Les dirigeants mondiaux jugés sévèrement face à la crise

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Et comment ne pas mal juger les dirigeants, ils aident les banquiers au lieu d'aider les citoyens. Le contribuable n'est bon qu'à payer.


Les dirigeants mondiaux jugés sévèrement face à la crise


ONDRES (Reuters) - Plus des deux tiers des électeurs américains et une majorité dans plusieurs grands pays européens estiment que leur gouvernement n'a pas su faire face à la crise financière, selon un sondage de l'institut Harris publié par le Financial Times.

Au moment où les dirigeants des pays du G20 se réunissent pour un sommet à Washington, cette enquête laisse penser qu'un peu partout les électeurs ne sont guère impressionnés par les réponses apportées jusqu'alors à la pire crise financière mondiale depuis celle de 1929 et des années 30.

Pour 68% des personnes interrogées aux Etats-Unis, la réponse de l'administration Bush a "mal" voire "très mal" agi et moins de 5% estiment qu'elle a bien agi.

Les dirigeants européens ne s'en sortent guère mieux.

Le président français Nicolas Sarkozy, qui assume la présidence tournante de l'UE jusqu'à la fin de l'année, n'est jugé favorablement que par 28% des personnes interrogées, tandis que 37% portent un jugement défavorable sur son action face à la crise.

Plus de la moitié des personnes interrogées en Grande-Bretagne estiment que la réponse du Premier ministre Gordon Brown n'est pas satisfaisante, et seulement un cinquième pense qu'il a fait du bon travail.

Près d'un tiers des personnes interrogées en Italie et en Espagne estiment que leurs dirigeants respectifs - le président du Conseil Silvio Berlusconi et le président du gouvernement José Luis Rodriguez Zapatero - n'ont pas du tout trouvé la bonne réponse face à la crise.

C'est la chancelière allemande Angela Merkel qui s'en tire le mieux, puisque le nombre d'opinions favorables est aussi élevé que celui des opinions défavorables.

L'institut Harris a interrogé 6.257 adultes, en ligne, aux Etats-Unis, en France, en Allemagne, en Grande-Bretagne, en Italie et en Espagne, du 29 octobre au 6 novembre.

Peter Griffiths, version française Eric Faye

Sources :
Nouvel Observateur

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans DETTE-DEFICIT-ECONOMIE

Commenter cet article

bernard 16/11/2008 00:53

Effectivement, ils offrent des milliards à des bandits de banquiers internationaux qui détruisent l'économie mondiale et dilapident les économies des citoyens, les laissant en même temps jetés des millions de citoyens à la rue , tout cela au lieu de faire des lois visant à contenir ces gangsters de l'économie mondiale et à leur faire payer leurs crimes économiques et ils ont le culot de croire qu'ils représentent nos intérêts. Essayez seulement de voler un pain chez le boulanger pour nourrir vos enfants et vous verrez ce qui vous arrivera mais quand il s'agit de faire payer aux rothschilds et à leurs copains, les rois de la finance mondiale, leurs crimes ... il n'y a plus personne, tous les politiques (de gauche comme de droite) vont se planquer : voilà la vérité !Comment voulez que de pareils bandits de la finance n'aient pas encore compris qu'en terme de justice humaine, ils sont au dessus de la loi, vu les nulles qui dirigent cette planète !!!Heureusement la mère nature se prépare à mettre un terme à la domination de ces ordures financières : Gloire à Dieu !