Réforme de l'audiovisuel : Bayrou dénonce une "régression sans précédent"

Publié le par Adriana EVANGELIZT



Réforme de l'audiovisuel : Bayrou dénonce une "régression sans précédent"



"La séparation des pouvoirs est durement atteinte par la réforme de l'audiovisuel" car "il n'est pas acceptable que le pouvoir considère qu'il a le droit de nommer le président de l'audiovisuel", déclare le président du Modem. Il dénonce en outre "le cadeau aux chaînes privées" avec l'interdiction de la publicité sur les chaînes publiques.

La réforme de l'audiovisuel constitue une "régression sans précédent" estime mercredi 22 octobre le président du MoDem, François Bayrou. Il a en outre dénoncé "le cadeau aux chaînes privées" avec l'interdiction de la publicité sur les chaînes publiques.
"La séparation des pouvoirs est durement atteinte par la réforme de l'audiovisuel" car "il n'est pas acceptable que le pouvoir considère qu'il a le droit de nommer le président de l'audiovisuel", a déclaré François Bayrou à l'Association des journalistes parlementaires.
"C'est une régression sans précédent, non seulement la nomination mais, pire la révocation" du président de France-Télévision", a-t-il ajouté. (>
Lire le rapport Copé)

Un "cadeau aux chaînes privées"

"Dans toutes les démocraties, le pouvoir appartient aux citoyens qui payent la redevance. Dans toutes les démocraties du monde, il existe un sas entre le pouvoir et l'audiovisuel public", a-t-il insisté.
"Cette régression incroyable est accentuée par la décision" d'interdire la publicité sur les chaînes publiques, a-t-il dit. Cette décision est "un cadeau pour les chaînes privées" et met "les chaînes publiques sous la menace d'un garrot".
Interrogé sur
la déclaration du porte-parole de l'UMP Frédéric Lefevbre, selon lequel il est "évidemment nécessaire qu'il y ait un certain nombre de gens qui partent" de France Télévisions après la réforme, François Bayrou a répondu : "Il y a des gens de pouvoir qui ont choisi de démolir l'audiovisuel public" mais "ce n'est pas au parti au pouvoir de décider d'un plan social".
Le projet de loi sur la réforme de l'audiovisuel, qui entérine notamment la suppression de la publicité à France Télévisions, a été
examiné mercredi en Conseil des ministres et devrait être voté en novembre.

Sources
Le Nouvel Observateur

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article