Crise financière: sommet de l'UE, les Bourses en forte baisse

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Alors au début on annonçait 1500 milliards puis 1900 et maintenant on en est à 2000. L'UE est riche pour financer les banquiers... c'est tout. Et tout ça pour rien car on va droit dans le mur de toute façon.




Crise financière: sommet de l'UE, les Bourses en forte baisse

De l'autre côté de l'Atlantique aussi, le spectre de la récession cristallise désormais toutes les inquiétudes: le secrétaire au Trésor Henry Paulson a averti que les Etats-Unis allaient traverser une période économique difficile pendant "plusieurs mois".

L'objectif du sommet européen qui devait s'ouvrir cet après-midi à Bruxelles: rallier l'ensemble des membres de l'UE au plan de sauvetage des banques de 2.000 milliards d'euros adopté dimanche par les 15 pays de la zone euro et le Royaume-Uni lors d'un sommet dimanche à Paris.

Reste à convaincre onze pays membres, dont la République tchèque. Ardent défenseur d'une doctrine libérale, le Premier ministre Mirek Topolanek s'est déjà dit prêt à opposer "durement" son veto à toute proposition qui dépasserait le cadre du "bon sens".

Au menu du sommet également, les signes de récession qui se multiplient en Europe. L'Irlande y est déjà et l'économie allemande, la première d'Europe, est "au bord de la récession", selon les instituts allemands de conjoncture.

Les sommes colossales débloquées par les Européens et les Américains pour soutenir leur secteur bancaire ont certes éloigné, momentanément, la crainte d'un effondrement du système financier mondial, mais n'ont pas réussi à dissiper les inquiétudes des investisseurs.

Après deux jours de liesse, la plupart des indices des marchés financiers ont viré au rouge mercredi.

La Bourse de New York, déjà en recul mardi dans un marché inquiet du ralentissement économique, a de nouveau ouvert en baisse mercredi, le Dow Jones perdant 1,65% et le Nasdaq 1,40%.

Dans la foulée, les Bourses européennes ont creusé leurs pertes. Vers 14H15 GMT, le Footsie perdait plus de 6% à Londres, le Dax 4,7% à Francfort et le CAC 5,4% à Paris.

Wall Street accusait également le coup, le Dow Jones cédant 3,5% vers 14H25 GMT.

Face à une crise qui perdure, les chefs d'Etat et de gouvernements européens apparaissaient déterminés à renforcer leur cohésion.

"Jouer cavalier seul serait une erreur fatale pour tous les gouvernements", a prévenu le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso.

Les Européens s'apprêtaient à entériner la création d'une "cellule de crise financière", selon un projet de déclaration dont l'AFP a obtenu copie. Cette cellule devrait réunir les présidents de la BCE, de la Commission européenne, de l'Eurogroupe et du Conseil européen.

La Commission européenne a proposé de relever de 20.000 à au moins 100.000 euros, d'ici un an, le montant minimum de garantie bancaire des particuliers dans l'UE. Cette proposition va au-delà des 50.000 euros sur lesquels les ministres européens des Finances s'étaient mis d'accord la semaine dernière.

La Banque centrale européenne (BCE) a injecté 100 milliards de dollars supplémentaires mercredi pour aider les banques à se refinancer.

Une semaine après la baisse concertée des taux de plusieurs grandes banques centrales, dont la Fed américaine et la BCE, la banque centrale norvégienne a abaissé à son tour son taux directeur d'un demi-point à 5,25%.

La Banque centrale d'Islande, pays en proie à une grave crise financière, a même baissé son taux directeur de 3,5 points (à 12%), tout en estimant que ce remède choc ne suffirait pas à empêcher une très probable récession.

Au moment où la récession menace, les appels à réformer la finance mondiale et à renforcer la coopération internationale se multiplient. Et les Etats-Unis, jugés responsables de la crise, sont plus que jamais montrés du doigt.

José Manuel Barroso et le Premier ministre britannique Gordon Brown ont exhorté Washington à s'impliquer davantage sur le parquet international pour améliorer la surveillance du système financier.

"L'Europe mène la réponse mondiale" face à la crise financière, et il est urgent "de renforcer la coordination au niveau international et particulièrement avec les Etats-Unis", a insisté M. Barroso.

La chancelière allemande Angela Merkel a annoncé une réunion du G8 "avant la fin de l'année".

A New-Delhi, l'Inde, le Brésil et l'Afrique du Sud, réunis mercredi en sommet, ont fustigé les pays riches pour avoir provoqué la crise financière mondiale.

De mauvais indicateurs ont avivé les craintes sur la santé de l'économie mondiale.

Les ventes de détail aux Etats-Unis ont reculé en septembre de 1,2% par rapport à août. Cette baisse, la plus forte depuis août 2005, est bien plus importante que prévu.

"L'économie américaine semble en récession", a déclaré une responsable de la Réserve fédérale américaine, Janet Yellen.

Les ventes de voitures neuves ont plongé en Europe de 8,2% sur un an en septembre, atteignant leur niveau le plus bas depuis 10 ans.

Au Royaume-Uni, le chômage a enregistré sa plus forte hausse en trois mois depuis 1991, atteignant son niveau le plus élevé depuis 2000.

Le Premier ministre français François Fillon a évoqué une crise "profonde" et "exceptionnelle", avouant craindre "une panne de croissance" pour la France l'an prochain, avec des "conséquences" sur l'emploi.

Les mauvaises nouvelles sont aussi venues d'Asie. Le Japon a vu son excédent courant chuter de moitié en août, et la production industrielle de l'Archipel a baissé de 6,9%.

Si le Nikkei a clôturé sur un gain de 1,06% à Tokyo, après avoir évolué dans le rouge toute la journée, les autres grandes places financières asiatiques ont fini en baisse, avec des reculs de 4,96% à Hong Kong et de 1,12% à Shanghai.

Selon le chef de l'exécutif de Hong Kong, Donald Tsang, la crise financière actuelle est plus grave que celle qui avait touché l'Asie en 1997: "Le tsunami financier auquel nous devons faire face est une crise mondiale".

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt



Les dirigeants européens tentaient mercredi à Bruxelles d'élargir leur front commun face à la crise à l'ensemble des 27 membres de l'Union européenne, alors que les craintes toujours plus vives d'une récession continuaient à alimenter la déprime des Bourses.

Publié dans DETTE-DEFICIT-ECONOMIE

Commenter cet article

David C. 16/10/2008 03:28

vodnara 15/10/2008 21:25

non rien ne va plus et peut être le temps est-il venu pour se poser enfin des questions essentielles et se rappeller notre appartenance au Monde Spirituel versus le monde matérialiste? Votre ancien blog visionnaire over blog devrait peut être ressurgir?

Adriana EVANGELIZT 16/10/2008 09:42


A Vodnara...

J'étais justement en train de préparer un article... mais je dis beaucoup de choses ici

http://apocalypse666.over-blog.com/article-22884186.html

car nous arrivons à la fin de notre civilisation, comme les Mayas, Incas et autres grands peuples tombés en décadence juste avant la grande catastrophe qui les a rayés de la surface de la Terre. Il
va se passer la même chose. La Terre prépare un basculement...

Cordialement