Israël: lancer la guerre en Palestine avant le départ de Bush

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Voilà un article éloquent sur la tactique des meneurs sionistes... ils ont lancé cette perpétration parce que Bush est encore là. Ils ne sont pas sûrs d'Obama.



Israël: lancer la guerre en Palestine avant le départ de Bush


Par Andreï Fediachine, RIA Novosti




Même les experts militaires israéliens sont unanimes à croire que l'actuelle opération contre les Palestiniens sera incapable de museler définitivement le Hamas. Les "frappes ciblées" sont impossibles dans la bande de Gaza, une région très peuplée. Lorsque les guerres commencent en prévision des fêtes ou pendant les vacances, elles doivent avoir des raisons beaucoup plus importantes que celles que vient de citer le premier ministre israélien. Israël est traditionnellement très bien informé de ce qui se passe dans les territoires palestiniens. Il serait donc extrêmement insensé de croire qu'on pourrait détruire le Hamas tout simplement en lançant une opération militaire contre les Palestiniens.


Les ministres israéliens devaient entrevoir quelque chose de vraiment très préoccupant pour ordonner le lancement d'une opération punitive. La réponse est double: il s'agit des prochaines élections législatives en Israël, programmées pour février 2009, mais également du changement d'administration aux Etats-Unis.


Tzipi Livni, vice-premier ministre et ministre israélienne des Affaires étrangères, leader du parti Kadima (centre), brigue le poste de premier ministre, qu'elle décrochera en cas de victoire aux élections. Son principal adversaire est Benyamin Netanyahou, leader du parti Likoud (droite) surnommé Bibi, ancien premier ministre israélien, qui est très bien connu en Israël.


La pratique montre qu'en prévision de n'importe quelles élections en Israël, c'est le candidat qui se montre implacable à l'égard des Arabes qui possède les atouts. Les roquettes primitives du Hamas (les "Qassam"), bien qu'elles n'atteignent que très rarement leurs cibles, terrorisent constamment plus de 250.000 Israéliens, dont les maisons se trouvent dans le Sud du pays, à portée des roquettes tirées depuis les positions improvisées dans la bande de Gaza. Pour Israël, 250.000 voix constituent un chiffre très important. Et la cote de popularité de Tzipi Livni a beaucoup augmenté après le lancement de l'actuelle opération anti-palestinienne.


Le "facteur américain" poussait lui aussi la vice-premier ministre, ainsi que le ministre israélien de la Défense, Ehoud Barack, à se dépêcher "d'ouvrir le front" et de lancer une guerre victorieuse contre le Hamas. Les analystes israéliens n'arrivent toujours pas à prévoir la future politique proche-orientale de la nouvelle administration de Barack Obama. Tout le monde ici est très préoccupé par les déclarations qu'Obama avait faites auparavant, et que les Israéliens trouvent trop "pro-palestiniennes".


A en croire les journaux israéliens, d'habitude très bien informés, la préparation de l'actuelle opération militaire a commencé il y a déjà longtemps. Haaretz, par exemple, écrit que la collecte d'informations nécessaires pour son lancement a commencé il y a six mois. A la mi-décembre, la question s'est posée de savoir quand il fallait la lancer, cette année ou l'année prochaine, avant ou après la cérémonie d'investiture de Barack Obama. Tel-Aviv n'était pas certain de la réaction de l'administration Obama à cette opération, et il s'est donc hâté d'agir, en espérant avoir le soutien assuré de la part de l'administration Bush, avant que celui-ci ne parte.


Tzipi Livni et Ehoud Barack ont sans doute jugé qu'il valait mieux mettre Obama devant le fait accompli, après avoir passé le point de non-retour.



Sources Ria Novosti

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Sarkozy Palestine

Commenter cet article