RFI prend Christine Ockrent pour cible

Publié le par Adriana EVANGELIZT



RFI prend Christine Ockrent pour cible



Par Emmanuel Berretta

 





Comment Christine Ockrent, directrice générale de l'audiovisuel extérieur (RFI, France 24) et compagne de Bernard Kouchner, doit-elle gérer sa vie privée ? Où est la ligne de démarcation entre ses deux vies, celle publique de manager et celle privée dans l'environnement du ministre des Affaires étrangères ? La question délicate est, de nouveau, posée par les syndicats en grève à RFI qui pointent du doigt la présence de la reine Christine au bras de l'homme de sa vie lors des commémorations du D-Day à Colleville-sur-Mer, le week-end dernier.

Une photo montre qu'elle est la seule "épouse" (en fait, ils ne sont pas mariés) de ministre (excepté Pénélope Fillon) à avoir fait le déplacement en Normandie. Christine Ockrent a choisi de s'asseoir au milieu de la délégation ministérielle, c'est-à-dire dans la rangée occupée par Christine Lagarde, Patrick Devedjian, Hervé Morin, Éric Besson... De deux choses l'une : soit Christine Ockrent effectue un déplacement privé et, dans ce cas, pourquoi est-elle la seule compagne à avoir obtenu cette faveur ? Soit elle effectue un déplacement en tant que dirigeante de l'audiovisuel extérieur de la France et, dans ce cas, que fait-elle parmi les gouvernants et quelles sont les retombées journalistiques de son voyage ? Des questions légitimes dans la mesure où les deniers publics sont engagés dans un cas comme dans l'autre.

Comment concilier deux vies ?

Nous avons proposé à Christine Ockrent de nous éclairer sur le statut exact de sa visite. Elle nous a répondu qu'elle n'avait "rien à dire" et qu'elle ne souhaitait "pas nourrir davantage les tourments éthiques" d'une "poignée de gens". Nous ne sommes pas dupes que l'intersyndicale de RFI, en grève depuis cinq semaines, cherche par tous les moyens à déstabiliser un membre de la direction. C'est peut-être un coup bas, mais c'est de bonne guerre. Nous ne ferons pas de procès en sorcellerie à l'encontre de Christine Ockrent. Nous essayons seulement de réfléchir à cette position singulière d'une femme, légitime dans son métier de journaliste, qui fait ses premiers pas dans le management d'un groupe public et qui a, également, le droit légitime de vivre en paix avec l'homme de son choix. Mais comment équilibrer toutes ces casquettes ?

Christine Ockrent nous a confié, il y a quelques mois, que la question éthique de son positionnement ne l'a pas laissée indifférente. Par exemple, au moment des vacances de Noël, en Égypte, où son couple s'est retrouvé à voyager avec le couple Sarkozy-Bruni sous les lazzis des syndicats de France 3. L'ancienne présentatrice de Duel sur la 3 nous a confié que, à l'origine, elle ne devait pas partir en Égypte, mais qu'elle avait prévu des vacances en Asie avec Bernard Kouchner. Puis, au dernier moment, Nicolas Sarkozy avait proposé à son ministre des Affaires étrangères de partir avec lui en Égypte. En fait, la proposition émanait de Carla Bruni qui connaît le couple Kouchner-Ockrent depuis fort longtemps. "Bernard et moi sommes l'un des rares points de contact entre l'univers amical de Carla et celui de Nicolas Sarkozy", nous expliquait Christine Ockrent, qui avait hésité, quelques jours, avant d'accepter.

Voyage en Égypte

Elle savait dès lors qu'elle s'exposerait aux attaques de ses ennemis. Elle en désignait un, en particulier : Georges-Marc Benamou, à l'époque conseiller à la culture et à l'audiovisuel de Nicolas Sarkozy. Celui-ci ne souhaitait pas qu'elle soit nommée à la tête de France 24 et RFI. Benamou est également l'ami de Jean-François Téaldi, le président du syndicat SNJ-CGT. Christine Ockrent estime que la CGT de France 3 avait été actionnée depuis l'Élysée par Benamou... Nous ne savons pas si cette thèse est exacte. Nous constatons simplement que Georges-Marc Benamou a été évincé de l'Élysée peu de temps après.

Si complot il y a eu, cela ne doit pas occulter le conflit d'intérêts latent dans lequel Christine Ockrent se situe. Quand le livre de Pierre Péan, Le Monde selon K. , s'en est pris violemment à la probité de Bernard Kouchner, Christine Ockrent jure avoir totalement laissé faire ses rédactions, celles de France 24 et de RFI. Pierre Péan a, en effet, été invité à s'exprimer. Très bien. Le sujet reviendra inlassablement sur la table à chaque nouvelle polémique créée par l'action de Bernard Kouchner. On peut raisonnablement penser que Christine Ockrent en a pris son parti.

Sources
Le Point

Christine Ockrent est la seule "épouse" de ministre à avoir fait le déplacement en Normandie - De gauche à droite, Bernard Accoyer, Bernard Kouchner, Christine Ockrent et Christine Lagarde © Orban Thierry / Abaca


Publié dans Bernard Kouchner

Commenter cet article