Villepin cible l'emploi

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Villepin cible l'emploi et la promotion de l'égalité des chances

 

La conférence de presse mensuelle de M. de Villepin, la deuxième à se tenir hors les murs de Matignon après Chartres en juin, devrait être l'occasion, lundi 31 juillet, pour le premier ministre d'un bilan d'étape sur ces deux thèmes, à la veille du dernier conseil des ministres avant les vacances.

Il pourrait notamment formuler de nouvelles propositions pour lutter contre le chômage des jeunes, qui reste pour lui, depuis l'échec de son projet de CPE, "une préoccupation majeure". Le chef du gouvernement devrait également être interrogé sur la situation au Liban.

M. de Villepin aborde la trêve estivale conforté par de bons indicateurs économiques – recul du chômage, consommation vigoureuse, moral des ménages en hausse, inflation sous contrôle – et des sondages en amélioration.

Commentant jeudi les chiffres du chômage en juin, il a affiché l'ambition de passer sous la barre des 2 millions de chômeurs début 2007, quand l'UMP désignera son candidat pour l'élection présidentielle.

Les derniers sondages mensuels créditent le premier ministre d'une cote de popularité en hausse de quatre à cinq points, mais lui attribuent encore 64 à 71 % d'opinions défavorables.

MALAISE DES BANLIEUES

La conférence de presse, en compagnie des ministres Jean-Louis Borloo (emploi), Thierry Breton (économie), Azouz Begag (égalité des chances) et Catherine Vautrin (cohésion sociale et parité), se tiendra au stade nautique de Mantes-la-Jolie, au cœur du Val-Fourré (Yvelines), façon pour M. de Villepin de marquer sa volonté de prendre à bras le corps le problème du malaise des banlieues. Ce quartier symbolise, pour beaucoup, la quintessence du malaise des banlieues : urbanisme brutal, problèmes sociaux.

Le chef du gouvernement poursuit dans cette cité de la grande couronne une tournée des "quartiers chauds" qui l'a conduit à Evreux (Eure) et Garges-lès-Gonesse (Val-d'Oise).

Ces visites sont aussi l'occasion de rencontrer des responsables proches de lui. En l'occurrence, Pierre Bédier, ex-maire (UMP) et président du conseil général des Yvelines, après notamment Jean-Louis Debré à Evreux ou Jacques Le Guen dans le Finistère.

Enfin, cette conférence décentralisée peut être pour le premier ministre une façon de se démarquer de son ministre de l'intérieur et rival potentiel pour l'Elysée, Nicolas Sarkozy, sur les dossiers de la sécurité et de la cohésion sociale.

Sources : LE MONDE

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans CHÔMAGE

Commenter cet article