La construction devrait perdre 47.000 emplois en 2009

Publié le par Adriana EVANGELIZT





La construction devrait perdre 47.000 emplois en 2009



Le secteur de la construction en France, frappé par la crise, devrait perdre environ 47.000 emplois en 2009 en raison d'une baisse de l'activité de l'ordre de 4,6%, selon des prévisions du ministère de l'Ecologie et de l'Aménagement du territoire publiées mercredi.


Après une baisse de 2,3% en 2008, le volume d'affaires de ce secteur devrait diminuer de 4,6% en 2009 en raison de "la poursuite de la dégradation du contexte économique et financier", indique le ministère.


Le ministère estime que dans l'hypothèse la plus optimiste la baisse pourrait n'être que de 3,5%. Dans l'hypothèse la plus pessimiste, elle serait de 5,7%.


Après une création nette de 13.000 emplois permanents en 2008, le secteur devrait perdre 47.000 emplois en 2009, dont plus d'un tiers de travailleurs intérimaires, soit une baisse de l'ordre de 3%, souligne le ministère.


Fin 2008, le secteur de la construction employait 1,6 million de travailleurs dont 143.000 intérimaires.


Les secteurs les plus touchés sont la construction de bâtiments neufs (-9% en volume d'activité pour 2009) et, dans une moindre mesure, les travaux publics (-4,7%).


Les activités d'entretien et d'amélioration des bâtiments résistent mieux (-0,8% en 2009), mais ne suffisent plus à compenser pleinement la baisse d'activité des autres marchés.

Le ministère souligne que "le gouvernement a mis en place, dans le cadre du plan de relance de l'économie, de nombreuses mesures de soutien au secteur de la construction" qui "s'inscrivent pleinement dans la dynamique du Grenelle de l'Environnement".


La mise en oeuvre du Grenelle de l'Environnement représente un investissement total de 440 milliards d'euros sur la période 2009-2020, dont plus de 300 milliards pour le secteur de la construction répartis entre le bâtiment (205 milliards) et les infrastructures de transport (97 milliards), rappelle-t-il.


Sources AFP
 

Publié dans CHÔMAGE

Commenter cet article