Gaza: premiers tirs d'artillerie israéliens, 16 morts dans une mosquée

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Gaza va ressembler à Falloudja. Ils pilonnent avec les chars et en même temps les avions survolent au-dessus. Déjà 16 morts dans le bombardement d'une mosquée dont quatre enfants. Les criminels sionistes savent très bien que les civils se réfugient dans les mosquées ou établissements religieux pour échapper aux bombardements, mais ils font comme les nazis à Oradour sur Glane, version moderne. On ne fout plus le feu, on pilonne.





Gaza: premiers tirs d'artillerie israéliens, 16 morts dans une mosquée



Israël a bombardé à l'artillerie samedi la bande de Gaza pour la première fois depuis le lancement il y a une semaine de sa guerre contre le Hamas, et son aviation a visé une mosquée, y tuant 16 Palestiniens.


L'offensive israélienne contre le mouvement islamiste palestinien Hamas qui contrôle Gaza, entrée dans sa deuxième semaine, a coûté jusque-là la vie à au moins 460 Palestiniens dont 75 enfants et 21 femmes, et en a blessé 2.350, selon des sources médicales palestiniennes.


Des chars israéliens ont été vus se déplaçant en direction de la frontière orientale de la bande de Gaza, pilonnée sur sa longueur par l'artillerie, notamment à Beit Hanoun et Jabaliya (nord), et dans le secteur de Khan Younès (sud), selon des témoins.


Un journaliste de l'AFP a vu tirer des dizaines d'obus alors que des volutes de poussière s'élevaient de points d'impact, dans le nord du territoire palestinien. Des avions survolaient le secteur.


C'est la première fois que l'artillerie israélienne entre en action depuis le début de la guerre contre le Hamas le 27 décembre, alors que les commentateurs israéliens spéculaient ces derniers jours sur l'éventualité d'une opération terrestre contre le territoire palestinien.


Un porte-parole militaire, interrogé par l'AFP, s'est refusé à tout commentaire, se contentant d'indiquer que "l'opération israélienne suivait son cours".


Dans un message diffusé sur sa radio interne, le Hamas qui contrôle Gaza a menacé d'enlever des soldats israéliens en cas d'offensive terrestre. "S'ils (les Israéliens) entrent (dans Gaza), Gilad Shalit aura de nouveaux amis", a-t-il averti, en allusion au soldat israélien capturé le 25 juin 2006 par un commando palestinien et détenu depuis dans Gaza.


Déjà la veille, le chef du Hamas, Khaled Mechaal, avait prévenu qu'un "sombre destin" attendait Israël s'il mettait le pied à Gaza.

Israël avait depuis le début de son offensive bombardé Gaza par air et mer, menant plus de 750 raids.


Durant la même période, quelque 500 roquettes palestiniennes tirées de la bande de Gaza ont fait quatre morts en Israël, dont un soldat, et une quinzaine de blessés, selon l'armée et la police israéliennes.


Samedi dans la soirée, au moins 16 Palestiniens dont quatre enfants ont été tués et 60 blessés dans un raid israélien contre une mosquée du camp de réfugiés de Jabaliya (nord) où se trouvaient quelque 200 fidèles, selon des témoins et des sources médicales.


L'armée israélienne a bombardé plusieurs mosquées à Gaza qui servent, selon elle, de caches d'armes en tous genres et de roquettes.


Plus tôt dans la journée, quatre Palestiniens ont péri dans des raids aériens, dont un chef local de la branche armée du Hamas accusé par l'armée israélienne d'être chargé de l'organisation des tirs de roquettes dans Gaza.

L'aviation israélienne a également visé un établissement scolaire à Beit Lahya (nord), en affirmant que cet édifice était utilisé "comme base de lancement de roquettes et cachette pour des chefs du Hamas".


Plus de 40 raids aériens ont été lancés contre Gaza samedi et au moins 15 roquettes ont visé le sud d'Israël, selon l'armée israélienne. Trois personnes ont été blessées à Ashdod et Netivot, à respectivement 30 et 20 km de la bande de Gaza.


L'offensive israélienne s'est également traduite par une détérioration de la situation pour la population d'un territoire surpeuplé et pauvre même avant la guerre.


"La situation actuelle à Gaza est épouvantable et de nombreux produits alimentaires de base ne sont plus disponibles", a déclaré Christine van Nieuwenhuyse, représentante du Programme alimentaire mondial dans les territoires palestiniens.


Le président américain George W. Bush a exhorté tous ceux qui le peuvent à faire pression sur le Hamas pour que le mouvement cesse ses tirs sur Israël et permette un cessez-le-feu qui "signifie quelque chose".


Dans le même temps, son administration a dit laisser son allié israélien libre de décider de lancer ou non une offensive terrestre, se contentant de l'exhorter à éviter les victimes civiles.


Sur le front diplomatique, une mission de l'Union européenne conduite par le chef de la diplomatie tchèque Karel Schwarzenberg, dont le pays assure la présidence de l'UE, est attendue au Proche-Orient de dimanche à mardi pour discuter d'un cessez-le-feu.


Le président français Nicolas Sarkozy arrivera lundi dans la région et s'entretiendra notamment lundi en Cisjordanie avec le président palestinien Mahmoud Abbas qui partira ensuite à l'ONU à New York pour plaider en faveur d'une trêve. Selon un responsable palestinien, Yasser Abed Rabbo, M. Sarkozy est porteur d'une "importante initiative en vue d'un cessez-le-feu".


Entretemps les manifestations de soutien à Gaza ont continué dans plusieurs capitales européennes, arabes et aussi en Afghanistan. En outre, des dizaines de milliers d'Arabes israéliens ont manifesté dans le nord d'Israël pour protester contre les raids à Gaza.

 
Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Sarkozy-Israel

Commenter cet article