Près de 370 morts à Gaza, Israël examine une proposition de cessez-le-feu

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Une proposition française de cessez-le-feu de 48 heures. C'est tout ce qu'a trouvé Sarkozy. 48 heures. Et on laisse tranquillement les sionistes examiner cette proposition. Personne ne les mettra au pied du mur. Personne ne leur dira qu'il n'y aura aucun rapprochement de l'UE avec eux et que l'Union pour la Mediterranée, ils peuvent s'y asseoir dessus. Toutes les personnes lucides savent ce qu'il leur reste à faire face à ces dirigeants indignes de nous gouverner. Ils ne sont pas là pour protéger les peuples, ils sont là pour profiter d'eux et se goberger. Le vase déborde.



Près de 370 morts à Gaza, Israël examine une proposition de cessez-le-feu


Israël examinait mardi soir une proposition française de cesser pendant 48 heures son offensive lancée samedi contre le mouvement islamiste Hamas dans la bande de Gaza qui a fait près de 370 morts.

Le Premier ministre Ehud Olmert, la ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni et le ministre de la Défense Ehud Barak "vont se rencontrer dans une heure pour une évaluation de la situation au cours de laquelle sera examinée une proposition française de cessez-le-feu" de 48 heures, a indiqué à l'AFP un haut responsable israélien sous couvert de l'anonymat.

Le Hamas a pour sa part menacé de frapper le territoire israélien plus en profondeur avec ses roquettes si l'Etat hébreu poursuivait son offensive.

"Nous disons aux dirigeants de l'ennemi: si vous continuez votre assaut, nos roquettes frapperont plus en profondeur que les villes que nous avons déjà touchées", a déclaré lors d'une conférence de presse à Gaza un porte-parole au visage masqué de la branche armée du Hamas, les brigades Ezzedine al-Qassam.

A Paris, l'Union européenne et les autres membres du Quartette pour le Proche-Orient, réunis en urgence, devaient appeler à une trêve à Gaza.


Les ministres des Affaires étrangères du Quartette (Etats-Unis, UE, ONU, Russie) et le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon devaient se concerter dans l'après-midi lors d'une conférence téléphonique et travailler à une déclaration commune, selon des sources diplomatiques.


Un peu plus tard, le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner a invité ses homologues de l'Union européenne à une réunion extraordinaire à Paris à 18H30 (17H30 GMT).


Sur le terrain, les forces terrestres israéliennes se tenaient prêtes à intervenir dans la bande de Gaza.

"Les forces terrestres sont prêtes à agir. Tout le monde est en place sur le terrain", a déclaré à l'AFP la porte-parole de l'armée, Avital Leibovitz.


Depuis le début de l'offensive, Israël a frappé la bande de Gaza essentiellement par les airs et épisodiquement par la mer, tout en agitant la menace d'opérations terrestres.


Au total, 368 Palestiniens, en majorité des membres du Hamas, ont été tués et plus de 1.700 blessés dans les attaques israéliennes depuis samedi, selon un nouveau bilan fourni par le chef des services d'urgence à Gaza, Mouawiya Hassanein.


Il a affirmé que des dizaines de civils figuraient parmi les morts, dont 39 enfants de moins de 16 ans et 13 femmes.


Deux soeurs, âgées de 4 et 11 ans, ont été tuées mardi matin dans un raid qui a visé une charrette tirée par un âne à Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza, selon des sources médicales.


Dans le secteur de Khan Younès, dans le sud de ce territoire, un Palestinien a été tué et deux autres blessés dans un raid aérien contre une position de la police du Hamas, selon les mêmes sources.


Côté israélien, une vingtaine de roquettes ont été tirées contre le sud du pays, faisant un blessé à Sdérot, selon le porte-parole de la police, Micky Rosenfeld.


Les sirènes ont pour la première fois retenti à Beersheva, à une quarantaine de km de la bande de Gaza, mais aucune chute de roquette n'a été signalée dans le secteur, a précisé Micky Rosenfeld.


Les tirs de roquettes et d'obus de mortiers ont fait depuis samedi quatre morts en Israël: trois civils et un soldat. Selon l'armée, pendant cette période, plus de 200 roquettes et obus de mortier ont été tirés.


Sur le front diplomatique, outre la réunion du Quartette et des ministres des Affaires étrangères à Paris, la Commission européenne, à Bruxelles, a de nouveau demandé tant au Hamas qu'à Israël, d'arrêter leurs attaques, tout en appelant à des "mesures urgentes" pour permettre l'accès de l'aide humanitaire à la population civile de Gaza.


En Egypte, le président Hosni Moubarak a lui aussi appelé à l'arrêt immédiat des raids israéliens.

"Nous disons à Israël que ses agressions sont rejetées et condamnées et qu'elles doivent cesser immédiatement", a-t-il affirmé.


Les dirigeants israéliens affirment que l'opération "plomb durci", d'une violence inédite depuis l'occupation des territoires palestiniens par Israël en 1967, vise à mettre fin aux tirs de roquettes sur le sud du pays.


Le ministre des Infrastructures Binyamin Ben Eliezer a pour sa part affirmé mardi à l'AFP qu'Israël n'était "pas intéressé à ce stade par un cessez-le-feu avec le Hamas dans la bande de Gaza".


"Ce que nous voulons ce n'est pas un cessez-le feu mais un arrêt du terrorisme", a lui aussi déclaré le président Shimon Peres lors d'une intervention au ministère de la Défense à Tel-Aviv.


Le Premier ministre israélien Ehud Olmert a pour sa part affirmé que les opérations en cours étaient "la première phase parmi plusieurs autres déjà approuvées par le cabinet de sécurité".


Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt  


Publié dans Sarkozy-Israel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article