Gaza: premiers tirs de l'artillerie israélienne

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Les criminels sionistes visent les écoles, les mosquées, toutes les infrastructures et assassinent des dizaines de civils, déjà 75 enfants sont morts. Ces engeances sont des criminels. Des fous dangereux. Ils peuvent parler du monde libre et de la démocratie, on sait exactement à quoi s'en tenir. Et tous les chefs d'Etat laissent faire comme au Liban en 2006 mais au moins en 2006, on entendait Chirac vitupérer, tandis que là, RIEN. Le drapeau de la France est taché de sang, la honte est pour les Français. Sarkozy récoltera les fruits pourris qu'il a semés. Il peut aller faire son cinéma à l'ONU à New-York -à moins qu'il n'aille y chercher les ordres comme Olmert ou Netanyahou- il est le président de tout le monde sauf de la France.



Gaza: premiers tirs de l'artillerie israélienne





Photographe : Mahmud Hams AFP :: Un enfant palestinien dans les ruines d'un immeuble le 3 janvier 2009 à Gaza


Israël a bombardé à l'artillerie samedi la bande de Gaza pour la première fois depuis le lancement il y a une semaine de sa guerre contre le mouvement palestinien Hamas qui a promis la capture ou la mort aux soldats israéliens en cas d'offensive terrestre.


Au moins dix Palestiniens ont été tués en soirée dans un raid aérien israélien contre une mosquée à Jabaliya (nord de Gaza), selon des témoins et des sources médicales. Depuis le début de l'offensive le 27 décembre, au moins 452 Palestiniens ont péri dont 75 enfants et 21 femmes, et au moins 2.290 ont été blessés, selon des sources médicales palestiniennes.



Des chars israéliens ont été vus se déplaçant en direction de la frontière orientale de la bande de Gaza, pilonnée sur sa longueur par l'artillerie, notamment à Beit Hanoun et Jabaliya (nord), et dans le secteur de Khan Younès (sud).


Les tirs d'artillerie ont commencé vers 16H30 locales (14H30 GMT), selon des témoins. Un journaliste de l'AFP a vu des dizaines d'obus tirés alors que des volutes de poussière s'élevaient de points d'impact, dans le nord du territoire palestinien. Des avions survolaient le secteur.


Les commentateurs israéliens spéculaient ces derniers jours sur l'éventualité d'une opération terrestre contre le territoire palestinien.


Dans un message diffusé sur sa radio interne, le Hamas qui contrôle Gaza a affirmé que des soldats israéliens tomberaient entre ses mains en cas d'offensive terrestre.


"S'ils (les Israéliens) entrent (dans Gaza), Gilad Shalit aura de nouveaux amis", a-t-il averti, en allusion au soldat israélien capturé le 25 juin 2006 par un commando palestinien et détenu depuis dans Gaza sous contrôle du Hamas.


Déjà la veille, le chef du Hamas, Khaled Mechaal, a assuré que son mouvement "ne capitulerait pas" et prévenu qu'un "sombre destin" attendait Israël s'il mettait le pied à Gaza.



Un porte-parole, interrogé par l'AFP, s'est refusé à tout commentaire se contentant d'indiquer que "l'opération israélienne suivait son cours".


Israël avait depuis le début de son offensive contre le mouvement islamiste palestinien Hamas à Gaza, le 27 décembre, bombardé le territoire palestinien par les airs et par la mer, menant plus de 750 raids.


Dans le même temps, quelque 500 roquettes palestiniennes tirées de la bande de Gaza ont fait quatre morts en Israël, dont un soldat, et une quinzaine de blessés, selon l'armée et la police israéliennes.

Plus tôt dans la journée, quatre Palestiniens ont été tués dans des raids israéliens.


Deux sont morts dans un raid visant leur voiture près de Khan Younès. Le troisième mort est un chef local de la branche armée du Hamas, les brigades Ezzedine al-Qassam, Mohammad al-Jammal, 40 ans, qui a péri dans un raid aérien.


Un porte-parole militaire israélien a affirmé que ce responsable était chargé de l'organisation des tirs de roquettes dans toute la ville de Gaza.

Photographe : Patrick Baz AFP :: Bombardement israélien sur la bande de Gaza, le 3 janvier 2009

 


Le quatrième a trouvé la mort lorsque l'armée israélienne a visé un établissement scolaire à Beit Lahya (nord). Celle-ci a affirmé qu'il s'agissait d'un édifice utilisé "à des fins terroristes, une base de lancement de roquettes et une planque pour des chefs du Hamas".


Quelque 40 raids aériens ont été lancés contre la bande de Gaza depuis 00H00 samedi et au moins quatorze roquettes ont visé le sud d'Israël, selon l'armée israélienne. Un de ces tirs a fait deux blessés légers à Ashdod, à environ 30 km de la bande de Gaza.


L'offensive israélienne s'est traduite par une détérioration de la situation pour la population d'un territoire surpeuplé et pauvre même avant la guerre.


"La situation actuelle à Gaza est épouvantable et de nombreux produits alimentaires de base ne sont plus disponibles", a déclaré Christine van Nieuwenhuyse, représentante du Programme alimentaire mondial dans les territoires palestiniens.

Photographe : Marco Longari AFP :: Tirs d'artillerie israélienne près d'une mosquée dans le nord de la bande de Gaza, le 3 janvier 2009


"La situation dans la bande de Gaza tient de l'urgence critique désormais", a renchéri le coordinateur humanitaire de l'ONU pour les territoires palestiniens Max Gaylard.


Le président américain George W. Bush a exhorté tous ceux qui le peuvent à faire pression sur le Hamas pour que le mouvement cesse ses tirs sur Israël et permette un cessez-le-feu qui "signifie quelque chose".


Dans le même temps, son administration a dit laisser son allié israélien libre de décider de lancer ou non une offensive terrestre, se contentant de l'exhorter à éviter les victimes civiles.


Une mission de l'Union européenne conduite par le chef de la diplomatie tchèque Karel Schwarzenberg, dont le pays assure la présidence de l'UE, est attendue au Proche-Orient de dimanche à mardi pour discuter d'un cessez-le-feu.


Le président français Nicolas Sarkozy se rendra lundi en Egypte, Cisjordanie et Israël, et mardi en Syrie et au Liban. Il doit être reçu à Ramallah (Cisjordanie) par le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, qui partira ensuite à l'ONU à New York, pour plaider en faveur d'une trêve.


Des dizaines de milliers d'Arabes israéliens ont manifesté à Sakhnin, dans le nord d'Israël, pour protester contre les raids israéliens à Gaza, de même qu'à Koweït ou quelque 2.000 personnes ont appelé les régimes arabes à aider les Palestiniens de Gaza.



Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt  

Publié dans Sarkozy-Israel

Commenter cet article