Liban : Arrestation de 2 personnes accusées d'espionnage pour Israël

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Voilà qui commet des attentats et perpètre des meurtres dans tout le Proche et Moyen Orient. Les derniers assassinats en Syrie sont révélateurs tout comme les attentats au Liban. Quant à la mort de Rafic Hariri, vu les méthodes employées, il nous étonnerait fort que cela soit les Syriens. Les services secrets israéliens s'infiltrent partout et déstabilisent tous les pays qu'ils ont dans le collimateur. Les pays du Maghreb ne sont pas épargnés. L'Algérie, par exemple, qui soutient les Palestiniens est fréquemment victime d'attentats et ce n'est certes pas le fait du hasard.



L'arrestation de 2 personnes accusées d'espionnage



L'armée libanaise a déclaré dans un communiqué, samedi, avoir arrêté deux membres d'un réseau d'espionnage travaillant pour Israël. Les suspects, arrêtés par les services du Renseignement militaires, ont été interpellés en possession de caméras de haute technologie et de matériel de communication.

Selon des sources des services du Renseignement militaires, citées par la presse, le réseau démantelé espionnait pour le compte d'Israël depuis plus de vingt ans.

Son chef qui a été arrêté et dont le nom n'a pas été divulgué, s'était procuré une couverture idéale en se liant à une organisation palestinienne proche de la Syrie. Un de ses complices a aussi été appréhendé et d'autres membres du réseau sont activement recherchés par les forces de l'ordre.

Champ d'action

La principale mission de ce réseau était de collecter des informations sur les activités du Hezbollah et de ses responsables. Mais son champ d'action ne se limitait pas à la plaine orientale de la Bekaa, d'où est originaire son chef et la plupart de ses membres.

Le journal Al Safir qui a révélé l'affaire, affirme qu'ils avaient été chargés d'étendre leur surveillance à certaines régions de Damas, y compris le quartier où a été assassiné le chef militaire du Hezbollah, Imad Moughnieh, en février dernier.

Ce n'est pas la première fois qu'un service militaire démantèle un réseau collaborant avec les Israéliens. En juin 2006, un ancien agent de police avait avoué avoir organisé le meurtre, quelques mois plus tôt de deux Libanais, membres du Djihad islamique en Palestine. Emprisonné depuis deux ans, Mahmoud Rafeh attend son procès. Il risque la peine de mort.

Sources
RFI

Posté par Adriana Evangeilzt

Publié dans LIBAN

Commenter cet article