Chirac confirme Villepin

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Chirac confirme Villepin

Le chef de l'État a confirmé lundi soir son soutien au premier ministre et lui a fixé une feuille de route. Il a annoncé qu'il dirait dans le courant du premier trimestre 2007 s'il se représente ou pas à l'élection présidentielle

Voici les principales déclarations du président de la République lors de l’entretien qu’il a accordé lundi  26 juin au journal télévisé de France 2.

La confiance à Villepin

« Le gouvernement et la majorité ont obtenu des résultats indiscutables pour les Françaises et les Français. Il y a des inquiétudes et des interrogations, je les entends. Et j’entends y répondre. Il y a surtout, je crois, une ébullition politique et médiatique liée aux prochaines élections. L’action doit se poursuivre. Le temps perdu ne se rattrapera pas. Quand je l’ai nommé, j’ai donné une feuille de route au premier ministre, avec quatre missions : lutter contre le chômage, faire un effort sur la sécurité, la croissance et préparer l’avenir avec les réformes nécessaires. Sur l’ensemble de ces points, le contrat du gouvernement est rempli. Je ne vois pas au nom de quoi je changerais un gouvernement qui a rempli son contrat !

Je ne crois pas, comme vous le dites, que le gouvernement a perdu la confiance des Français. Depuis le CPE, il a lancé le plan emploi senior ; il a signé l’accord et la convention entre l’État, l’ANPE et l’Unedic, il a fait adopter la loi sur l’actionnariat salarié, et celle sur l’immigration. Il a présenté un projet de budget qui répond à l’objectif de diminution de la dette. Et vous dites que c’est un gouvernement qui n’agit pas ? Le gouvernement va continuer. L’action, c’est déterminant. Nous ne pouvons pas, dans un système de quinquennat, perdre une année sur cinq, sous prétexte d’une élection présidentielle.»

L’impopularité du gouvernement

« C’est vous qui l’affirmez. Vous savez parfaitement que j’ai le plus profond respect pour le Parlement en général et la majorité en particulier. Je tiens à souligner que ces résultats positifs ont été obtenus car la majorité, par ses votes, a toujours soutenu le gouvernement et elle le soutient. Vous exprimez des propos que je lis par ailleurs ici ou là. Mais ils ne correspondent pas à la réalité. La majorité soutient le gouvernement car elle a conscience d’une réalité : tout gouvernement qui s’est arrêté d’agir avant les élections générales a toujours payé cet arrêt dans les urnes. La majorité le sait très bien, elle. Le gouvernement doit mieux associer le Parlement. Sans aucun doute, il y a un sentiment d’insatisfaction à l’égard de la collaboration, du lien, entre le gouvernement et sa majorité. J’ai à plusieurs reprises rappelé l’attention du gouvernement sur ce point. La majorité soutient l’action du gouvernement et c’est pour cela que le gouvernement a pu obtenir un certain nombre de résultats positifs. »

Le projet de loi sur EDF

« Il sera adopté à l’occasion d’une session extraordinaire début septembre tout simplement parce que c’est un projet qui s’impose. Nous avons en France une entreprise majeure dans l’électricité, le nucléaire et le pétrole, mais mineure dans le gaz. Or nous devons avoir une grande ambition pour assurer nos approvisionnements en gaz. D’où l’idée d’une fusion entre GDF et Suez, qui respecte les salariés, les intérêts des consommateurs, le principe même du service public. L’idée d’une fusion nationale n’allait pas de soi. C’est une adaptation au monde moderne qui s’impose au gouvernement. Il a fallu du temps pour en discuter, il y a eu 37 réunions entre le ministre et les organisations de salariés. Il faut le temps nécessaire pour expliquer, se justifier et convaincre »

Le gouvernement Villepin

« Je ne suis pas là pour donner des notes aux uns et aux autres. Je dis simplement que nous avons un premier ministre qui s’est totalement consacré à son action, avec détermination. De temps en temps je lui conseille d’être plus à l’écoute, d’avoir plus de contact avec sa majorité parlementaire, qui exprime aussi la sagesse de l’opinion publique. Il faut en tenir compte. »

L’affaire Clearsteam

« J’ai lu tout et son contraire sur cette affaire. La justice est saisie. Je lui fais toute confiance. Elle dira la vérité. J’exclus toutes les hypothèses que j’ai pu entendre et dont aucune ne m’a paru fondée. »

La feuille de route

« Les réformes ne sont jamais faciles à faire, mais on ne peut pas s’arrêter. Dans un système de quinquennat, on ne peut rester un an sur cinq à ne rien faire sous prétexte qu’il y a de l’agitation politique. (…) Changer de gouvernement supposerait de perdre trois ou quatre mois. Or, le temps perdu ne se rattrape pas. (…) La feuille de route que je souhaite fixer au gouvernement pour les prochains mois concerne en premier lieu la politique de l’emploi. Elle doit être poursuivie notamment par une baisse des charges sociales. (…) Je demande par ailleurs au premier ministre de créer un grand service public de l’orientation car on ne peut continuer à laisser des jeunes s’orienter dans des filières où il n’y a pas d’emploi au bout. Il y a ensuite le pouvoir d’achat. Le smic va être augmenté de 3 %. C’est une augmentation importante. Si on la poursuit sur cinq ans, on parvient à l’objectif fixé par les socialistes de 1 500 euros en 2012. La prime pour l’emploi va aussi être augmentée de 15 %. En deux ans, son augmentation représentera un 13e mois pour un smicard. Le troisième point est le pouvoir de la justice. Le moment n’est pas venu de faire une grande réforme qui nécessite un vaste débat. Mais il y a des points que l’on peut modifier, notamment sur le droit de la défense et la responsabilité des magistrats. Il y a enfin la sécurité. Nous avons fait des progrès considérables. Il y a encore des progrès à accomplir dans plusieurs domaines comme le suivi des auteurs de crimes sexuels et la délinquance des jeunes ».

La rivalité Sarkozy-Villepin

« Le rejet de la Constitution européenne fut un traumatisme. À l’époque, il était indispensable de rassembler les meilleures compétences au sein du gouvernement. C’est pourquoi j’ai demandé au président de l’UMP de reprendre le ministère de l’intérieur parce que j’ai besoin de sa compétence et de son expérience dans ce domaine, et je le remercie. Il est naturel qu’il y ait des chocs de personnalités, et c’est souhaitable. (…) Je n’ai pas l’intention de me laisser distraire. Le gouvernement assure ses responsabilités avec succès, c’est ce que je lui demande. Je souhaite qu’il poursuive cette action avec ténacité, jusqu’à son terme. »

Sources : La Croix

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans JACQUES CHIRAC

Commenter cet article

jkame@voila.fr 30/06/2006 14:55

Pour la première fois dans ma vie j'ai appréciée Chirac. DDV présidant.

Vincent 30/06/2006 10:44

C'est clair que villepin s'est fait "démonté" par la presse pour le CPE.
Il y avait 80 % de temps d'antenne pour les révolutionnaires et 20% pour le reste.
A noté que dans mon cas, ma fac (la sorbonne) a été occupé et bloqué par 50 personnes sur 5000 étudiants et aucun média n'a retransmis notre colère ...

louis 27/06/2006 21:04

J'ai vu Chirac lors de son passage à la Télé et j'ai apprécié son interviews !!!
 
Excepté la crise du CPE, La pression actuelle, contre De villepin et Chirac est essentiellement d'origine médiatique ... je suppose qu'on la doit aux grands soutiens financiers de monsieur  Sarkozi (voir les Rothschids et consorts) et à ses amis néocons !!!
 
Malheureusement pour eux, Chirac assumera ses responsabilités électorales jusqu'au bout : les français en ont décidé ainsi, en son temps ...n'en déplaise à une presse vendue aux intérêts étrangers !

http://www.syti.net/Manipulations.html