Villepin évoque de "possibles" pressions de l'exécutif

Publié le par Adriana EVANGELIZT



Villepin évoque de "possibles" pressions de l'exécutif


"Le parquet est sous les ordres de la Chancellerie, la garde des Sceaux est nommée par le président de la République... ce dossier est politique", affirme l'ex-Premier ministre, poursuivi dans l'affaire Clearstream.

'ancien Premier ministre, Dominique de Villepin a évoqué, dimanche 12 octobre, de "possibles" pressions de l'exécutif sur le parquet de Paris, qui a requis son renvoi en
correctionnelle pour "complicité par abstention de dénonciation calomnieuse" dans le dossier Clearstream. A la question "est-ce qu'on peut faire pression sur le parquet ?", Dominique de Villepin a répondu sur Radio J que "malheureusement, cela fait partie des choses qui sont possibles. En tout cas, intervenir sur le parquet, cela fait partie des choses possibles".

"Dossier politique"

"Le parquet est sous les ordres de la chancellerie, la garde des Sceaux est nommée par le président de la République... ce dossier est politique", a-t-il poursuivi tout en précisant qu'il ne souhaitait pas "faire de procès d'intention à personne". "Je suis en colère car je considère que rien ne vient justifier aujourd'hui une telle décision" a-t-il ajouté, en parlant de "construction politique et médiatique". "Nicolas Sarkozy connaissait parfaitement l'ensemble des éléments du dossier et peut-être beaucoup mieux que moi à bien des égards à cette période" quand il était ministre de l'Intérieur, a-t-il affirmé. Le procès en correctionnelle, "ce sera l'occasion de dire la vérité", estime l'ancien Premier ministre.

Sources
Nouvel Observateur

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Villepin Sarkhozy

Commenter cet article