Israël - Affaire Rose : L’horreur au procès de Ronny Ron

Publié le par Adriana EVANGELIZT




Israël - Affaire Rose : L'horreur au procès de Ronny Ron




Un policier appelé à témoigner au procès de l’Israélien Ronny Ron, grand-père de la petite Rose tuée en juillet 2008, a raconté comment le suspect s’est débarrassé de la fillette française. Il l’a mise dans une valise et jetée, vivante, dans le fleuve Yarkon.


Depuis le début des auditions, dimanche 10 mai, de la mère et du grand-père de la petite Rose, qui comparaissent devant le tribunal de Petah-Tikva, près de Tel-Aviv, pour le meurtre de la fillette âgée de 4 ans, les Israéliens n’en finissent pas de découvrir le calvaire subi par l’enfant. Lundi, un officier de police a révélé le contenu des interrogatoires qu’il a menés, notamment celui de Ronny Ron.


Cet homme de 45 ans, qui est à la fois le compagnon de Marie-Charlotte Renault, la mère de Rose, et le grand-père de l’enfant qu’elle a eu avec son propre fils, avait dans un premier temps indiqué avoir battu Rose à mort, puis s’être débarrassé de son corps dans le fleuve Yarkon.


Il était ensuite revenu sur ses aveux, parlant de coups portés accidentellement. Ron Gertner, commandant de police à Netanya, a apporté lundi des précisions aux juges, comme l’indique le quotidien Haaretz qui rapporte ses propos : « Ronny Ron a reconnu avoir pris la fillette pendant qu’elle dormait et l’avoir mise dans une valise qu’il a fermée. Puis il l’a balancée dans le fleuve Yarkon. » Le policier a insisté sur l’aspect terrifiant du crime : la fillette a été jetée à l’eau alors qu’elle était vivante.

Une fillette mal-aimée

Ronny Ron, qui assume les faits, refuse que sa compagne soit impliquée, même si l’acte d’accusation, qui les a tous deux renvoyés devant la justice, parle d’une « décision conjointe et préméditée » parce que le couple ne voulait pas élever la petite fille.


Marie-Charlotte Renault, mère de l’enfant qu’elle a eu avec le fils de Ronny Ron, se défend tant qu’elle peut d’avoir rejeté Rose, qu’elle avait d’abord abandonnée avant de la récupérer, l’arrachant brutalement à sa famille française et la déracinant.


Selon le site israélien d’information Ynetnews, la grand-mère paternelle a déclaré à la cour que Rose disait « Maman, ne m’aime pas ». Elle a aussi témoigné que la petite était « négligée par sa mère, qui ne s’y intéressait pas du tout ».


La disparition de Rose date du 17 juillet 2008 mais l’enquête n’a débuté qu’en août, car le couple affirmait qu’elle était partie en vacances dans un camp d’été. Le 11 septembre, après de longues recherches, le corps de Rose était retrouvé dans le fleuve. La mort de cette fillette qui, depuis sa naissance, n’avait jamais été heureuse, sauf lorsqu’elle partageait la vie de sa grand-mère paternelle, qui habite en France, avait provoqué un vif émoi dans le pays et en Israël.

Sources
France-Soir

Publié dans Sarkozy-Israel

Commenter cet article