Obama-Sarkozy : Derrière les sourires

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Ce pauvre Sarkozy ne se rend pas compte du ridicule avec son comportement.





Obama-Sarkozy : Derrière les sourires


par Vincent Jauvert



Tout aurait dû rapprocher l'atlantiste Nicolas Sarkozy du nouvel espoir de l'Amérique Barack Obama. Mais depuis le début le courant passe mal entre les deux hommes. Question de style, de fond et surtout de confiance

C'était à la mi-novembre, une semaine après l'élection de Barack Obama. Nicolas Sarkozy tient absolument à être le premier à rencontrer le nouveau «taulier de la planète», comme il dit. Alors il utilise tous les moyens pour l'appâter. Voici l'affaire. Le 13 novembre à l'Elysée, Nicolas Sarkozy reçoit le Prix du courage politique pour son action dans la guerre russo-géorgienne. Il est ravi, il se lâche. Dans son discours, il accuse George Bush, son ami devenu si encombrant, de ne pas l'avoir soutenu dans ce conflit. » Je me souviens, raconte-t-il, de l'appel du président américain me disant, la veille de notre départ pour Moscou : «N'y va pas, [les Russes] veulent aller à Tbilissi, ils sont à 40 kilomètres. N'y va pas.»» A la Maison-Blanche, où Bush est toujours là, c'est la stupeur et la colère. Car tout cela est faux.

Procédure exceptionnelle, Steve Hadley le conseiller à la sécurité du président américain, convoque dans son bureau l'ambassadeur de France aux Etats-Unis Pierre Vimont. Au diplomate français, très mal à l'aise selon plusieurs sources, il présente quelques feuillets : la transcription de la conversation téléphonique entre Nicolas Sarkozy et George Bush, ce fameux week-end d'août. Or, loin de dissuader Nicolas Sarkozy dans son entreprise russo-géorgienne, le président des Etats-Unis l'a au contraire vivement... encouragé. «Vas-y, a-t-il dit en réalité, tu as raison, je te soutiens.» Le mensonge du chef de l'Etat français est patent et gravissime pour les relations entre Paris et Washington - présentes et à venir. «Nous commencions à peine à prendre les rênes et voilà ce que nous avons trouvé en haut du dossier Sarkozy : l'affaire du coup de fil à Bush, dit un proche de l'équipe d'Obama.
Cela ne nous a pas vraiment mis en confiance.»

Cette confiance, un autre épisode typiquement sarkozien l'ébranle davantage encore deux mois plus tard. Cette fois la scène se déroule à Munich, quelques jours après l'investiture de Barack Obama. Le 7 février, son vice-président Joe Biden vient présenter les grands axes de la nouvelle politique étrangère des Etats-Unis lors d'une conférence internationale sur la sécurité. Pour l'occasion, Nicolas Sarkozy, qui malgré deux mois d'efforts répétés n'a toujours pas réussi à rencontrer Barack Obama, est venu s'entretenir avec le numéro deux de la Maison-Blanche. Il va commettre une autre bévue. Avant l'allocution de Joe Biden, le chef de l'Etat français prononce lui-même un discours. A l'évidence, il veut plaire à son auditoire américain. Il en fait trop. Evoquant le retour de la France dans le commandement intégré de l'Otan, il parle plusieurs fois de la «famille occidentale», ce qui agace l'équipe Obama-Biden, qui n'emploie jamais cette expression.

Et puis Sarkozy ne peut s'empêcher de vouloir faire étalage de ses contacts avec la nouvelle administration. Alors il déclare tout de go qu'il a déjà lu le discours que Joe Biden s'apprête à prononcer quelques minutes plus tard. Le vice-président des Etats-Unis est estomaqué, il n'en revient pas d'un tel manque de savoir-vivre diplomatique. «Vous étiez censé dire des choses plus agréables à mon endroit», lancera-t-il publiquement à Nicolas Sarkozy pendant son speech. Tout le monde rira jaune. C'est une évidence qu'on connaît dans les coulisses de la République et au-delà : le courant passe mal entre Nicolas Sarkozy et Barack Obama. Claude Guéant, le secrétaire général de l'Elysée, a beau assurer que leurs relations sont «excellentes», tout ou presque prouve le contraire. Il y a d'abord ce qui est visible, criant même. Le président français est obsédé par son homologue américain, alors que ce dernier ne s'intéresse guère à la France ni à son chef, qui, à sa grande déconvenue, n'est pas parvenu à s'imposer comme le principal interlocuteur de Washington sur le Vieux Continent.

La lettre à Chirac
On l'a dit, Nicolas Sarkozy a tout essayé pour rencontrer le chef de la «famille occidentale». Il a remué ciel et terre. Il a demandé à Bernard Kouchner d'insister auprès de Hillary Clinton. Il a fait appel au valeureux Pierre Vimont et à tous les services de l'ambassade de France à Washington. Son propre service de presse a cru bon d'intoxiquer les médias, en faisant croire que, juré-craché, Barack Obama viendrait le 3 avril sur les plages de Normandie et partagerait un repas avec Nicolas Sarkozy. Mais, malgré la présence de plusieurs francophones à des postes clés à la Maison-Blanche (voir encadré), rien n'a marché.
Le nouveau président américain - qui a reçu à Washington Gordon Brown, les numéros un australien et japonais et même le ministre des Affaires étrangères chinois - a repoussé plusieurs demandes pressantes, presque gênantes, de l'Elysée. Finalement il ne verra Nicolas Sarkozy, dans un «cadre bilatéral» selon l'étrange expression de l'Elysée, que cinq mois après son élection. Ce sera à la fin de cette semaine, lors du sommet de l'Otan de Strasbourg-Kehl. Il n'irait en Normandie (mais non à Paris) que le 6 juin : et encore ne s'agirait-il là que d'une courte étape, pour célébrer le 65e anniversaire du Débarquement, avant une rencontre avec Dmitri Medvedev à Moscou.
Et puis, cerise sur le cake, il y a cette lettre, cette maudite lettre qui, selon plusieurs témoins, a rendu fou Nicolas Sarkozy : la missive que Barack Obama a adressée à Jacques Chirac au début de mars. Le président américain y déclare au prédécesseur de Nicolas Sarkozy qu'il est prêt à travailler avec lui «pour la paix». A l'Elysée, on s'empresse de dire qu'il ne s'agit là que d'un courrier protocolaire adressé à la Fondation Chirac en réponse aux félicitations de l'ancien président, ce qui est vrai. On affirme aussi qu'il ne faut pas du tout y voir un coup de chapeau pour son opposition militante à la guerre en Irak, à laquelle Barack Obama était lui aussi, à la différence de Nicolas Sarkozy, farouchement hostile. La Maison-Blanche ne commente pas ce point. Quoi qu'il en soit, l'Elysée a pris le courrier pour un croche-pied, une mise en garde politique aussi. Car il y a autre chose, que l'on tente tant bien que mal de cacher, des deux côtés de l'Atlantique : les multiples divergences de fond entre l'Elysée et la Maison-Blanche. Dans le débat planétaire sur la relance économique et la régulation financière (voir p. 56), Barack Obama privilégie la relance, le président français la régulation. Et il y a d'autres sujets de tension.

A Washington, on s'agace
L'Iran d'abord. Nicolas Sarkozy et Bernard Kouchner ont dit à plusieurs reprises leur inquiétude de voir le jeune président américain négocier trop tôt avec le régime de Téhéran, ce qui risquerait selon eux de réduire à néant six ans de diplomatie européenne. Le 11 février à Koweït, le chef de l'Etat fait publiquement la leçon à son homologue américain. Il veut lui dicter son timing «Je souhaite vivement, dit-il, que Barack Obama engage ces discussions [avec l'Iran], (...) mais il est sage d'attendre que l'élection ? [présidentielle de juin] se déroule.» Il sous-entend que toute ouverture précipitée ferait le jeu d'Ahmadinejad, qui est candidat à sa propre succession.

A Washington, on s'agace. Deux émissaires sont aussitôt dépêchés à Paris : Dennis Ross, conseiller de Hillary Clinton sur l'Iran, et William Burns, le numéro trois du Département d'Etat. Le 20 mars, un mois après l'esclandre de Koweït, Nicolas Sarkozy change de ton : «Je ne pense pas, dit-il à Bruxelles, que le problème de l'élection en Iran soit aussi important qu'on le dit», oubliant que c'est lui-même qui l'avait soulevé... Bref, sur ce sujet les divergences franco-américaines ont été aplanies - pour le moment en tout cas.

Sur l'Afghanistan, elles sont toujours là et bien là. Officieusement, l'administration Obama a plusieurs fois demandé davantage de troupes à la France. Mais Nicolas Sarkozy a dit non. «On ne peut pas vendre aux Français à la fois le retour de la France dans l'Otan et un contingent supplémentaire en Afghanistan. Ce serait politiquement suicidaire», explique un haut responsable à Paris. A Washington, on dit comprendre. Mais on voudrait au moins que les Français dépêchent plus de gendarmes pour former des policiers afghans. Car une police efficace pour «tenir» le terrain repris aux talibans, voilà l'une des clés de la stratégie que Barack Obama a présentée la semaine dernière. A Paris, on est d'accord pour faire quelques efforts symboliques mais dans le cadre de l'Union européenne. «Non, il faut que ce soit dans le dispositif de l'Otan», a rétorqué Joe Biden, à la mi-mars à Bruxelles. Pour l'instant le dossier en est là.
Autre dissonance : Guantanamo. Si Bernard Kouchner n'est pas hostile à l'accueil par la France de certains ex-détenus, afin d'aider l'administration américaine à fermer cette prison de la honte, la ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie freine des quatre fers. Si bien qu'en France comme dans toute l'Europe ce dossier-là aussi, pourtant si important pour Obama, traîne.

Et puis il y a ce dont on ne parle jamais en public : le nucléaire militaire. Barack Obama a fait du désarmement l'une des clés de voûte de sa politique étrangère. Il va négocier avec Moscou des réductions drastiques des arsenaux stratégiques. A Paris, on redoute qu'il ne tente de pousser la France à faire de même. L'inquiétude a monté d'un cran ces derniers jours. Car, s'alignant sur la position radicale d'Obama (Global Zero : pas d'armes nucléaires à terme), Gordon Brown a annoncé que la Grande-Bretagne était prête à rogner encore sur son propre arsenal, ce qui risque d'isoler diplomatiquement la France. Ce n'est pas tout. La Maison-Blanche vient de désigner comme ambassadeur à l'Otan Ivo Daalder, un chaud partisan de Global Zero que l'on n'apprécie guère à Paris.

Heureusement, il y a la Russie et l'Europe de l'Est. Récemment, le conseiller d'Obama à la sécurité, le général Jones, a fait savoir qu'il n'était plus vraiment question d'ouvrir les portes de l'Otan à la Géorgie et à l'Ukraine, ni lors du sommet de Strasbourg-Kehl ni même, a-t-il dit, plus tard. Sur ce point, la France et l'Amérique sont désormais sur la même longueur d'onde. Sur la Syrie aussi, que Nicolas Sarkozy a sortie de son isolement et qui, depuis quelques semaines, a engagé des négociations avec l'administration Obama. C'est déjà ça.

Sources

Nouvel Observateur

Commenter cet article

Bourse 10/04/2010 16:31



Villepin il a une liberté dans ses propos qui ne sont pas toujours conformistes.