Coups d'arrêts dans les usines Renault et Peugeot pour réduire la production

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Voyez un peu ce qui se profile à l'horizon. Renault, une des plus grosses usines de France va réduire sa production et mettre des ouvriers au chômage par obligation. Imaginez les petites entreprises. Dans certains pays, il n'y a plus de liquidités. Et c'est aussi ce qui nous guette. Tout ça à cause de salopards -il n'y a pas d'autres mots- qui ont pris le monde en otage avec leurs banques, notamment les banquiers sionistes. Car, malheureusement, ce n'est pas une légende. Nul doute que Lehman et ses confrères doivent avoir fait de belles économies se chiffrant par milliards et qu'ils ne se retrouveront pas sur la paille, eux ! Mais la Terre va bientôt leur montrer qu'ils ne vaudront pas mieux que les autres au jour du Jugement Dernier qui signifie la Grande Catastrophe. Les premiers seront les derniers... les textes nous livrent le sort qui leur sera réservé. Quant à nous, il est hors de question que nous crevions de faim. Quoiqu'il advienne. Il n'y pas de raison que les esclavagistes aient seuls le droit de s'empiffrer.  


Coups d'arrêts dans les usines Renault et Peugeot pour réduire la production


Renault et PSA-Peugeot Citroën, confrontés à une baisse des ventes de voitures en Europe, vont drastiquement réduire leur production en mettant à l'arrêt un grand nombre d'usines en France et en Europe pendant une à deux semaines d'ici la fin de l'année.

Renault a décidé d'arrêter plusieurs de ses sites pendant une à deux semaines en France et pour quelques journées dans certains sites à l'étranger, a indiqué vendredi une porte-parole du constructeur automobile.

Ces mesures découlent de la décision du constructeur, annoncée jeudi, de réduire de 20% la production au quatrième trimestre en Europe.

Elles surviennent alors que Renault a déjà annoncé un plan social touchant 2.000 emplois dans ses filiales européennes, dont 900 en France, et 4.000 départs sur les sites français du groupe" comme Sandouville (1.000 emplois).

En France, les usines de Flins (Yvelines) et de Douai (Nord) seront fermées deux semaines à compter de lundi, tandis que Sandouville (Seine-Maritime), Maubeuge, Batilly (Lorraine) et Dieppe (Seine-Maritime) le seront uniquement la semaine prochaine.

Des fermetures temporaires d'usines, sous la forme de "journées non travaillées" (JNT) constituent un fait "habituel à la Toussaint", même s'il est "amplifié cette année à cause du ralentissement des marchés", selon la direction.

"Seuls certains salariés de l'usine de Sandouville (Haute-Normandie) qui ont épuisé leur capital de JNT pourraient se retrouver en situation de chômage technique, donc on ne peut pas parler de chômage technique pour aucune autre usine mis à part pour celle-ci", a précisé une porte-parole du groupe.

En signe de protestation, les salariés de Sandouville bloquaient leur usine vendredi matin.

Pour sa part, PSA-Peugeot Citroën a annoncé vendredi une baisse de sa production de 30% par rapport au programme prévu au 4e trimestre.

La quasi-totalité des sites européens de PSA-Peugeot Citroën sont concernés, sur une échelle allant de 2 à 16 journées chômées d'octobre à décembre selon les usines.

En France: 10 jours chômés à Mulhouse, 13 jours à Sochaux, 16 jours à Hordain Sevelnord (Nord). A Rennes, une partie de la fabrication aura 8 jours chômés et une autre 2 jours. Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), qui est passé de 4 à 3 équipes début juin, n'est pas concerné ce trimestre.

Les autres sites européens du groupe sont également concernés par ces mesures. En Espagne, 15 jours chômés sont prévus à Madrid et 12 jours à Vigo. En Slovaquie, à Trnava, la deuxième équipe ne travaillera pas les vendredis à partir de novembre et l'usine fermera deux jours en décembre.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt  

Publié dans DETTE-DEFICIT-ECONOMIE

Commenter cet article