jugées responsables de la crise.

Les dirigeants de l'UE jugent crucial ce dispositif de soutien aux échanges interbancaires, qui sont pratiquement à l'arrêt. Les banques ne se prêtent plus entre elles, car elles ont peur des faillites. Et elles accordent moins de crédits aux ménages et aux entreprises.

Cela va "permettre de redonner de la confiance", a estimé la chancelière allemande Angela Merkel. "C'est la monnaie dans laquelle nous serons payés", a-t-elle ajouté.

"Le pari raisonnable que nous tentons est qu'en apportant cette garantie, nous n'aurons pas à la faire jouer", a estimé Nicolas Sarkozy.

Les Bourses européennes, qui sortent de la semaine la plus noire de l'Histoire, se sont nettement redressées lundi, gagnant de 5 à 8%. Cette reprise était confirmée à Wall Street, avec un indice Dow Jones en progression de 4%.

La réponse européenne à la crise financière fait écho au plan Paulson aux Etats-Unis, évalué à 700 milliards de dollars et qui pourrait servir à l'entrée de l'Etat dans le capital de plusieurs banques.

Mais elle trouve surtout son inspiration du côté de Londres, où le Premier ministre Gordon Brown a été le premier à proposer ce cocktail de mesures, fait de prises de participations étatiques et de mécanismes de garantie.

Le gouvernement britannique est passé à l'acte lundi matin, en injectant 47 milliards d'euros dans le capital de trois banques, RBS, HBOS et Lloyds TSB.

Mercredi et jeudi, les 27 pays de l'UE se retrouveront à Bruxelles pour un nouveau sommet, qui devrait confirmer ces orientations.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans DETTE-DEFICIT-ECONOMIE

Commenter cet article