Renault confirme l'arrêt temporaire de la production de plusieurs usines, blocage à Sandouville

Publié le par Adriana EVANGELIZT



Renault confirme l'arrêt temporaire de la production de plusieurs usines, blocage à Sandouville


Renault a décidé d'arrêter la production de plusieurs de ses usines pendant une à deux semaines en France et pour quelques journées dans certains sites à l'étranger, a déclaré vendredi à l'AFP une porte-parole du constructeur automobile, alors que le site de Sandouville était bloqué vendredi matin par des salariés CGT.

"Nous sommes dans une période où incontestablement, les marchés sont en train de s'effondrer, et pour éviter d'avoir une trop forte dégradation de la situation d'entreprise, il faut piloter de manière extrêmement serrée les stocks, donc bien évidemment il faut organiser une baisse de la production", a dit cette porte-parole.

"Il s'agit de fermetures temporaires, on est traditionnellement sur une période de congés et on a toujours, quand on a des besoins d'adaptation de la production, une prédilection pour placer à cette période-là les journées non travaillées", a-t-elle aussi précisé.

La quasi totalité des sites de production de PSA Peugeot Citroën en Europe sera concernée par des mesures de chômage partiel au quatrième trimestre pour réduire la production de 30% par rapport au programme prévu, a-t-on appris vendredi auprès de la direction.

De 2 à 16 journées chômées sont prévues selon les usines, réparties d'octobre à décembre, a précisé un porte-parole du groupe.

En France, les réductions de production se traduisent par 10 jours chômés à Mulhouse (sur octobre, novembre et décembre), 13 jours à Sochaux (octobre et novembre), 16 jours à Hordain Sevelnord (octobre, novembre, décembre). A Rennes, une partie de la fabrication aura 8 jours chômés et une autre 2 jours.

Les autres sites européens (Madrid, Vigo, Trnava) seront également concernés.

En France, les accès de l'usine Renault de Sandouville (Seine-Maritime) ont été bloqués vendredi matin par des salariés de la CGT qui protestent contre le chômage technique imposé et les suppressions de postes dans leur établissement, a-t-on appris auprès de la CGT et des gendarmes.

"Les salariés au chômage technique cette semaine expriment leur mécontentement en bloquant les accès à l'usine", a déclaré à l'AFP Fabrice Leberre, délégué CGT de l'usine.

Les accès du site ont été bloqués pour tous les véhicules. En revanche les salariés qui circulent à pied peuvent accéder à l'usine, a-t-on indiqué de même source en précisant que le blocage devait prendre fin à 10H00.

Renault a annoncé récemment la suppression de 2.000 emplois dans ses filiales européennes. Ce plan s'ajoute à celui annoncé en juillet qui prévoit 4.000 départs "volontaires" en France dont 1.000 sur 3.700 à l'usine de Sandouville fragilisée par la mévente de la nouvelle Laguna.

Selon la CGT et la gendarmerie, le blocage de l'entrée principale et de l'entrée fournisseur de l'usine a été assuré par quelque 200 salariés au chômage technique cette semaine.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans DETTE-DEFICIT-ECONOMIE

Commenter cet article