Attentat de la rue Copernic: le suspect clame son innocence

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Est-ce que passé vingt ans, il n'y a pas prescription ?



Attentat de la rue Copernic: le suspect clame son innocence



L'avocat d'un Libano-Canadien, arrêté jeudi pour son rôle présumé dans l'attentat qui avait fait quatre morts à Paris en 1980, affirme: "Mon client est innocent, il n'a rien à faire là-dedans".

L'avocat d'un Libano-Canadien, arrêté jeudi au Canada pour son rôle présumé dans l'attentat qui avait fait quatre morts près de la synagogue de la rue Copernic à Paris en 1980, a affirmé jeudi à l'AFP que son client, Hassan Diab, était "innocent".

"Mon client est innocent, il n'a rien à faire là-dedans", a déclaré Me René Duval. Il a ajouté qu'il demanderait sa remise en liberté au cours d'une comparution prévue pour vendredi après-midi au Palais de justice d'Ottawa.

Les autorités canadiennes avaient auparavant confirmé l'arrestation de M. Diab à Gatineau, dans la banlieue québécoise d'Ottawa, à la suite d'une demande des autorités françaises. Celles-ci réclament son extradition, a indiqué Me Duval.

L'avocat s'est dit "tout à fait" convaincu de l'innocence de son client, qui est âgé de 54 ans et enseigne la sociologie à l'université d'Ottawa.

Me Duval a émis des doutes sur les motifs de la justice française dans cette affaire. "Imaginez-vous que la justice a pris 28 ans à se retourner de bord (se réveiller, ndlr), à ma connaissance, il y a eu plusieurs enquêtes par différents magistrats. En fait, le dossier a été fermé à plusieurs reprises, puis tout à coup, à la suite de l'élection (du président français Nicolas) Sarkozy, il y a une fuite dans la presse française, (et) ça rebondit au Canada".

L'affaire avait été relancée en octobre 2007 après la publication dans le quotidien français Le Figaro d'informations affirmant que l'auteur présumé de l'attentat vivait au Canada.

Me Duval a affirmé que depuis la publication de ces informations, son client avait été "systématiquement harcelé", mais qu'il ne pouvait dire "par qui". Il a été "suivi généreusement, on est allé jusqu'à essayer d'entrer chez lui, etc. Ce sont des méthodes pour le moins douteuses", a-t-il dit.

Sources L'Express
Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Sarkozy-Israel

Commenter cet article