Fin du repos dominical : une rupture civilisationnelle

Publié le par Adriana EVANGELIZT




Fin du repos dominical : une rupture civilisationnelle


Economiquement, socialement ou écologiquement rien ne justifie le travail du dimanche. Et pourtant Nicolas Sarkozy entend l’imposer à une majorité de Français qui y sont hostiles à 84% (1). Les raisons de cette volonté sont idéologiques : achever de détruire les repères identitaires, religieux et civilisationnels des Français tout en étendant la sphère du monde marchand.


Explications :


Une erreur économique, sociale, sociétale, écologique


L’obstination mise par le gouvernement à battre en brèche le repos dominical n’est pas justifiée économiquement : le nombre d’emplois susceptibles d’être créés par cette mesure risque d’être inférieur à celui des emplois qui seront détruits dans le commerce de proximité. Quant à la hausse attendue des achats d’équipements ménagers et/ou électroniques et de vêtements dans les grandes surfaces commerciales, elle contribuera à creuser un peu plus le déficit du commerce extérieur déjà considérable (de l’ordre de 40 milliards d’euros).


Et, socialement la question n’est pas de savoir si les Français souhaitent effectuer des achats le dimanche, elle est de savoir s’ils souhaitent travailler le dimanche : à cette dernière question la réponse est non. Il est d’ailleurs symptomatique que cette question du travail le dimanche n’ait pas été posée pour les services publics, fermés du samedi midi au lundi matin (à l’exception, bien sûr, des missions d’urgence) !


Du point de vue sociétal, il est aussi permis de s’interroger sur la cohérence des choix gouvernementaux qui conduisent :

  1. d’un côté, à vouloir abaisser la majorité pénale à douze ans, compte tenu de la baisse de l’âge d’apparition des premiers comportements délinquants ;
  2. de l’autre, à contribuer à faire éclater un peu plus la cellule familiale en déconstruisant les emplois du temps.

 

Enfin, l’écologie n’a rien à gagner à une réforme visant à encourager les achats dans les grandes surfaces commerciales éloignées des lieux d’habitation et source de déplacements inutiles et de pollution.


Une nouvelle avancée des intérêts et de l’idéologie du monde marchand


La seule justification possible de la réforme, c’est d’ouvrir un nouveau champ d’expansion au monde marchand sur le modèle américain où les commerces sont ouverts 24h sur 24.


Au passage, il s’agit aussi de céder aux demandes de grands intérêts : fédération de la grande distribution dirigée par Jérôme Bédier et groupe Leclerc. Or il s’agit de très gros annonceurs, capables d’imposer leur ligne éditoriale aux médias ; capables aussi de peser sur l’offre et les préférences électorales que ceux-ci expriment en faveur, ou non, de tel ou tel homme politique. A cet égard le débat sur le repos dominical est révélateur d’une évolution de notre régime politique, selon le modèle américain, d’une république de moins en moins démocratique et de plus en plus ploutocratique.


La logique est ici la même que pour les réformes de la télévision consistant à aider TF1 et le groupe Bouygues : c'est-à-dire servir les grands intérêts privés qui servent les grands intérêts politiques. Surtout que ces grands mastodontes économiques que sont les chaînes de télévision généralistes et les grandes surfaces commerciales ont d’autant plus besoin d’un coup de pouce de l’Etat qu’ils sont en voie d’être dépassés par les évolutions sociétales et technologiques.


Rupture des traditions et négation d’identité


La suppression du repos dominical s’inscrit aussi dans la logique de l’idéologie unique : briser les repères communautaires et identitaires ; déconstruire les traditions françaises.


Le dimanche férié est issu, bien sûr, de la tradition européenne et chrétienne. Un aspect que le secrétaire général de l’UMP Patrick Devedjian reconnaît pour mieux le balayer avec brutalité : « Si l’on prend le problème sur le plan religieux, les chrétiens ne travaillent pas le dimanche, les juifs ne travaillent pas le samedi et les musulmans ne travaillent pas le vendredi. Pourvu que les bouddhistes ne s’en mêlent pas ! » (2).
 
Etablir ce faux parallélisme c’est oublier que les traditions françaises, reprises d’ailleurs par les syndicats et le mouvement social (depuis le socialiste français Proudhon), sont européennes et chrétiennes et non asiatiques ou moyen-orientales.


Le choix du dimanche comme jour du repos hebdomadaire est un choix nécessaire à la vie communautaire sinon pour tous les Français, du moins pour une très grande majorité d’entre eux. L’évêque de Lyon, Monseigneur Barbarin, le rappelle à juste titre : « Que gagnerait-on donc à multiplier les dérogations à la loi actuelle ? Il y a tellement de rassemblements familiaux, associatifs ou religieux qui ne sont possibles que parce que, chaque dimanche, l'activité économique générale s'interrompt. Ce n'est pas seulement de la messe dominicale qu'il est question » (3).


Pourtant, dans une perspective négatrice de l’identité française, le projet de la verticale du pouvoir UMP (4) est clair : vaincre les résistances conservatrices.


Une insupportable volonté de normalisation idéologique de la « droite »


Rivaux dans la vie de tous les jours, Nicolas Sarkozy, Jean-François Copé et Patrick Devedjian sont ainsi unis dans la même volonté de normalisation idéologique de la droite.


Jean-François Copé (« Robocop(é) » pour ses adversaires) le dit sans ambages : il faut « crever l’abcès », « il y a des domaines où la droite française a eu des inhibitions », qu’il s’agisse « de la vie personnelle, intime, familiale » ou « des questions religieuses ou identitaires », l’UMP « n’est pas au clair sur les sujets de société » (5).


Le projet de la haute hiérarchie de l’UMP est clair : vaincre les résistances conservatrices de sa base encore attachée, soit par conviction, soit par intérêt électoral, aux valeurs traditionnelles et imposer l’idéologie unique, notamment à travers la rupture de toutes les traditions. La « Révolte des élites », si bien décrite par Christopher Lasch, se poursuit sous nos yeux (6).


Un dernier carré de parlementaires essaie de résister. Grands marchands et grands médias, main dans la main, s’emploient à les faire plier, en leur rappelant qu’en France le Parlement n’est qu’une chambre d’enregistrement. La fin du repos dominical (7) est une rupture civilisationnelle rendue possible par un système politique de moins en moins démocratique et de plus en plus oligarchique.



Notes :

(1)  Selon un sondage IPSOS/CFTC/Famille chrétienne/RCF/Radio Notre-Dame, une majorité de Français (84%) considèrent comme « primordial et important » que le dimanche reste le jour de repos commun à la plupart des salariés, contre 16% qui estiment que cela est secondaire
http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2008/12/le-travail-du-dimanche-pour-84-des-fran%C3%A7ais-cest-non.html

(2)  Point presse du 2 décembre 2008.

(3)  Dans « Le Monde » du 3 décembre 2008.

(4)  Pour l’analyse de cette notion de « verticale du pouvoir » – des grands lobbies influençant l’exécutif politique, imposant sa volonté au Parlement et au peuple – voir « La Tyrannie médiatique » :
http://www.polemia.com/pdf/LaTyranniemediatique2.pdf

(5)  Dans « La Croix » du 2 décembre 2008.

(6) 
http://www.polemia.com/article.php?id=1549

(7)  Car c’est bien de cela qu’il s’agit, même si dans un premier temps la loi se contentera d’ouvrir une brèche limitée dans le principe initial.

Sources
Polémia

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article