Sarkozy au Proche-Orient pour "chercher les chemins de la paix" + video

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Sarkozy va au Proche-Orient pour "chercher les chemins de la paix", nous dit-on. Mais les discours de son entourage, donc de lui sont exactement les mêmes que les sionistes. Dans la situation actuelle, dit une source dont nous aimerions bien connaître le nom pour lui dire ce que l'on pense,  "on ne peut pas ne rien faire et en même temps, c'est très compliqué. On ne peut pas discuter avec le Hamas, qui n'est pas fréquentable. Le faire, ce serait affaiblir l'Autorité palestinienne." Ils ne peuvent pas discuter avec le Hamas qui n'est pas fréquentable mais ils ne sont pas du tout gênés pour serrer la pogne et embrasser à qui mieux mieux les criminels sionistes qui volent la terre des Palestiniens, les oppriment et les assassinent depuis plus de soixante ans. Il y a des criminels fréquentables et d'autres qui ne le sont pas. C'est avec ce genre de discours que l'on voit les valeurs de ceux que le contribuable paye pour gouverner la France. Ils ne sont pas du côté des peuples mais complices et amis avec ceux qui les oppriment. Et en plus, si le Hamas tire des roquettes sur Israel, ce n'est pas, bien entendu, à cause de la colonisation et de l'Occupation mais à cause de l'Iran... il faut le faire ! "C'est l'Iran qui détient la clé de tout ça. Il y a une faction à Téhéran qui pousse (le Hamas) à bombarder Israël." On de demande bien ce que va foutre Sarkozy là-bas, franchement ? La Livni est venu ici, à quoi lui sert d'aller voir Olmert ? A force de prendre les gens pour des imbéciles, il est clair et net que le couvercle va bientôt sauter. Trop de rage contenue, trop d'impuissance, trop de criminels qui réduisent nos libertés, assaillent les peuples, les persécutent, et roulent des mécaniques comme des matamores. Un bon nettoyage s'impose. La Terre va se charger de ce que l'Humanité est incapable de faire. Nous attendons ce jour avec impatience. Et le mot est faible.

Sarkozy au Proche-Orient pour "chercher les chemins de la paix"


Dix jours après le lancement de l'opération aérienne israélienne contre la bande de Gaza, qui s'est doublée samedi d'un assaut terrestre, Nicolas Sarkozy se rend lundi et mardi au Proche-Orient pour tenter de "trouver les chemins de la paix".


Voeux Sarkozy.pum
envoyé par majoriteunique




 


L'entrée de troupes israéliennes dans Gaza "ne change rien au programme" du président français, a-t-on indiqué à l'AFP à l'Elysée.


Au cours d'une tournée éclair au programme très serré, M. Sarkozy se rendra dans quatre pays et dans le territoire palestinien de Cisjordanie.


Lundi, il déjeunera à Charm el-Cheikh (sud de l'Egypte) avec Hosni Moubarak, le président égyptien avec lequel il copréside l'Union pour la Méditerranée, puis rencontrera le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, à Ramallah, avant un dîner de travail à Jérusalem avec Ehud Olmert, Premier ministre israélien.


Mardi, il rencontrera les présidents syrien, Bachar al-Assad, à Damas, puis libanais, Michel Sleimane, à Beyrouth.


Il ira ensuite présenter ses voeux aux soldats français de la Finul dans le sud du Liban, comme programmé à l'origine. Il sera rejoint à cette étape par ses responsables gouvernementaux de la défense, Hervé Morin et Jean-Marie Bockel.


Nicolas Sarkozy, qui a passé les rênes de l'UE à Prague le 1er janvier, avait proposé aux Tchèques de l'accompagner au Proche-Orient.


Ceux-ci ont préféré envoyer dans la région leur ministre des Affaires étrangères, Karel Schwarzenberg, (de dimanche à mardi) avec ses homologues suédois et français, Carl Bildt et Bernard Kouchner, ainsi que la commissaire européenne aux Relations extérieures, Benita Ferrero-Waldner.


La délégation se joindra à M. Sarkozy à Ramallah.


Dans la situation actuelle, "on ne peut pas ne rien faire et en même temps, c'est très compliqué. On ne peut pas discuter avec le Hamas, qui n'est pas fréquentable. Le faire, ce serait affaiblir l'Autorité palestinienne", a affirmé samedi à l'AFP un proche du chef de l'Etat.


Le Hamas, qui avait gagné les législatives à Gaza en janvier 2006 et en a pris le contrôle lors d'un coup de force contre le Fatah en juin 2007 (au moins 116 morts), est inscrit sur la liste des organisations terroristes de l'UE.


"C'est l'Iran qui détient la clé de tout ça. Il y a une faction à Téhéran qui pousse (le Hamas) à bombarder Israël", a ajouté la même source.


Depuis le début de l'opération israélienne, destinée à empêcher le Hamas de lancer des roquettes sur Israël, plus de 440 Palestiniens ont été tués, selon des sources palestiniennes, dont un quart de civils selon l'ONU. Roquettes et obus de mortier continuent à s'abattre quotidiennement sur le territoire israélien.


Le président Sarkozy, connu pour être un ami d'Israël tout en se déclarant ami des Palestiniens, a déployé une intense activité diplomatique pour parvenir à une trêve, jusqu'ici refusée par Israël tant que ses objectifs ne sont pas atteints, et par le Hamas.


Il a eu plusieurs entretiens téléphoniques (Moubarak, Abbas), reçu Saad Hariri, chef de la majorité parlementaire libanaise, et Tzipi Livni, chef de la diplomatie israélienne, selon qui la France peut "faire quelque chose" pour aider à régler la situation.


Parallèlement, les ministres des Affaires étrangères de l'UE, réunis mardi à Paris, ont appelé à un "cessez-le-feu permanent" à Gaza, permettant un "accès humanitaire", selon Bernard Kouchner.


Israël affirme qu'il n'y a pas de problème humanitaire à Gaza, au contraire des organisations pour qui "la crise humanitaire s'aggrave de jour en jour".

 


Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Sarkozy-Israel

Commenter cet article