Crise en Géorgie : Sarkozy critique à nouveau Bush

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Et il en remet une couche... on a parfois l'impression que Nicolas Sarkozy apprend la politique sur le tas. Il est un peu comme Poutine à ses débuts.


 

Crise en Géorgie : Sarkozy critique à nouveau Bush



"Je ne suis pas sûr que ce soit la menace militaire qui ait fait progresser les choses", a déclaré Nicolas Sarkozy, sans citer nommément les Etats-Unis. Jeudi, il avait déjà attaqué ouvertement l'attitude américaine pendant la crise.

Le président français Nicolas Sarkozy a une nouvelle fois mis en cause l'attitude du président américain George W. Bush dans la crise russo-géorgienne, vendredi 14 novembre. "En tant que président du Conseil (européen), je n'ai jamais agité la menace militaire, à la différence d'autres. Je ne suis pas sûr que ce soit la menace militaire qui ait fait progresser les choses", a déclaré Nicolas Sarkozy, lors de la conférence de presse concluant le sommet UE-Russie à Nice.
"J'ai toujours dit qu'il fallait dialoguer et que l'Europe avait, au coeur de ses convictions, la paix. L'Europe a essayé d'être un facteur de paix entre la Fédération de Russie et la Georgie. Le cessez-le-feu, pardon, c'est l'Europe qui l'a obtenu", a-t-il insisté, faisant référence à son déplacement mi-août à Moscou et Tbilissi.

La stratégie européenne "plus efficace"


"Entre la stratégie de certains amis de la Géorgie
et entre la stratégie de l'Union européenne, celle de l'Union européenne était plus efficace et elle a apporté davantage", a insisté Nicolas Sarkozy, sans pour autant citer ouvertement les Etats-Unis.
"Les agitations dans une mer proche de navires militaires, je ne vois pas ce que ça a amené", a-t-il poursuivi en faisant allusion, cette fois, à l'envoi de navires militaires américains. Envoyés pendant la crise, ils étaient officiellement affrétés pour transporter de l'aide humanitaire, dans le port géorgien de Poti, sur la mer Noire.
"On peut continuer entre la Russie et l'Europe à se menacer de boucliers, de missiles, de marine et caetera, ça n'amènera rien à la Russie, ça n'amènera rien à la Géorgie, et ça n'amènera rien à l'Europe", a conclu Nicolas Sarkozy. Le sommet UE-Russie à Nice a d'ailleurs été marqué par de
vifs échanges entre Moscou et Paris au sujet de la sécurité en Europe.
Le président français
avait déjà dénoncé jeudi en termes peu diplomatiques l'attitude de George W. Bush dans la crise. Le président français avait assuré que ce dernier lui avait déconseillé de se rendre à Moscou et à Tbilissi pour négocier un cessez-le-feu.

Sources
Nouvel Observateur

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Sarkozy - Russie

Commenter cet article

Diana 15/11/2008 05:30

Je rêve. On croirait entendre Dominique de Villepin...