La création d’un État palestinien souhaitée mais ajournée

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Plus le temps passe et davantage la thèse conspirationniste se confirme. L'ONU est bien l'Organe de l'Elite Sioniste qui manipule les pions à sa guise, y compris Ban Ki Moon le bien-nommé qui dit, sans rire, que l'Occupation commencée en 1967 doit se terminer. Or depuis bien avant cette date, l'Occupation n'a fait qu'empirer à tel point que sur les cartes la Palestine n'existe presque plus. Cherchez l'Erreur et admirez l'évolution de l'Occupation qui doit se terminer.


La Vérité, c'est que l'Elite sioniste n'a jamais voulu de Palestine. Il lui fallait un pied en Palestine pour atteindre son objectif. Point. Et pour cela, il fallait une Organisation qui cautionne ce fait. ON a donc créé l'ONU à la place de la SDN. Le plan de partition a bien vu le jour mais l'Elite s'en est servi comme PQ ainsi que toutes les résolutions qui ont été votées à la queu-leu-leu. Et croyez bien que l'on pourrait faire quelques rouleaux de PQ avec, sans problème. Un demi-siècle et les poussières plus tard, l'Elite continue de noyer le populo avec des mots qui ne veulent absolument rien dire. On attermoie. On fait semblant d'avancer pour mieux reculer. On prend les gens pour des cons. Mais comme ça marche, pourquoi se gêner ? Le terrible problème Palestinien est devenu un problème mondial que nul ne peut plus et ne veut plus résoudre. Tout le monde est à genoux devant l'Elite sioniste qui fait la pluie mais jamais le beau temps et le problème ne cesse de croître. Il provoque la colère et la frustration chez tous les Arabes et musulmans. Tous les juifs sont montrés du doigt à cause de cette Elite pernicieuse qui fait tout ce qui est en son pouvoir pour les déshonorer. Ils sont automatiquement assimilés à ce qui se perpètre en Palestine. On est des voleurs, on est des malhonnêtes, on est des assassins. On a tous les vices et tous les défauts. Voilà. Et en plus de ça, les juifs qui ont le malheur de se battre pour la Justice et la Vérité sont vilipendés, insultés, menacés par les zélotes sionistes qui sont tellement endoctrinés qu'ils en sont devenus aveugles et sourds à toute lucidité et à toute raison. Nous souhaitons fortement qu'il se passe quelque chose pour nous délivrer de ce mal. Ce n'est plus supportable.


La création d’un État palestinien souhaitée mais ajournée

L’ONU vote une énième résolution pour la paix au Proche-Orient, alors que le faucon Benjamin Netanyahou est reçu à bras ouverts par Nicolas Sarkozy.


Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté mardi une résolution russo-américaine réaffirmant son soutien au processus de paix au Proche-Orient. Une résolution creuse - voire inquiétante pour les Palestiniens, en ce qu’elle souligne l’inanité de ces résolutions et donc de leur finalité - qui ne visait qu’à persuader l’opinion publique internationale de l’importance de la conférence d’Annapolis. Celle-ci, qui s’est tenue il y a un an aux États-Unis, annonçait la création d’un État palestinien pour la fin 2008.


« Israël et le monde arabe doivent vivre en paix »


« Cette réunion est très importante pour la paix au Proche-Orient », a déclaré le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon. « L’occupation commencée en 1967 doit se terminer, Israël et le monde arabe doivent vivre en paix », a-t-il ajouté. « L’adoption de la résolution n’est pas une garantie absolue », a estimé pour sa part Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères. « Beaucoup dépendra de la capacité d’Israël et des Palestiniens à appliquer leurs engagements (…), notamment dans le domaine de la sécurité », a-t-il précisé. Condoleezza Rice avait également tenu à faire le déplacement pour cette réunion de l’ONU, organisme si souvent ridiculisé par l’administration américaine. Pour la secrétaire d’Etat, la situation « aujourd’hui est bien différente de ce qu’elle était en 2001, lors de l’accession du président George W. Bush » à la Maison-Blanche. « Il n’y a pas d’autre voie que le processus d’Annapolis (…), pas d’autre solution que celle de deux États vivant côte à côte et en paix », a-t-elle encore déclaré sans rire.


Au Proche-Orient la situation est loin d’évoluer dans ce sens. Israël poursuit son blocus meurtrier contre la bande de Gaza. Et l’approche des élections législatives, programmées pour le 10 février 2009, renforce le camp des faucons. Les sondages donnent le Likoud de Benjamin Netanyahou gagnant. Un Netanyahou qui n’a d’yeux que pour Nicolas Sarkozy, qu’il a rencontré hier à Paris. Un nouvel ami pour le président français, qui n’a jamais caché sa sympathie pour Israël malgré l’occupation et le non-respect du droit international. Au même moment, le Figaro, qui a ses entrées à l’Élysée, révélait l’existence d’un « plan français pour la paix au Proche-Orient », centré sur Jérusalem. Bizarrement, et si l’on en croit le quotidien, « Paris veut également renforcer la présence palestinienne à Jérusalem-est », ce qui signifie tout simplement l’acceptation des colonies d’implantation juive existantes dans la Vieille Ville, en contravention avec toutes les résolutions de l’ONU.


Rencontre entre le Fatah et le Hamas annulée


De son côté, le président palestinien Mahmoud Abbas a annoncé mardi qu’il convoquerait « très prochainement » de nouvelles élections dans les territoires palestiniens. Un dialogue de réconciliation entre le Fatah et le Hamas devait se tenir au Caire le 10 novembre mais a été annulé après la décision du mouvement islamiste de le boycotter. Le Hamas refuse la tenue de nouvelles législatives avant janvier 2010, date de la fin du mandat du Parlement actuel - qu’il domine. Il exige en revanche un scrutin présidentiel, faisant valoir que le mandat d’Abbas à la tête de l’Autorité palestinienne s’achève normalement le 8 janvier 2009, ce que le Fatah conteste.

Sources
L'Humanité

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Sarkozy Palestine

Commenter cet article