Les sarkozystes mettent MAM en garde

Publié le par Adriana EVANGELIZT

MAM est quand même libre de faire ce qu'elle veut. Sarkozy ne représente certainement pas l'idéal républicain tel que nous nous le représentons. Il tire toutes les couvertures à lui, de gré ou de force, il faut se coltiner Sarkozy même si on n'en a pas envie. Mais où va-t-on ?

 

Les sarkozystes mettent Alliot-Marie en garde

 

par Judith Waintraub

 

Les proches du ministre de l'Intérieur invitent le ministre de la Défense à renoncer à une candidature hors parti.

 
LE VRAI FAUX retrait de MAM de la course à l'Élysée a été accueilli hier par un concert de protestations sarkozystes. Michèle Alliot-Marie a annoncé dans Sud-Ouest qu'elle ne solliciterait pas le « soutien financier et logistique » de l'UMP, tout en expliquant qu'elle avait « très envie » de se présenter en dehors du parti. Les « dizaines de parlementaires, les militants, les Français non membres de l'UMP » qui, d'après ­elle, la soutiennent, ne se sont pas manifestés, mais la garde rapprochée du désormais seul candidat aux primaires internes a donné de la voix.
 
Dominique Paillé a estimé que MAM exposerait la majorité à « une aventure dramatique » si elle tentait l'aventure en solitaire. « Notre candidat serait privé de quelques poussières de voix qui pourraient lui permettre de faire un bon premier tour », a prédit le député des Deux-Sèvres sur France Info. « À partir du moment où on ne fait pas le choix de se présenter devant les militants, ipso facto on renonce à être candidat à l'élection présidentielle », a renchéri Yves Jego sur RMC Info. Plus diplomate que ses deux collègues, Nadine Morano a assuré sur Europe 1 : « Connaissant Michèle Alliot-Marie, je sais très bien que sa réflexion l'amènera, avec la sagesse qu'on lui connaît et le sens des responsabilités, à soutenir Nicolas Sarkozy. » Le député de Meurthe-et-Moselle est persuadé que l'ex-présidente du RPR ne se « lancera pas » et que « tout cela se terminera avec une place bien pré­cise et déterminée dans la cam­pagne auprès de Nicolas Sarkozy ».
 
Cette vision de l'épilogue du feuilleton MAM pèche peut-être par angélisme. Nicolas Sarkozy connaît les intentions de Michèle Alliot- Marie depuis le 20 décembre. Ils avaient dîné à quatre, avec leurs conjoints respectifs, place Beauvau, la veille du dernier forum de l'UMP. Un proche du ministre de l'Intérieur affirme qu'il n'a « rien promis » à sa collègue de la Dé­fense, « d'autant plus qu'elle ne lui a rien demandé ». Il n'attend d'ailleurs pas que sa rivale virtuelle ait annoncé sa décision - elle a promis de le faire avant le congrès du 14 janvier - pour ­mettre en place son dispositif de campagne et peaufiner son calendrier.
 
Préséance républicaine
 
Avant même ce congrès, où l'UMP désignera officiellement son représentant, Nicolas Sarkozy a l'intention d'occuper l'espace en tenant sa conférence de presse annuelle sur son bilan au ministère de l'Intérieur, couplée à un échange de voeux.
 
Les voeux à la presse de Jacques Chirac étant prévus le jeudi 11 janvier, le ministre candidat devrait organiser sa réception le vendredi 12 pour respecter la pré­séance républicaine. Pour le dimanche 14, jour de son sacre annoncé, il réserve un discours programme aux quelque 50 000 militants qu'il a conviés ­Porte de Versailles. Dès le lendemain, il devrait être sur le terrain, dans une région qui reste à définir, pour décliner l'un de ses thèmes prioritaires au cours d'un déplacement d'au moins vingt-quatre heures qui se terminera par un meeting. Dans la foulée, il présentera l'équipe qu'il installera au siège de sa campagne, rue d'Enghien.

Sources Le Figaro

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans MAM

Commenter cet article