VILLEPIN ET SARKHOZY

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Que Sarkhozy s'entende avec Dominique de Villepin nous étonnerait fort. Car ces deux hommes là sont très différents et que l'intransigeance et le libéralisme de Sarkhozy n'est pas qu'une légende tout comme qu'il est pro-Bush...

Voir l'émergence du libéral-fascisme

Harcèlement policier contre la France d'en-bas

 

Sarkozy estime qu'il doit s'entendre avec Villepin

 

 

Nicolas Sarkozy a déclaré jeudi soir que son devoir était de "respecter" la décision de Jacques Chirac de nommer Dominique de Villepin à Matignon et de "s'entendre" avec le Premier ministre.  

"Le président de la République est le président de la République et mon devoir, c'était de respecter la décision qu'il a prise et d'essayer d'aider ma famille politique et mon pays dans une situation qui est difficile", a dit le ministre de l'Intérieur et de l'Aménagement du territoire sur TF1.  

"Qui peut imaginer que, s'il n'y avait pas de la confiance entre le président et moi, il m'aurait confié ces responsabilités et qui peut imaginer que je les aurais acceptées ?" a lancé le président de l'UMP.  

"Quant à Dominique de Villepin, on travaille ensemble parce que notre devoir, c'est de nous entendre. De nous entendre pourquoi ? pour redonner l'espoir aux Français et on ne sera pas trop de trois et de tout le gouvernement pour l'obtenir cet espoir", a-t-il précisé.

"Le président de la République a choisi de nommer Dominique de Villepin, c'était sa responsabilité, sa décision", a insisté Nicolas Sarkozy, qui était plébiscité par les élus de l'UMP pour prendre la tête du gouvernement après la victoire du "non" au référendum sur la Constitution européenne.  

Il a indiqué que la passation de pouvoirs avec Dominique de Villepin, qui avait hérité du ministère de l'Intérieur en avril 2004, aurait lieu "par téléphone dès ce soir".

"Justement parce que la situation est très difficile, il faut se rassembler", a-t-il dit. "Moi j'essaie de construire, pas de détruire".

 

SARKOZY À PERPIGNAN VENDREDI

 

Nicolas Sarkozy a confirmé qu'il restait président de l'UMP, enterrant ainsi la règle de non-cumul édictée en juillet par Jacques Chirac, mais il a ajouté qu'il demanderait à Jean-Claude Gaudin d'être président délégué pour le "soulager au quotidien".

Il a affirmé qu'il continuerait de présider "les réunions importantes" de l'UMP et qu'il resterait "un homme libre".

Interrogé sur ses ambitions présidentielles pour 2007, Nicolas Sarkozy a répondu par une boutade : "Si je n'avais pensé qu'à 2007 je ne suis pas persuadé que j'aurais pris ces responsabilités".

"2007 viendra dans 22 mois. En tant que chef de parti, j'aurai bien sûr à prendre position. On verra à ce moment-là ce que veulent les Français, on verra quelle sera la situation de la France, on peut voir loin et commencer à travailler tout de suite", a-t-il précisé.  

"On choisira le meilleur (candidat) et on se rassemblera derrière celui là", a-t-il réaffirmé.  

Nicolas Sarkozy, qui doit prendre ses fonctions vendredi matin place Beauvau, a annoncé qu'il serait "à la première heure demain à Perpignan", où la tension entre communautés maghrébine et gitane est extrême depuis le meurtre de deux Maghrébins ces derniers jours.  

"Je n'ai pas l'intention de tolérer que des communautés puissent s'affronter", a-t-il dit.  

Il a expliqué que son retour place Beauvau lui permettrait de se consacrer "en priorité aux victimes" et à "la coordination de l'immigration".  

Nicolas Sarkozy a repris au passage la formule d'"immigration choisie" défendue par Dominique de Villepin, hostile à une politique de quotas un temps prôné par le président de l'UMP. 

Sources : http://fr.news.yahoo.com/050602/290/4g2vn.html

Posté par Adriana Evangelizt

 

Publié dans Villepin Sarkhozy

Commenter cet article