Les propos de Nicolas Sarkozy sur les "rois fainéants" font encore des vagues

Publié le par Adriana EVANGELIZT





Les propos de Nicolas Sarkozy sur les "rois fainéants" font encore des vagues



Les déclarations de Nicolas Sarkozy sur les "rois fainéants" continuent de susciter des réactions indignées de l'opposition, mais aussi au sein de l'UMP.


"On en a connu", avait-il affirmé dans un sourire, mais sans citer de noms, lors de voeux à l'Elysée aux parlementaires et aux conseillers de Paris.


"Nicolas Sarkozy, dans une formule peu élégante à l'égard de son prédécesseur, a évoqué les rois fainéants pour justifier son activisme présidentiel depuis son élection", a commenté l'ancien premier secrétaire du PS François Hollande, mercredi sur son blog.


Pour M. Hollande, cette volonté de "décider seul en République (...) finirait par faire regretter le temps des Mérovingiens".


Le député (app. PS) René Dosière, spécialiste du budget de l'Elysée, a pour sa part détourné l'expression, qualifiant M. Sarkozy d'ancien "député fainéant".


"En tout et pour tout, il a parlé moins d'une heure dans l'hémicycle pendant les 12 années où il a été député, mais il a été payé à temps complet !", a déclaré à l'AFP l'élu de l'Aisne.


Durant ces années, affirme M. Dosière dans un communiqué, il n'a participé à "aucun débat parlementaire", "n'a déposé aucun amendement" et "sa présence à l'Assemblée se résume à 10 interventions brèves".


L'ex-Premier ministre Alain Juppé renvoie opposition et président de la République dos à dos, dans un billet sur son blog en date du 9 janvier: "Omniprésident ou roi fainéant ... Quel que soit le niveau de responsabilité, on ne peut donc résister à la tentation d'un bon mot, même quand il est injuste, inélégant, et surtout inutile".


Mardi soir lors des débats organisés par le Chêne, le club de réflexion gaulliste dirigé par la ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie, l'ancien chef de gouvernement UMP Jean-Pierre Raffarin avait aussi répondu à ce qui a été interprété comme une attaque voilée contre Jacques Chirac: "je m'honore d'avoir servi un président que je considérais beaucoup plus comme un président gaulliste que comme un roi fainéant".


Lundi soir, sur Canal +, Bernadette Chirac a protesté contre cette interprétation: "mon mari est un homme qui, pendant 40 ans, a démontré qu'il était un hyperactif, on avait même dit à un moment un agité ...", a-t-elle dit. "Pas un seul instant, je ne peux imaginer que Nicolas Sarkozy ait pu désigner mon mari (...) Je ne vois d'ailleurs pas, dans la Vè République, qui ce qualificatif pourrait désigner".


Si l'ancien chef de l'Etat se garde bien de faire le moindre commentaire sur les sujets de politique intérieure depuis son départ de l'Elysée, l'un de ses amis raconte que "quand on lui a montré la dépêche" sur les "rois fainéants", "il a haussé les épaules, en signe de commisération. Et la commisération chez Chirac, ça veut dire beaucoup...".


Un autre fidèle de M. Chirac est formel: "c'est inélégant et irrespectueux, c'est sûr, mais c'est surtout un énorme aveu de faiblesse de la part de Sarkozy".


"Honnêtement, j'ai trouvé que ce n'était pas malin. Je me suis habitué à ne pas vouloir retenir ce genre de propos" de M. Sarkozy, a lâché pour sa part l'ancien ministre Hervé Mariton (UMP).


Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt 

Commenter cet article