La grâce présidentielle pourrait profiter à Jean-Charles Marchiani

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Quel dégoût ! Décidément tout nous déplaît souverainement en Nicolas Sarkozy qui ne peut pas cacher ce qu'il est ! Que ce soit tous ses efforts pour ensionister la France, intégrer Israel à l'Union Européenne, sa main mise sur l'audiovisuel, sa main mise sur la presse, ses copinages et maintenant il décide de grâcier des détenus alors qu'il avait toujours refusé de le faire. La manoeuvre est claire. Il a décidé cette mesure non par bon coeur pour les détenus méritants qui croupissent dans les geôles infâmes françaises mais pour faire lilbérer ses quelques amis qui ne seraient pas passés à la trappe ! Voilà la mentalité de Môsssssssssieur qui profite de sa situation pour faire ce qu'il a envie. Qu'il en profite bien. Le retour du boomerang va s'annoncer sévère.




La grâce présidentielle pourrait profiter à Jean-Charles Marchiani


La grâce d'une quarantaine de "détenus méritants" annoncée par Nicolas Sarkozy pour Noël pourrait profiter à Jean-Charles Marchiani, incarcéré depuis mai pour corruption, qui comparaît par ailleurs dans le dossier des ventes d'armes à l'Angola. C'est ce que croit savoir, jeudi 11 décembre, le syndicat CGT-Pénitentiaire. "Cette libération se fera en catimini, à l'ombre de ce qui nous reste de démocratie. La CGT-Pénitentiaire dénonce ces pratiques scandaleuses qui bafouent bien des valeurs à l'heure du 60e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme", déclare le syndicat dans un communiqué.

Le président français a demandé, le 28 novembre dernier, à la ministre de la justice Rachida Dati de lui dresser une liste de 40 détenus jugés méritants susceptibles d'être libérés et, selon la CGT-Pénitentiaire, l'ancien préfet ferait partie du lot. Plusieurs sources au procès de l'"Angolagate" ont de longue date annoncé une possible grâce présidentielle pour Jean-Charles Marchiani avant Noël. La confirmation en avait été faite par l'hebdomadaire Le Point dès le 4 décembre, sans qu'il cite ses sources.


L'ANCIEN PROTÉGÉ DE PASQUA

Le chef de l'Etat souhaite officiellement gracier les personnes ayant montré une "détermination hors du commun à suivre une formation professionnelle, à rechercher un emploi ou à suivre des soins" mais aussi ayant "fait la preuve d'un courage ou d'une solidarité exemplaires". Questionné à plusieurs reprises sur le cas Marchiani, Nicolas Sarkozy avait botté en touche, notamment en mai dernier, sur RTL :


Sarko à RTL : et Marchiani ?
envoyé par Ptite_Mule


Préfet du Var de 1995 à 1997 et député européen entre 1999 et 2004, Jean-Charles Marchiani fut l'homme de confiance de Charles Pasqua au ministère de l'intérieur. Condamné à un total de trois ans de prison dans des affaires de corruption et écroué depuis six mois, il dit avoir eu un rôle décisif dans plusieurs affaires de libération d'otages français, dont ceux du Liban dans les années 1980.


Il est jugé depuis octobre dans l'affaire des ventes d'armes à l'Angola, où il répond de sommes d'argent que lui aurait versées les vendeurs d'armes. On lui reproche également d'avoir décoré, lorsqu'il était préfet, de l'ordre national du Mérite Arcady Gaydamak, un de ces vendeurs d'armes, présenté comme un financier de la mafia russe dans des notes de la DGSE lues au procès.

Sources Le Monde

Posté par Adriana Evangeliz



Publié dans LES PRISONS EN FRANCE

Commenter cet article