Ségolène n'est pas venue

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Voilà un article paru hier sur Haaretz qui montre l'allégeance des politiques de France au Sionisme. Est-ce que Israël nous consulte pour prendre des décisions ? Est-on en France ou en Israël ? Si Sarkozy devient président, on sait ce qui nous attend. Voir aussi ICI...

Ségolène n'est pas venue

par Daniel Ben Simon

 

Haaretz 28 novembre 2006



En juillet dernier, au faîte de la campagne pour l’élection du candidat qui représenterait le Parti Socialiste aux présidentielles, les responsables de la principale organisation juive, le CRIF, ont invité Ségolène Royal à se présenter devant les membres de leur organisation. Le fait de se présenter devant cette organisation a jusqu’à présent été considéré comme un événement à ne pas manquer, non seulement en raison du vote juif, mais parce que l’influence de la communauté juive en France dépasse de loin sa taille, qui ne représente qu’un pour cent de l’ensemble de la population. Les Présidents, les Premiers ministres, les ministres, les intellectuels et les leaders spirtuels ont tous comparu devant les membres de cette organisation (le CRIF, ndlr) et énoncé leur credo concernant la France, Israël et la communauté juive.

Mais Ségolène Royal a répondu qu’elle était très occupée et qu’elle accepterait l’invitation quand elle serait disponible. Une fois la désignation du candidat socialiste achevée,
les membres du CRIF lui ont envoyé un rappel (à l’ordre ? ndlr).

Près de cinq mois se sont écoulés depuis la première invitation,
mais elle n’est toujours pas venue.

"Un fait sans précédent" admet un diplomate israélien en poste en France. "Absolument", confirme le directeur du CRIF, Chaïm Musikant. "Tous les dirigeants français, excepté Ségolène Royal, se sont présentés devant nous. Nous lui avons proposé de venir à n’importe quel moment à sa convenance, mais à mon grand regret,
toujours rien jusqu’à présent".

Comme le reste des citoyens, les Juifs de France ont assisté avec stupéfaction à l’ascension météorique de Royal. Mais contrairement aux autres citoyens français ils espèraient entendre, pendant sa campagne électorale, son opinion sur Israël, le conflit israélo-palestinien et les agressions antisémites dans le pays. Ils espéraient en particulier qu’elle se rendrait en Israël. Rien de tout cela ne s’est produit. Non seulement Royal n’a jamais visité Israël, mais son compagnon,
François Hollande, dirigeant du PS, n’a pas trouvé un moment pour le faire non plus.

Dans les élections à venir en France, des candidats qui représentent la nouvelle génération politique vont s’affronter : Royal à gauche et le Ministre de l’Intérieur, Nicolas sarkozy à droite.
La plupart des Juifs, à ce qu’il apparait pour le moment, vont voter pour le candidat de la droite.

"Sarkozy est le candidat naturel des electeurs juifs"
a déclaré à Haaretz le vice-ministre de l’Intérieur, Christian Estrozi.

Et cela pour plusieurs raisons : les racines juives de Sarkozy, le fait qu’il soit considéré comme un ami d’Israël et le fait qu’il soit le seul dirigeant politique français qui ait prouvé sa sensibilité à la détresse des juifs français. Il s’est rendu dans chaque lieu où des Juifs ont été attaqués, et il a saisi chaque occasion pour condamner, attaquer et menacer ceux qui font du mal aux Juifs en proclamant que c’est était une atteinte au coeur de la république. "Il a honnêtement gagné le vote juif", a déclaré un médecin juif cette semaine, en révélant que pour la première fois de sa vie, il a l’intention de faire défection au camp socialiste. "Et ce n’est pas que moi, mais
également la plupart de mes amis juifs".

Le candidat de la droite n’a pas toujours été le candidat "naturel" des Juifs. Entre 1981 -- quand les socialistes conduits par François Mitterrand, l’ont emporté pour la première fois depuis le début de la 5ème république-- et 2002, la majorité des Juifs français ont voté à gauche.
Le début de la crise entre les Juifs et le camp socialiste date de la deuxième intifada. Pendant les 5 ans qui ont précédé son explosion, il y a eu 16 incidents antisémites rapportés en france. Pendant les 5 années suivantes, il y en a eu 672. Le ministre français de l’Intérieur a estimé qu’un Juif avait 44 fois plus de risque d’être attaqué qu’un Noir ou un Musulman.

Les Juifs ne sont pas prêts d’oublier le manque d’efficacité du gouvernement socialiste dirigé par Lionel Jospin, qui fut au pouvoir jusqu’en 2002, face à ces incidents. Ils estiment que leur vulnérabilité actuelle est liée à ces manquements du gouvernement socialiste. "Les Juifs ont eu le sentiment que l’Etat les avait abandonnés", explique Musikant."

Sources EuroPalestine

Posté par Samuel Roth et  Adriana Evangelizt

Commenter cet article

philippe 30/11/2006 08:51

Nous, français, ne souhaitons pas que le lobby sioniste s'occupe des histoires de france, la france est un pays libre et indépendant qui n'a pas de compte à rendre à Israel quand à sa politique, ni au choix de ses politiques !
Les israéliens choisissent leurs politiciens et déterminent leur politique sans nous consulter et il en est et sera de même pour la france, nos intérêts nationaux n'ont rien à voir avec ceux du lobby sioniste.
Les citoyens arabes résidant en france ne nous impose pas un lobby arabe, alors pourqupoi tollèrerions nous que les sionistes ou israéliens nous imposent leur lobby et s'efforce de s'emparer de notre politique nationale, donc le lobby sioniste en Israel et non pas en france.
Vive l'indépendance des politiques français et européens à l'égard de tous les lobbies étrangers.
De gaumlle dans sa grande sagesse a expulser le lobby atlantiste hors de france, vu les manigances et tentatives de manipulation politique du lobby sioniste en france et en europe, il convient de faire de même avec ce lobby.
Vive la France libre !

Vincent 30/11/2006 00:01

SVP je le redis encore, malgré la qualité de ce blog que je suis quotidiennement depuis 1 ans maintenant : Arrétez cet acharnement anti sionistes.
Je suis le premier à condamner le comportement d'Israel mais ne sombrer pas dans la caricature, vous y perdez en crédibilité ...

David 29/11/2006 19:40

 
 
Adriana ! Toi et tes amis, vous soutenez des candidats vendus aux sionistes !







Suite à l'article de Ben Simon...



On notera non seulement l'incroyable culot et les pressions éhontées sur des candidats français, mais également la manière perverse de présenter "tous les juifs de France" comme une masse homogène et communautariste, méthode éprouvée pour susciter des réactions et fantasmes antisémites.Et quel choc d'apprendre quelques heures à peine après la publication de cet article que "Ségolène Royal allait se rendre, dès la fin de la semaine, au Proche-Orient" !Il nous apparait, dans ce contexte, que l'appel national que nous avons lancé jeudi dernier, la pétition "Ma Voix Pour la Palestine" sur le site http://www.mavoixpourlapalestine.net  peut devenir un moyen très efficace de faire savoir à tous les candidats, qu'ils risquent de perdre beaucoup plus d'électeurs qu'ils n'ont de chances d'en gagner en s'alignant sur les inconditionnels de la politique israélienne. En indiquant que nous ne voterons que pour des candidats et candidates qui s'engagent clairement contre toutes les formes de racisme et d'exclusion et pour la fin du deux, poids deux mesures, en appliquant à Israël les sanctions prévues pour tout Etat qui bafoue depuis aussi longtemps les droits de l'homme et le droit international, tout comme nous l'avons fait avec succès pour l'Afrique du Sud de l'Apartheid, nous leur permettons de réfléchir. Oui, car seul le rapport de forces encourage la réflexion des politiciens. Et c'est à nous de montrer que nous sommes nombreux et déterminés. La pétition est consultable à tout moment en ligne. Chacun -- et les politiciens ne s'en priveront pas-- peut savoir combien d'électeurs accordent de l'importance à cette question que les "journalistes" évitent soigneusement de poser aux candidats (à leur demande), mais que tout le monde sait cruciale pour l'avenir de l'humanité.C'est un baromètre qui peut être décisif. Bush vient de subir une défaite électorale à cause de sa politique étrangère. En France aussi, un(e) candidat(e) peut gagner parce qu'il ou elle aura eu le courage de dire tout haut ce que la grande majorité des électeurs attend : assez d'injustice ! assez de négation du droit ! assez de divisions et de stigmatisation des plus vulnérables, non à l'impunité pour un Etat qui pratique le terrorisme depuis des décennies pour annexer toujours davantage de terres !Nous avons un outil à notre portée pour exprimer ceci. Nous devons nous en servir. En moins de deux semaines,  2000 personnes ont signé cette pétition, sans le moindre relais médiatique. Des hommes, des femmes, de toutes conditions sociales, de toutes origines, de tous les coins de France. Il faut que nous soyons au moins 10 fois plus avant les prochaines élections à avoir exprimé notre volonté et à avoir interpellé de la sorte les candidats, pour que ces derniers s'interrogent sur leur intérêt à résister aux pressions actuelles. C'est pourquoi, nous vous demandons non seulement de signer, mais de faire signer tous ceux que vous rencontrez et qui sont d'accord avec ce texte qui est disponible à la fois sur le site http://www.europalestine.com et sur http://www.mavoixpourlapalestine.com (ou on peut cliquer sur "envoyez à un ami").



 Ce texte, vous pouvez l'imprimer à partir de ces deux sites et le faire signer aussi à tous ceux qui n'ont pas accès à internet. Une fois remplies, les pétitions peuvent nous être renvoyées par fax au 01 42 28 95 29 ou par courrier (CAPJPO-EuroPalestine 16 bis rue d'Odessa. 75014 Paris.)Amicalement,CAPJPO-EuroPalestine"Ségolène n'est pas venue











par Daniel Ben Simon







Haaretz
En juillet dernier, au faîte de la campagne pour l'élection du candidat qui représenterait le Parti Socialiste aux présidentielles, les responsables de la principale organisation juive, le CRIF, ont ivité Ségolène Royal à se présenter devant les membres de leur organisation. Le fait de se présenter devant cette organisation a jusqu'à présent été considéré comme un événement à ne pas manquer, non seulement en raison du vote juif, mais parce que l'influence de la communauté juive en France dépasse de loin sa taille, qui ne représente qu'1 pour cent de l'ensemble de la population. Les Présidents, les Premiers ministres, les ministres, les intellectuels et les leaders spirtuels ont tous comparu devant les membres de cette organisation (le CRIF, ndlr) et énoncé leur credo concernant la France, Israël et la communauté juive.Mais Ségolène Royal a répondu qu'elle était très occupée et qu'elle accepterait l'invitation quand elle serait disponible. Une fois la désignation du candidat socialiste achevée, les membres du CRIF lui ont envoyé un rappel. Près de cinq mois se sont écoulés depuis la première invitation, mais elle n'est toujours pas venue."Un fait sans précédent" admet un diplomate israélien en poste en france. "Absolument", confirme le directeur du CRIF, Chaïm Musikant. "Tous les dirigeants français, excepté Ségolène Royal, se sont présentés devant nous. Nous lui avons proposé de venir à n'importe quel moment à sa convenance, mais à mon grand regret, toujours rien jusqu'à présent".Comme le reste des citoyens, les Juifs de France ont assisté avec stupéfaction à l'ascension météorique de Royal. Mais contrairement aux aux autres citoyens français ils espèraient entendre, pendant sa campagne électorale, son opinion sur Israël, le conflit israélo-palestinien et les agressions antisémites dans le pays. Ils espèraient en particulier qu'elle se rendrait en israël. Rien de tout cela ne s'est produit. Non seulement Royal n'a jamais visité Israël, mais son compagnon, François Hollande, dirigeant du PS, n'a pas trouvé un moment pour le faire non plus.Dans les élections à venir en France, des candidats qui représentent la nouvelle génération politique vont s'affronter : Royal à gauche et le Ministre de l'Intérieur, Nicolas sarkozy à droite. La plupart des Juifs, à ce qu'il apparait pour le moment, vont voter pour le candidat de la droite."Sarkozy est le candidat naturel des electeurs juifs" a déclaré à Haaretz  le vice-ministre de l'Intérieur, Christian Estrozi.Et cela pour plusieurs raisons : les racines juives de Sarkozy, le fait qu'il soit considéré comme un ami d'Israël et le fait qu'il soit le seul dirigeant politique français qui ait prouvé sa sensibilité à la détresse des juifs français. Il s'est rendu dans chaque lieu où des Juifs ont été attaqués, et il a saisi chaque occasion pour condamner, attaquer et menacer ceux qui font du mal aux Juifs en proclamant que c'est était une atteinte au coeur de la république. "Il a honnêtement gagné le vote juif", a déclaré un médecin juif cette semaine, en révélant que pour la première fois de sa vie, il a l'intention de faire défection au camp socialiste. "Et ce n'est pas que moi, mais également la plupart de mes amis juifs".Le candidat de la droite n'a pas toujours été le candidat "naturel" des Juifs. Entre 1981 -- quand les socialistes conduits par François Mitterrand, l'ont emporté pour la première fois depuis le début de la 5ème république-- et 2002, la majorité des Juifs français ont voté à gauche. Le début de la crise entre les Juifs et le camp socialiste date de la deuxième intifada. Pendant les 5 ans qui ont précédé son explosion, il y a eu 16 incidents antisémites rapportés en france. Pendant les 5 années suivantes, il y en a eu 672. Le ministre français de l'Intérieur a estimé qu'un Juif avait 44 fois plus de risque d'être attaqué qu'un Noir ou un Musulman.Les Juifs ne sont pas prêts d'oublier le manque d'efficacité du gouvernement socialiste dirigé par Lionel Jospin, qui fut au pouvoir jusqu'en 2002, face à ces incidents. Ils estiment que leur vulnérabilité actuelle est liée à ces manquements du gouvernement socialiste. "Les Juifs ont eu le sentiment que l'Etat les avait abandonnés", explique Musikant."