Le logement des sans-abri prioritaire

Publié le par Adriana EVANGELIZT

A quatre mois de la présidentielle,

 le logement des sans-abri prioritaire



A quatre mois de la présidentielle, le logement des sans-abri est venu au premier rang des préoccupations des politiques, PCF et extrême-gauche réclamant "la réquisition" des logements vides tandis que l'UMP a chargé Arno Klarsfeld d'une mission sur "le droit à l'hébergement".

Mercredi, la ministre déléguée à la Cohésion sociale Catherine Vautrin a annoncé l'extension des horaires d'ouverture des centres d'accueil d'urgence pour les SDF et le quadruplement dans les mois qui viennent du nombre de places en hébergement de "stabilisation". Elle a précisé avoir fait "le point sur la situation" avec le président Jacques Chirac, qui lui a "demandé d'accélérer les différentes réponses".

Nicolas Sarkozy, qui s'était engagé, le 18 décembre dans les Ardennes, à ce que "d'ici deux ans, plus personne ne (soit) obligé de dormir sur un trottoir et d'y mourir de froid", a fait quant à lui une nouvelle fois appel au médiatique avocat Klarsfeld.

Après l'avoir chargé, tout au long de l'année, de plusieurs dossiers, notamment sur les parents sans papiers d'enfants scolarisés, il lui a demandé de réfléchir à "la mise en oeuvre du droit à l'hébergement".

L'avocat s'est immédiatement rendu au canal Saint-Martin, à Paris, où il a rencontré "Les Enfants de Don Quichotte" qui ont installé 200 tentes pour les SDF.

Avec les fondateurs de cette association, les frères Augustin, Jean-Baptiste et Joseph Legrand, Me Klarsfeld a examiné la "charte du canal Saint-Martin", qui réclame notamment l'ouverture des structures d'hébergement "24 heures sur 24 et 365 jours par an" et la création "immédiate d'une offre de logements temporaires".

"L'idée, c'est de trouver d'ici à deux ans une solution raisonnable en termes de quantité et de qualité d'accueil pour les SDF", a déclaré l'avocat. Me Klarsfeld devait aller passer la nuit de mercredi à jeudi dans un centre d'hébergement d'urgence à Nanterre.

"On ne peut pas tout faire du jour au lendemain, il faut bien construire des logements", a-t-il relevé, en remarquant que la socialiste "Ségolène Royal, contrairement à Sarkozy, n'avait rien proposé sur les SDF".

"S'il faut bloquer les Champs-Elysées avec des tentes, je le ferai", a répliqué Augustin Legrand.

Bertrand Delanoë, maire PS de Paris, a décidé mercredi de signer la charte, tout en pointant le retard des "communes de l'ouest", allusion transparente à Neuillly-sur-Seine (ville dont longtemps M. Sarkozy a été le maire), en matière de logement social.

Le 22 décembre, Ségolène Royal avait déclaré qu'elle se refusait à promettre à tous les SDF car "les Français attendent qu'on leur dise les choses quand elles sont faites". "Ma première priorité reste la lutte contre la vie chère et la précarité", avait-elle ajouté.

Mais François Hollande, numéro un PS, a suggéré des "dispositifs d'hébergement de longue durée", car "l'hébergement +au jour le jour+" n'aide pas les sans-abri à "sortir de la spirale de l'urgence".

Le PCF et la LCR prônent de leur côté "la réquisition de logements vides".

Tout en se félicitant de ce que le droit à l'hébergement et au logement, "soit présent dans le débat politique", le Haut comité pour le logement des défavorisés s'est interrogé sur sa mise en oeuvre.

Créer un "véritable droit à l'hébergement" implique "un vrai droit avec recours possible devant les tribunaux", or "l'hébergement doit concerner tout le monde, y compris les personnes sans titre de séjour", a fait remarquer Bernard Lacharme, son secrétaire général.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans LA MISERE EN FRANCE

Commenter cet article

Lutin :0016: 29/12/2006 22:15

Meme si c'est un tres bon premier ministre je ne penses pas qu il pourra ete président Venez voter pour le 1er sondage d'opinion pour les présidentielles de 2007. A vous de votez ! (Sondage Opinin Decembre 2006) sur mon site !