Missiles: Sarkozy se pose en médiateur entre Moscou et Washington

Publié le par Adriana EVANGELIZT



Missiles: Sarkozy se pose en médiateur entre Moscou et Washington


Nicolas Sarkozy a appelé vendredi la Russie comme les Etats-Unis à cesser de menacer de déployer missiles et bouclier antimissile, et proposé de remettre à plat la sécurité en Europe au cours d'un sommet qui pourrait avoir lieu à la mi-2009.

Pendant un sommet Union européenne-Russie à Nice (sud-est de la France), le président français a demandé d'une part au président russe Dmitri Medvedev de ne pas concrétiser sa menace de déployer des missiles à Kaliningrad.

"J'ai indiqué au président Medvedev combien nous étions préoccupés de ces déclarations et combien il fallait qu'il n'y ait de déploiement dans aucune enclave, tant que nous n'aurions pas discuté d'une sécurité paneuropéenne", a déclaré le président français à la presse.

Le président russe avait déclaré le 5 novembre que son pays déploierait des missiles Iskander à Kaliningrad, enclave russe frontalière de l'UE, si les Américains installaient des éléments de leur bouclier antimissile en Pologne et en République tchèque.

Mais M. Sarkozy, très critique envers l'administration sortante de George Bush, a aussi appelé Washington à calmer le jeu sur ce bouclier antimissile. Et ce alors que le président élu Barack Obama doit préciser sa position sur ce projet qui a alimenté les tensions entre Occident et Russie, qui y voit une menace directe à sa sécurité.

"On peut continuer entre la Russie et l'Europe à se menacer de boucliers, de missiles, de marine et caetera, ça n'amènera rien à la Russie, ça n'amènera rien à la Géorgie, et ça n'amènera rien à l'Europe", a-t-il déclaré.

Concession à M. Medvedev, Sarkozy a repris son idée de "pacte de sécurité" paneuropéen lancée en juin à Berlin. Il a confirmé être prêt à en discuter lors d'un sommet, peut-être "mi-2009", dans le cadre de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe.

A ce sommet, "on pourrait poser les bases de ce qui pourrait être un accord entre nous, et d'ici là, qu'on ne parle pas de déploiement de bouclier, de missiles qui n'amène rien à la sécurité et qui complique les choses", a plaidé M. Sarkozy.

Il s'offre ainsi en médiateur d'un dossier jusqu'ici resté du domaine des relations bilatérales - entre Washington et Moscou d'un côté, et Washington et Varsovie et Prague de l'autre - au risque de déplaire aux intéressés.

Le vice-Premier ministre tchèque Alexandr Vondra, dont le pays succédera à la France à la tête de l'UE au 1er janvier, s'est dit d'ailleurs "surpris" que le président français s'exprime sur un sujet qu'il n'avait pas "mandat" de l'UE à aborder avec M. Medvedev.

Quant au président russe, il n'a pris aucun engagement devant M. Sarkozy, renvoyant la balle aux Etats-Unis.

Il a certes estimé qu'"avant la signature d'un accord global sur la sécurité européenne, nous devons renoncer à des mesures unilatérales".

Mais il a assuré que Moscou n'avait "jamais pris de telles mesures" et avait réagi "au comportement d'autres Etats qui, sans discuter avec personne, ont accepté de déployer sur leur territoire de nouveaux moyens".

Alors qu'Européens et Russes semblent vouloir dépasser les problèmes nés de l'intervention militaire russe en Géorgie en août - ils ont décidé de reprendre le 2 décembre leurs pourparlers sur un accord de partenariat renforcé - M. Sarkozy a défendu sa médiation sur cet autre dossier est-ouest. Et accusé Bush d'avoir attisé les tensions.

M. Sarkozy a demandé au Kremlin de poursuivre le retrait de ses troupes de Géorgie - du district d'Akhalgori et du village de Perevi, frontalier entre l'Ossétie du Sud et le reste de la Géorgie.

Mais il a aussi estimé qu'il avait rempli "l'essentiel" de ses engagements.

M. Medvedev s'est lui aussi montré conciliant envers les Européens, soutenant les propositions de l'UE - "presque identiques" aux siennes - pour le sommet des grands pays industrialisés et émergents samedi à Washington.

 
Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Sarkozy - Russie

Commenter cet article